Marchés : retour sur les sommets… ou entrée dans une phase consolidante ?

Alors que le Nasdaq a réussi à revenir sur son sommet historique et même à le franchir pendant quelques jours, l’hypothèse d’un « FOMO » débridé permettant à l’ensemble des principaux indices de revenir sur les sommets a traversé les esprits… mais le retour soudain de la volatilité après une phase prolongée de rebond des indices ouvre la voie à une phase plus consolidante sur les marchés financiers, avant de retrouver les sommets.

Alors qu’elle évoluait à 24 il y a quelques jours, la volatilité sur le SP500 a bondi à 44 en fin de semaine dernière soit une hausse de 80% en l’espace d’une semaine. Certes, nous sommes encore loin du pic de stress de mars (le VIX avait alors atteint 85) mais cette nouvelle poussée de fièvre sur les marchés a effacé une bonne partie de la dernière vague de hausse qui s’est étalée de la mi-mai à début juin.

La phase de rebond de la plupart des indices boursiers en Europe et aux Etats-Unis s’est décomposée en trois vagues : une première vague dynamique à partir du point bas de mars, une seconde vague plus latérale qui s’est étalée sur avril-mai et une troisième vague puissante qui s’est mise en place, notamment en Europe, après les premières annonces d’un plan de relance par le couple franco-allemand, puis quelques jours plus tard par la Commission Européenne. Cette dernière vague a permis à plusieurs indices majeurs, comme le S&P 500 ou le Dax, de revenir à moins de 6% du sommet historique.

Scénario à peine croyable alors les entreprises du SP500 devraient publier des bénéfices en baisse de 43% au 2ème trimestre par rapport au 2ème trimestre 2019 (selon FactSet), soit la plus forte baisse depuis le 4ème trimestre 2008 où les bénéfices s’étaient repliés de 69% par rapport à la même période l’année précédente. L’expansion du bilan de la Fed sur les trois derniers mois explique en très grande partie cette phase d’expansion des indices (le bilan de la Reserve Fédérale a progressé de plus de 70% entre mars et mai, soit 3000 milliards de dollars de plus ou l’équivalent de 14% du PIB américain !).

Cette liquidité abondante mais également certains chiffres macroéconomiques moins mauvais que prévus aux Etats-Unis ont été de puissants catalyseurs. Mais depuis quelques jours la réalité rattrape les marchés, et notamment celle décrite par le président de la Fed, qui a dressé un tableau particulièrement pessimiste de l’évolution à venir du marché du travail aux Etats-Unis, considérant que des millions d’américains peineront à retrouver un travail même lorsque la reprise sera là. Et semblant donc écarter l’hypothèse d’une reprise en « V » de l’économie alors que des conseillers économiques de la Maison Blanche et le président américain lui-même évoquaient déjà ce scénario d’une reprise dynamique.

La confiance des consommateurs américains est également venue refroidir les ardeurs. Même si elle s’est redressée ces deux derniers mois (78.9 en juin), elle reste toutefois très en dessous des niveaux du début d’année ou l’indice de confiance, mesuré par l’Université du Michigan, naviguait à plus de 100. Si des millions d’américains peinent à retrouver un emploi et que la confiance globale est impactée, il ne devrait pas y avoir de miracle sur la consommation à court terme, et donc sur la croissance.

Et les craintes de foyers persistants voire de nouvelle vague, dans certains Etats américains et en Chine ont accéléré la correction des marchés.

Il semble donc que les indices boursiers soient partis pour plusieurs trimestres de consolidation entre les sommets pré-Covid19 et le creux de mars.

Les banques centrales ne laisseront probablement pas les indices boursiers revoir les points bas de mars car cela traduirait une dégradation des conditions financières qui agirait en vent contraire sur la reprise économique. Mais de l’autre côté, même si certains indices sont venus tutoyer voire dépasser les sommets historiques, il n’est pas certains que les investisseurs acceptent de payer des multiples de valorisation aussi élevés alors que la visibilité économique reste très dégradée.

En revanche, même si les investisseurs vont probablement refuser de payer des multiples excessifs, il n’est pas impossible que nous soyons quand même entrés dans une «ère » de multiples élevés (ratio cours/bénéfice), par rapport à la moyenne des années précédentes, en raison de l’abondance de liquidité et d’une phénomène de « TINA » toujours présent, les rendements souverains étant toujours très écrasés par l’action des banques centrales et les perspectives économiques.

Avec les projections économiques actuelles, le scénario d’une consolidation de plusieurs mois des indices, entre les deux bornes extrêmes touchées cette année, semble être l’hypothèse la plus logique.

Ces informations ont été préparées par IG Europe GmbH et IG Markets Limited. En plus de la déclaration ci-dessous, le contenu de cette page ne contient pas d’enregistrement de nos cours, ni d’offre ou de sollicitation d’une transaction sur un instrument financier. IG décline toute responsabilité quant à l’utilisation qui pourrait être faite de ces commentaires et aux conséquences qui pourraient en découler. Aucune déclaration ou garantie n’est donnée quant à l’exactitude ou à l’exhaustivité de ces informations. Par conséquent, toute personne qui agit en son nom le fait entièrement à ses propres risques. Toutes les recherches citées ne tiennent pas compte des objectifs spécifiques d’un investissement, de la situation financière ou des besoins propres à chaque investisseur susceptible de les recevoir. Ces informations n’ont pas été préparées conformément aux exigences légales visant à promouvoir l’indépendance de la recherche en investissement et, en tant que tel, sont considérées comme une communication marketing. Bien que nous ne soyons pas spécifiquement contraints de traiter en amont de nos recommandations, nous ne cherchons pas à en tirer profit avant qu’elles ne soient fournies à nos clients. Voir la déclaration relative aux recherches non indépendantes et le résumé trimestriel.

Restez attentifs aux opportunités après les annonces du FOMC

Découvrez comment les réunions du FOMC impactent les marchés suite à celle des 15 et 16 septembre 2020.

  • Comment la prochaine réunion de la Fed peut impacter votre trading ?
  • Qu’a-t-il été décidé lors de la dernière réunion ?
  • De quelle manière les annonces du FOMC impactent le cours du dollar ?

Les cours en temps réel

  • Forex
  • Actions
  • Indices
Vente
Achat
Mise à jour
Variation
-
-
-
-
-
-
-
-
-
-
-
-
-
-
-
-
-
-
-
-


Voir plus de valeurs forex en temps réel

Vente
Achat
Mise à jour
Variation
-
-
-
-
-
-
-
-
-
-
-
-
Vente
Achat
Mise à jour
Variation
-
-
-
-
-
-
-
-
-
-
-
-
-
-
-
-
-
-
-
-

Les cours ci-dessus sont soumis aux mentions légales du site.
Les cours sont donnés à titre indicatif.

Abonnez-vous gratuitement aux idées de trading quotidiennes

Abonnez-vous gratuitement pour recevoir les idées de trading quotidiennes par e-mail, du lundi au vendredi.


Mon consentement est donné librement et peut être retiré à tout moment. Tout retrait de mon consentement ne saurait affecter la légalité du traitement des données effectué antérieurement audit retrait. Pour plus d'informations sur la manière dont nous pouvons utiliser vos données personnelles, veuillez consulter notre Charte de confidentialité et Politique d'accès et nos Termes et conditions du site.

Ces sujets pourraient vous intéresser...

Informez-vous sur les frais et commissions liés au trading avec notre tarification transparente.

Découvrez pourquoi tant d'investisseurs nous accordent leur confiance, et ce qui fait de nous les leaders du courtage en ligne sur CFD.

Consultez notre calendrier économique pour suivre les événements économiques majeurs.

Les CFD sont des instruments complexes et présentent un risque élevé de perte rapide en capital en raison de l’effet de levier. 76% des comptes d’investisseurs particuliers perdent de l’argent lorsqu’ils investissent sur les CFD avec IG. Vous devez vous assurer que vous comprenez le fonctionnement des CFD et que vous pouvez vous permettre de prendre le risque élevé de perdre votre argent. Les options et les turbos warrants sont des instruments financiers complexes présentant un risque de perte en capital. Les pertes peuvent être extrêmement rapides. Le service d'exécution d'ordres au travers d’un compte risque limité présente un risque de perte du capital investi. Les CFD, les options et les turbos warrants sont des instruments complexes et présentent un risque élevé de perte rapide en capital en raison de l’effet de levier. Le service d'exécution d'ordres au travers d’un compte risque limité présente un risque de perte du capital investi.