Luxe : qu’attendre des résultats d’Hermès et de Kering ?

Après LVMH, qui a ouvert le bal d’une nouvelle saison de résultats, les deux autres valeurs du luxe de l’indice CAC 40, Hermès et Kering, lèveront le voile jeudi sur leurs finances trimestrielles (avant et après la séance).

Si le groupe de Bernard Arnault a montré une forte résilience malgré la crise politique de Hong-Kong, reste à savoir si ses concurrentes – également très présentes sur le territoire – feront preuve d’une aussi belle tenue pour leurs résultats du 3e trimestre.

Hong Kong représente à elle seule entre 5 et 10 % des ventes annuelles du luxe mondial, estimées à 285 milliards de dollars, d’après les analyses de Bernstein. Or, les ventes au détail de la cité ont chuté de 23 % au mois d’août comparé à la même période l’année dernière. Dans ce contexte, RBC anticipe que la plupart des marques devraient subir une baisse de 30 à 60% de leurs ventes à Hong-Kong sur l’ensemble du 3e trimestre.

Hermès : 15% de croissance semestrielle en Asie

En ce qui concerne Hermès, la marge opérationnelle courante du groupe s’était établie à 34,5% au 1er semestre, après 34,3% sur cette même période en 2018, selon les données publiées en septembre. Son résultat opérationnel a atteint près de 985 millions d’euros grâce à une forte progression du volume des ventes dans l’ensemble de ses métiers.

Sa division phare, la maroquinerie-sellerie, a progressé de 8% sur les six premiers mois de l’année, et de 12,2% en organique au deuxième trimestre. La mode et accessoires a bondi de 17%, les parfums de 15%, et les autres métiers, qui comprennent la bijouterie, de 24%.

La croissance a grandement reposé sur ses performances asiatiques, et en particulier chinoises, dopées par les mesures de relance du gouvernement, comme la baisse de la TVA. Hors Japon, les ventes d’Hermès en Asie ont ainsi augmenté de 15% au 1er semestre.

Décrochage des ventes hongkongaises à prévoir

Mais au sein du territoire spécial de Hong-Kong, les événements politiques qui ont débuté en juin, pourraient impacter le 3e trimestre du géant du luxe.

En juin, comme en septembre, les manifestations antigouvernementales ont contraint Hermès à fermer pour plusieurs jours certains de ses cinq magasins ainsi qu’une boutique à l’aéroport. Reste à savoir si, à l’instar de LVMH, Hermès est parvenue à accuser le coup grâce à la bonne santé de ses ventes chinoises.

Développements européens

En dehors du cas particulier de Hong-Kong, le groupe devrait afficher une bonne tenue de sa croissance. Il a annoncé ce mois-ci l’ouverture de deux nouvelles maroquinerie à l’horizon 2022 dans les Ardennes, qui devraient employer quelque 250 personnes, son sixième pôle maroquinier en France.

Autre ouverture notoire en Europe : Hermès s’apprête à inaugurer sa première boutique en Pologne. Implantée à Varsovie, son ouverture est prévue le 28 novembre prochain.

Prévisions financières et cours de l’action Hermès

Lors de la publication de ses résultats, le groupe a confirmé un objectif de croissance annuel de 10%, avec une progression en volumes de 7%, et une hausse des prix de 3%.

Le consensus établi par S&P Global Market Intelligence anticipe un chiffre d’affaires 2019 de 6,758 milliards de dollars après 5,966 en 2018, pour un résultat net de 1 504 millions de dollars contre 1405 millions l’an passé. Ils prévoient un bénéfice par action en hausse d’un dollar, à 14,4 dollars par action.

Sur le cours du titre Hermès, le consensus ressort à « conserver » avec un objectif de cours moyen à 583,83 dollars. La semaine dernière, Goldman Sachs est passé de « neutre » à « vendre » mais avec un objectif de cours rehaussé de 498 à 563 dollars.

L’action Hermès s’est appréciée de près de 30,5% depuis le début de l’année. Elle s’échange ce mardi après-midi à 632,2€, en progression de 0,41%.

Kering : rythme de croissance ralenti pour Gucci

Chez sa concurrente Kering, la tendance dessinée en 2019 est relativement similaire. Propriétaire tricolore des marques Gucci et Yves Saint Laurent, le vaisseau amiral de François Pinault a débuté l’année 2019 sur les chapeaux de roues.

Après un très bon cru 2018, le groupe a poursuivi sur cette lancée, faisant état d’une hausse de 26,8% de son chiffre d’affaires au 1er semestre, à 6,431 milliards d’euros, dont 33,9% de croissance organique. Son résultat opérationnel courant a atteint un niveau record à 1 771,9 millions d’euros à +53,1%, pour un résultat net part du groupe à 2359,6 millions d’euros, qui a bondi de 185,7%. La marge brute s'élève à 4 776,3 millions d'euros, en hausse de 30% par rapport au semestre précédent.

Pour autant, Gucci, la marque-phare du groupe dont il tire près de deux tiers de ses revenus, a montré des premiers signes d’essoufflement au 2e trimestre. Elle ne progresse que de 12,7% à données constantes, après +20% la période précédente. En cause : la contraction de ses ventes aux Etats-Unis (-2%) où elle pâtirait de la baisse du tourisme asiatique, conséquence du conflit commercial avec la Chine.

Sur la période avril-juin, la marque Yves Saint Laurent poursuit sa progression en revanche, à +15,8%, tandis que les autres marques affichent une belle tenue à +19,2% grâce aux bons résultats de Balenciaga.

Désengagement de Puma

En septembre, Kering a par ailleurs annoncé la cession de 500 millions d’euros d’obligations de Puma (correspondant à 3,5-3,7% du capital), la marque allemande de sport dont la holding détient toujours près de 29%. Le groupe a précisé dans un communiqué que le prix d'échange initial se traduirait par une prime comprise entre 30% et 35% par rapport au cours de référence de l'action Puma. La société a été dopée par ses partenariats avec de grands clubs de football dont Manchester City ou avec des célébrités, comme la chanteuse Selena Gomez et le rappeur Jay-Z. Elle a relevé en juillet ses prévisions de ventes et de bénéfice annuels.

Le groupe continue en revanche de se renforcer dans le segment de la lunetterie de luxe, via son partenariat avec Richemond (Cartier, Alaia, Montblanc…) scellé en 2017. Pour s’imposer sur ce marché estimé à 3 milliards d’euros et optimiser l’internalisation de la création des montures de ses différentes marques (Gucci, Saint Laurent, Balenciaga…), un centre logistique dédié a été inauguré au mois de septembre en Italie.

Prévisions financières et cours de l’action Kering

Selon le consensus des analystes compilé par S&P Global Market Intelligence, les estimations de chiffre d’affaires 2019 pour Kering s’élève à 15 695 millions d’euros contre 13 665 en 2018, pour un EBITDA de 5 571 millions d’euros. En revanche, le consensus table sur un rendement moins important qu’en 2018, à 2,43% contre 2,55% l’année dernière. Ainsi, le résultat net est attendu à 2469 M€ contre 3715 M€ en 2018, avec un bénéfice net par action à 20,3€ alors que celui-ci s’est élevé à 29,5€ pour l’exercice précédent.

L’objectif de cours moyen de S&P Global Market Intelligence ressort à 558,39€. Pour sa part, Jefferis a abaissé son objectif de cours de 600 à 560€. L’action Kering a progressé de 15,5% depuis le 1er janvier 2019. Elle s’échange 475,65 € ce mardi après-midi, en légère baisse (-0,04%).

Ces informations ont été préparées par IG Europe GmbH et IG Markets Limited. En plus de la déclaration ci-dessous, le contenu de cette page ne contient pas d’enregistrement de nos cours, ni d’offre ou de sollicitation d’une transaction sur un instrument financier. IG décline toute responsabilité quant à l’utilisation qui pourrait être faite de ces commentaires et aux conséquences qui pourraient en découler. Aucune déclaration ou garantie n’est donnée quant à l’exactitude ou à l’exhaustivité de ces informations. Par conséquent, toute personne qui agit en son nom le fait entièrement à ses propres risques. Toutes les recherches citées ne tiennent pas compte des objectifs spécifiques d’un investissement, de la situation financière ou des besoins propres à chaque investisseur susceptible de les recevoir. Ces informations n’ont pas été préparées conformément aux exigences légales visant à promouvoir l’indépendance de la recherche en investissement et, en tant que tel, sont considérées comme une communication marketing. Bien que nous ne soyons pas spécifiquement contraints de traiter en amont de nos recommandations, nous ne cherchons pas à en tirer profit avant qu’elles ne soient fournies à nos clients. Voir la déclaration relative aux recherches non indépendantes et le résumé trimestriel.

Les cours en temps réel

  • Forex
  • Actions
  • Indices
Vente
Achat
Mise à jour
Variation
-
-
-
-
-
-
-
-
-
-
-
-
-
-
-
-
-
-
-
-


Voir plus de valeurs forex en temps réel

Vente
Achat
Mise à jour
Variation
-
-
-
-
-
-
-
-
-
-
-
-
Vente
Achat
Mise à jour
Variation
-
-
-
-
-
-
-
-
-
-
-
-
-
-
-
-
-
-
-
-

Les cours ci-dessus sont soumis aux mentions légales du site.
Les cours sont donnés à titre indicatif.

Abonnez-vous gratuitement aux idées de trading quotidiennes

Abonnez-vous gratuitement pour recevoir les idées de trading quotidiennes par e-mail, du lundi au vendredi.


Mon consentement est donné librement et peut être retiré à tout moment. Tout retrait de mon consentement ne saurait affecter la légalité du traitement des données effectué antérieurement audit retrait. Pour plus d'informations sur la manière dont nous pouvons utiliser vos données personnelles, veuillez consulter notre Charte de confidentialité et Politique d'accès et nos Termes et conditions du site.

Ces sujets pourraient vous intéresser...

Informez-vous sur les frais et commissions liés au trading avec notre tarification transparente.

Découvrez pourquoi tant d'investisseurs nous accordent leur confiance, et ce qui fait de nous les leaders du courtage en ligne sur CFD.

Consultez notre calendrier économique pour suivre les événements économiques majeurs.

Les CFD sont des instruments complexes et présentent un risque élevé de perte rapide en capital en raison de l’effet de levier. 75% des comptes d’investisseurs particuliers perdent de l’argent lorsqu’ils investissent sur les CFD avec IG. Vous devez vous assurer que vous comprenez le fonctionnement des CFD et que vous pouvez vous permettre de prendre le risque élevé de perdre votre argent. Les options et les turbos warrants sont des instruments financiers complexes présentant un risque de perte en capital. Les pertes peuvent être extrêmement rapides. Le service d'exécution d'ordres au travers d’un compte risque limité présente un risque de perte du capital investi. Les CFD, les options et les turbos warrants sont des instruments complexes et présentent un risque élevé de perte rapide en capital en raison de l’effet de levier. Le service d'exécution d'ordres au travers d’un compte risque limité présente un risque de perte du capital investi.