Les CFD sont des instruments complexes et présentent un risque élevé de perte rapide en capital en raison de l’effet de levier. 79% des comptes d’investisseurs particuliers perdent de l’argent lorsqu’ils investissent sur les CFD avec IG. Vous devez vous assurer que vous comprenez le fonctionnement des CFD et que vous pouvez vous permettre de prendre le risque élevé de perdre votre argent. Les options et les turbos sont des instruments financiers complexes présentant un risque de perte en capital. Les pertes peuvent être extrêmement rapides. Les clients professionnels peuvent perdre plus que leur capital investi. Les CFD sont des instruments complexes et présentent un risque élevé de perte rapide en capital en raison de l’effet de levier. 79% des comptes d’investisseurs particuliers perdent de l’argent lorsqu’ils investissent sur les CFD avec IG. Vous devez vous assurer que vous comprenez le fonctionnement des CFD et que vous pouvez vous permettre de prendre le risque élevé de perdre votre argent. Les options et les turbos sont des instruments financiers complexes présentant un risque de perte en capital. Les pertes peuvent être extrêmement rapides. Les clients professionnels peuvent perdre plus que leur capital investi.

Marchés financiers : le spectre des faillites

Alors que les Etats et les banques centrales interviennent massivement depuis plusieurs semaines pour soutenir des économies frappées de plein fouet par la pandémie, le risque de faillite s’accroît avec la durée des mesures de confinement.

Chaque crise a entraîné ses faillites : lors de la bulle internet, on se souvient surtout de celle d’Enron en décembre 2001, puis en pleine crise des subprimes en septembre 2008, de celle de Lehman Brothers déclenchant un risque systémique majeur.

La différence entre la crise actuelle et les deux crises précédentes, qui ont entraîné des récessions, c’est la vitesse de réaction des gouvernements et des banques centrales quelques jours seulement après les premiers décrochages des places financières, pour justement préserver au maximum l’emploi et permettre aux entreprises de passer cette phase temporaire difficile. Que ce soit la Fed, la BCE ou encore le FMI, le constat est le même à chaque fois : nous sommes dans une crise sévère mais temporaire.

Mais tout est dans le mot « temporaire » : 3 mois ? 6 mois ? plus ? Et plus le temps passe, plus le risque de faillite s’accroît.

Il y a quelques jours, c’est l’opérateur de satellites OneWeb qui s’est placé sous le régime des faillites. L’entreprise avait levé plus de 3 milliards$ depuis sa création auprès de différents investisseurs dont SoftBank, Airbus ou encore Virgin mais avait encore besoin de capitaux pour poursuivre son expansion. Les discussions récentes, notamment auprès de SoftBank pour des financements de 2 milliards$ ont échoué.

Le groupe japonais SoftBank, investisseur majeur dans les sociétés « techs » à travers le monde, traverse également une très forte phase de turbulence accentuée par le choc mondial lié au Covid-19. Plusieurs sources ont indiqué que le groupe s’était rapproché du hedge fund Elliott Management et du fonds souverain d’Abu Dhabi pour discuter d’une possible sortie de la cote et devenir privé, la valeur du titre ayant été divisée par deux en l’espace de quelques semaines.

Ces discussions n’ont débouché sur rien et Softbank a dû se séparer de plus de 40 milliards$ d’actifs et racheter massivement ses propres actions pour plus de 20 milliards$ pour tenter de stabiliser la situation…des grandes manœuvres qui soulignent clairement les tensions financières catalysées par la crise sanitaire mondiale.

Plusieurs secteurs sont sous très forte pression actuellement, comme le secteur aérien. Le chef économiste de l’Association du transport aérien mondial (IATA) a récemment déclaré que toutes les compagnies aériennes ne survivraient pas à la crise et que le secteur allait connaître des restructurations inévitables.

Le secteur pétrolier est également sous forte pression notamment aux Etats-Unis avec un baril qui évolue à 20$, c’est-à-dire son plus bas niveau depuis 2002. Les agences de notation enchaînent les dégradations des entreprises du secteur et le président américain, qui saluait il y a quelques jours encore la forte baisse des prix, s’inquiète désormais des conséquences pour les entreprises américaines du secteur.

Ce qui nous emmène sur le terrain de la dette des entreprises, et notamment de la dette des entreprises américaines, qui a connu une envolée de près de 80% depuis la crise des subprimes.

Moody’s a dégradé cette semaine, de « stable » à négative » sa perspective pour les 6600 milliards$ de dettes d’entreprises non financières américaines…

Ce qui oblige à garder un œil très attentif, notamment sur le segment « « high yield », c’est-à-dire la dette qui ne se trouve pas en catégorie « investissement » mais en catégorie « spéculative ». Le secteur a connu sa plus forte phase de baisse depuis 2009 avant de se redresser mais le rebond s’essouffle depuis quelques jours…si la dette à risque des entreprises américaines est à nouveau vendue sur les marchés dans les jours qui viennent, peu de chance que les indices actions connaissent un autre sort.

Ces informations ont été préparées par IG Europe GmbH et IG Markets Limited. En plus de la déclaration ci-dessous, le contenu de cette page ne contient pas d’enregistrement de nos cours, ni d’offre ou de sollicitation d’une transaction sur un instrument financier. IG décline toute responsabilité quant à l’utilisation qui pourrait être faite de ces commentaires et aux conséquences qui pourraient en découler. Aucune déclaration ou garantie n’est donnée quant à l’exactitude ou à l’exhaustivité de ces informations. Par conséquent, toute personne qui agit en son nom le fait entièrement à ses propres risques. Toutes les recherches citées ne tiennent pas compte des objectifs spécifiques d’un investissement, de la situation financière ou des besoins propres à chaque investisseur susceptible de les recevoir. Ces informations n’ont pas été préparées conformément aux exigences légales visant à promouvoir l’indépendance de la recherche en investissement et, en tant que tel, sont considérées comme une communication marketing. Bien que nous ne soyons pas spécifiquement contraints de traiter en amont de nos recommandations, nous ne cherchons pas à en tirer profit avant qu’elles ne soient fournies à nos clients. Voir la déclaration relative aux recherches non indépendantes et le résumé trimestriel.

Les cours en temps réel

  • Forex
  • Actions
  • Indices
liveprices.javascriptrequired


Voir plus de valeurs forex en temps réel

liveprices.javascriptrequired
liveprices.javascriptrequired

Les cours ci-dessus sont soumis aux mentions légales du site.
Les cours sont donnés à titre indicatif.

Abonnez-vous gratuitement aux idées de trading quotidiennes

Abonnez-vous gratuitement pour recevoir les idées de trading quotidiennes par e-mail, du lundi au vendredi.


Mon consentement est donné librement et peut être retiré à tout moment. Tout retrait de mon consentement ne saurait affecter la légalité du traitement des données effectué antérieurement audit retrait. Pour plus d'informations sur la manière dont nous pouvons utiliser vos données personnelles, veuillez consulter notre Charte de confidentialité et Politique d'accès et nos Termes et conditions du site.

Ces sujets pourraient vous intéresser...

Informez-vous sur les frais et commissions liés au trading avec notre tarification transparente.

Découvrez pourquoi tant d'investisseurs nous accordent leur confiance, et ce qui fait de nous les leaders du courtage en ligne sur CFD.

Consultez notre calendrier économique pour suivre les événements économiques majeurs.