Ereinté par la paralysie des économies mondiales, le pétrole sous les 30 dollars

Entre l’accélération des mesures de confinement en Europe et aux Etats-Unis pour lutter contre la propagation du coronavirus, et les intentions de l'Arabie Saoudite de booster la production et l'exporation de pétrole, les cours de l'or noir continuent d’être sous pression.

Lundi, les deux contrats de référence se sont à nouveau effondrés, terminant en chute de 14,27% et 11,23% une semaine seulement après leur « Black Monday » du 9 mars, leur pire séance depuis la Guerre du Golfe 2011.

Cet après-midi, les cours tentent de reprendre difficilement leur souffle : les barils de WTI et de Brent s’échangent à leurs plus bas prix depuis 2016, tous les deux situés sous la barre des 30 dollars.

Vers 16h35, le WTI américain (Pétrole - US Brut Léger), en fébrile reprise, s’échange à 29,13$ le baril. Pour sa part, le Brent européen Pétrole - Brut Brent) (contrats à échéance mai) continue de se replier, à 29,83 dollars (-0,93%).

Cours CFD du Brent (9-17 mars)

Selon les dernières prévisions de Goldman Sachs, les prix du Brent de la Mer du Nord devrait tomber à 20 dollars le baril au 2e trimestre, estimant que depuis le développement du coronavirus, la demande mondiale de brut s’est déjà contractée de 3 millions de barils par jour, soit d’environ 8%.

Pour les spécialistes, la poursuite de la chute des prix du pétrole paraît inévitable et devrait s’accélérer le mois prochain, conséquence d’une augmentation volontaire de la production et des exportations du Royaume saoudien au moment où l’effondrement de la demande de brut devrait atteindre son pic.

Guerre des prix

Ryad est entré en guerre ouverte des prix du pétrole avec Moscou depuis une dizaine de jours. Après que son partenaire de l’Opep+ a refusé d’accroître les limitations de production lors de leur dernière réunion à Vienne, l’Arabie Saoudite a décidé de changer de stratégie en annonçant qu’elle allait au contraire porter la production de sa compagnie Saudi Aramco à 12,3 millions de barils par jour (+25%).

Le pays a en plus annoncé aujourd’hui qu’il allait aussi accroître le rythme de ses exportations à 10 millions d’unités par jour dès avril ; pour maintenir ces niveaux, il prévoit de puiser 300 000 bpj dans ses réserves et de ralentir sa consommation de brut à des fins énergétiques.

L’idée : faire chuter davantage les prix pour forcer son partenaire russe à se conforter à la stratégie de réduction de l’Opep, et se rattraper entre temps sur ses volumes de production.

Ryad assure pouvoir maintenir un rythme de production de 12 millions de barils par jour pendant un an sans investissements supplémentaires. Le directeur exécutif de son groupe pétrolier Saudi Aramco, Amin Nasser, a déclaré lundi qu’il était « très à l’aise » avec un cours du baril à 30 dollars.

En posant son véto à une nouvelle coupe de production de l’Opep et ses alliés, la Russie a souhaité mettre des bâtons dans les roues aux Etats-Unis, dont l’activité pétrolifère du gaz de schiiste, plus onéreuse mais très compétitive, leur a permis de devenir depuis deux ans le premier producteur de pétrole au monde.

Répondant aux annonces d'accélération de production de Saudi Aramco, la semaine dernière, le ministre russe de l'Energie a indiqué que son pays pouvait potentiellement augmenter la sienne de 200 000 à 300 000 barils par jour à court terme, voire de 500 000 bpj à moyen terme.

La chute des cours, des conséquences « désastreuses » pour les pays en développement

Face à la chute des cours, les Etats-Unis ont annoncé vendredi soir qu’ils allaient porter au maximum le niveau de leurs réserves stratégiques en achetant du pétrole à bas coût aux sociétés américaines pour les soutenir. Ces achats débuteront la semaine prochaine. Si les contrats à terme ont un peu rebondi à cette nouvelle, les cours sont repartis rapidement à la baisse avant de chuter hier.

Dans une déclaration commune diffusée lundi, l’International Energy Agency (IEA) et l’OPEP ont averti que les revenus du pétrole et du gaz des pays en développement pourraient tomber à leur plus bas niveau depuis plus de 20 ans si les conditions actuelles du marché de l’énergie persistaient.

Les deux organisations estiment que leurs revenus pourraient ainsi chuter de 50 à 85% en 2020, et entraîner pour ces nations des conséquences économiques et sociales « potentiellement désastreuses ». Les Etats les plus dépendants de leurs ressources énergétiques, comme l’Iraq ou encore l’Algérie, sont les plus exposés à ces risques.

Suivez l'évolution des cours des matières premières avec IG

Ces informations ont été préparées par IG Europe GmbH et IG Markets Limited. En plus de la déclaration ci-dessous, le contenu de cette page ne contient pas d’enregistrement de nos cours, ni d’offre ou de sollicitation d’une transaction sur un instrument financier. IG décline toute responsabilité quant à l’utilisation qui pourrait être faite de ces commentaires et aux conséquences qui pourraient en découler. Aucune déclaration ou garantie n’est donnée quant à l’exactitude ou à l’exhaustivité de ces informations. Par conséquent, toute personne qui agit en son nom le fait entièrement à ses propres risques. Toutes les recherches citées ne tiennent pas compte des objectifs spécifiques d’un investissement, de la situation financière ou des besoins propres à chaque investisseur susceptible de les recevoir. Ces informations n’ont pas été préparées conformément aux exigences légales visant à promouvoir l’indépendance de la recherche en investissement et, en tant que tel, sont considérées comme une communication marketing. Bien que nous ne soyons pas spécifiquement contraints de traiter en amont de nos recommandations, nous ne cherchons pas à en tirer profit avant qu’elles ne soient fournies à nos clients. Voir la déclaration relative aux recherches non indépendantes et le résumé trimestriel.

Réunion de l'OPEP

Découvrez comment l’OPEP impacte les prix du pétrole à l’approche de la réunion.

  • Qu’a-t-il été décidé lors de la dernière réunion de l’OPEP ?
  • Pourquoi les pays membres de l'OPEP s'entendent-ils sur les quotas de pétrole ?
  • Quels sont les pays membres de l'OPEP ?

Les cours en temps réel

  • Forex
  • Actions
  • Indices
Vente
Achat
Mise à jour
Variation
-
-
-
-
-
-
-
-
-
-
-
-
-
-
-
-
-
-
-
-


Voir plus de valeurs forex en temps réel

Vente
Achat
Mise à jour
Variation
-
-
-
-
-
-
-
-
-
-
-
-
Vente
Achat
Mise à jour
Variation
-
-
-
-
-
-
-
-
-
-
-
-
-
-
-
-
-
-
-
-

Les cours ci-dessus sont soumis aux mentions légales du site.
Les cours sont donnés à titre indicatif.

Abonnez-vous gratuitement aux idées de trading quotidiennes

Abonnez-vous gratuitement pour recevoir les idées de trading quotidiennes par e-mail, du lundi au vendredi.


Mon consentement est donné librement et peut être retiré à tout moment. Tout retrait de mon consentement ne saurait affecter la légalité du traitement des données effectué antérieurement audit retrait. Pour plus d'informations sur la manière dont nous pouvons utiliser vos données personnelles, veuillez consulter notre Charte de confidentialité et Politique d'accès et nos Termes et conditions du site.

Ces sujets pourraient vous intéresser...

Informez-vous sur les frais et commissions liés au trading avec notre tarification transparente.

Découvrez pourquoi tant d'investisseurs nous accordent leur confiance, et ce qui fait de nous les leaders du courtage en ligne sur CFD.

Consultez notre calendrier économique pour suivre les événements économiques majeurs.

Les CFD sont des instruments complexes et présentent un risque élevé de perte rapide en capital en raison de l’effet de levier. 76% des comptes d’investisseurs particuliers perdent de l’argent lorsqu’ils investissent sur les CFD avec IG. Vous devez vous assurer que vous comprenez le fonctionnement des CFD et que vous pouvez vous permettre de prendre le risque élevé de perdre votre argent. Les options et les turbos warrants sont des instruments financiers complexes présentant un risque de perte en capital. Les pertes peuvent être extrêmement rapides. Le service d'exécution d'ordres au travers d’un compte risque limité présente un risque de perte du capital investi. Les CFD, les options et les turbos warrants sont des instruments complexes et présentent un risque élevé de perte rapide en capital en raison de l’effet de levier. Le service d'exécution d'ordres au travers d’un compte risque limité présente un risque de perte du capital investi.