Coronavirus : l'essentiel de l'actualité financière du mardi 24 mars

Avec Reuters - Mise à jour 17h40

L'info du jour : rebond en Europe et à Wall Street

  • Malgré le violent décrochage de l'activité des services en Europe et aux Etats-Unis, les marchés boursiers ont enregistré un fort rebond aujourd'hui. La bourse de Paris a terminé en hausse de 8,39%, avec un CAC 40 à 4242 points.
  • A Francfort, le Dax a bondi de 11,49 % à 9745 points. A Londres, le FTSE 100 a décollé de 9,35 % à 5460 points.
  • A Wall Street, le Dow Jones est en hausse de près de 10 % à 20 432 points, le Nasdaq grimpe de 7,6% et le S&P 500 de 8,64% à 2430 points. Les indices avaient fini dans le rouge hier soir malgré les annonces de la Fed.
  • Pour Alexandre Baradez, Chief Market Analyst IG France, la reprise des marchés actions est une conséquence des dernières annonces du président des Etats-Unis, qui n'exclut pas que le pays reprenne une "activité normale" passés les 15 jours de confinement qui sont en cours dans une dizaine d'Etats.
  • La volatilité reste importante mais moins prononcée que ces derniers jours : le Vix est repassé sous la barre des 50 à 42 ;

PMI : effondrement des services européens en mars (PMI)

  • Aux Etats-Unis, le PMI manufacturier n'enregistre qu'une légère contraction au mois de mars à 49,2 après 50,7 au mois de février. Les services souffrent davantage, tombés à 39,1 (sous le consensus à 42) après 49,4. Au global, selon les données de Markit, l'activité privée des Etats-Unis s'est contractée à 40,5 après 49,6 le mois dernier.
  • Le PMI manufacturier de la zone euro est tombé à 44,8 au mois de mars, au-dessus du consensus à 39, après 49,2 en février. Le PMI des services s'est effondré en revanche à 28,4, perdant près de 25 points en un mois, et largement sous les anticipations des analystes à 39. Au global, l'activité privée des pays de la zone euro a chuté à 31,4, après 51,6 en février.
  • L'activité du secteur privé de la France s'est fortement contractée au mois de mars. Le PMI manufacturier est tombé à 42,9, au-dessus du consensus, mais le PMI des services a flanché plus que prévu, à 29, contre 52,5 en février. Au global, le PMI composite de la France s'est écroulé à 30,2 alors que le consensus des analystes anticipait une baisse à 39,8.
  • Selon IHS Markit, le secteur privé français a ainsi enregistré "son plus fort recul depuis le lancement de l’enquête il y a presque vingt-deux ans, de nombreuses entreprises ayant en effet cessé leur activité pour une durée indéterminée en raison de l’épidémie de coronavirus".
  • En Allemagne, le PMI manufacturier a créé une bonne surprise relative, tombé à seulement 45,7 alors que le consensus tablait sur une contraction à 39,6. Ces derniers mois, le pays avait connu une baisse de l'activité plus importante, d'octobre 2019 à janvier 2020. Dans les services, la baisse est en revanche beaucoup plus forte que prévu, à 34,5, sous le consensus à 42,3, après 52,5 en février.
  • Au Royaume-Uni, le PMI composite est tombé à 37,1 avec un PMI services en net repli à 35,7 et un PMI manufacturier qui résiste mieux à 48.

Coronavirus

  • Après des jours de tergiversations, le Premier ministre japonais Shinzo Abe a demandé au Comité international olympique de reporter d'un an les JO d'été qui devaient se dérouler cet été au Japon. Ce changement de calendrier est une première depuis la seconde guerre mondiale ;
  • En Chine, après plus de deux mois d’une sévère quarantaine, le confinement de la province de Hubei, origine de l’épidémie de coronavirus, sera levé le 8 avril. La Commission de la santé de la province a déclaré hier qu’il serait levé pour tous les habitants à l’exception de ceux de la principale ville, Wuhan. La nouvelle a fait rebondir les marchés asiatiques : à Tokyo, le Nikkei a fermé en hausse de 7,13%. En Chine, le Shanghai Composite a pris 2,34%, le Shenzhen Composite 2,37%, et le Hang Seng à Hong-Kong 43%.
  • En France, 186 décès et 3167 cas de coronavirus ont été déclarés ces dernières 24h. La polémique gronde autour de l’utilisation de la chloroquine dans le traitement du Covid-19 : approuvé par le professeur Didier Raoult à Marseille qui appelle à le déployer à grande echelle, ce médicament antipaludique doit encore faire l’objet de tests cliniques approfondis. En attendant, le ministre de la Santé Olivier Véran hier soir ne s’est pas opposé à une utilisation du produit pour traiter « les cas les plus graves ».
  • Le Premier ministre Edouard Philippe a durci les mesures de confinement de la population française : les sorties sportives ne sont désormais autorisées que dans un rayon d’un kilomètre et pour une durée maximum d’une heure par jour ; les marchés alimentaires publics seront désormais fermés sauf dérogation préfectorale ; les amendes pour non-respect de ces règles, de 135 euros, seront majorées à 375 euros, puis 1500 euros en cas de récidive.
  • La paralysie de l'économie aurait déjà entraîné un chômage partiel forcé pour 700 000 salariés français et coûté 2,2 milliards d'euros, a précisé le ministre de l'Economie Bruno Le Maire.
  • Boris Johnson a décidé lundi soir de placer le Royaume-Uni en confinement pour une durée de trois semaines. Dans le pays, le coronavirus a touché 6726 personnes et entraîné la mort de 335 d’entre elles.
  • Aux Etats-Unis (46 442 cas, 504 décès), la Maison Blanche a fait part de son scepticisme sur l’efficacité de la quarantaine pour enrayer la pandémie. Donald Trump a déclaré que « la cure ne devait pas être pire que le problème. A la fin de la période de 15 jours [de confinement de certains Etats], nous devrons prendre une décision pour déterminer dans quelle direction nous voulons aller ». La paralysie de l’activité économique outre-Atlantique pourrait, selon les estimations des différents analystes, mener à une contraction du PIB de 14 à plus de 30% au deuxième trimestre, et faire bondir le taux de chômage à 30%.
  • En Allemagne (29056 cas, 123 morts), la Chancelière Angela Merkel s’est placée dimanche en quarantaine après avoir été en contact avec un médecin touché par le Covid-19. Elle a été testée négative à l’issue d’un premier test.
  • Singapour suspend à compter d'aujourd'hui l’entrée et le transit des voyageurs en séjour court et limite l’entrée sur son territoire aux travailleurs des secteurs les plus essentiels ;
  • En Australie, les Etats de Victoria et NSW ont fermé aujourd'hui les établissements scolaires et les services non essentiels. Resteront notamment ouverts les supermarchés, les banques, les pharmacies. Dans le reste du pays, le gouvernement s'apprête à annoncer la fermeture d'un ensemble de magasins à partir de ce soir minuit : les centres commerciaux, les parcs d'attractions, les salons de beauté "et d'autres boutiques de services". Canberra va aussi interdire les rassemblements de personnes ainsi que les voyages à l'étranger "non essentiels".
  • Les Emirats Arabes Unis ont annoncé la suspension de tous les vols de voyageurs pour 15 jours à compter de mercredi.

Actions économiques des Etats

  • A l'issue d'une réunion de ses ministres de l'Economie et des présidents de leurs banques centrales, le G7 a déclaré que ses "membres étaient prêts à faire tout ce qui est nécessaire" pour "restaurer la confiance et la croissance économique", "protéger les emplois, les entreprises et la résilience du système financier". Le G7 promet via des actions coordonnées de soutenir le commerce et les investissements internationaux, en association avec le FMI et l'OMC. Il reconnaît "le besoin urgent d'accroître son soutien au développement, à la production et à la distribution de tests, de traitement et de vaccins contre le coronavirus". Ce soutien prendra la forme d'actions bi- et multilatérales.
  • Le G20 tiendra un sommet extraordinaire par visioconférence jeudi au sujet du coronavirus. "Compte tenu des contraintes de politique monétaire, les pays du G20 n’ont guère d’autre alternative qu’une relance budgétaire pour soutenir la croissance", a déclaré à Reuters Agathe Demarais, directrice des prévisions mondiales à l’Economist Intelligence Unit.
  • Les prêts aux entreprises garantis par l'Etat français, l'une des mesures de l'arsenal de relance du gouvernement, seront disponibles via les réseaux bancaires dès mercredi, a annoncé Bruno Le Maire. Ces prêts sont accessibles à toutes les entreprises et le montant des crédits accordés peut atteindre 25% de leur chiffre d'affaires, a-t-il précisé.
  • Pour la 2e fois en 48h, le projet de plan de relance économique des Etats-Unis (plus de 2 000 milliards de dollars) a été rejeté une nouvelle fois par le Sénat. Les élus démocrates de la Chambre Haute reprochent au texte de donner une « boîte noire » au Trésor américain au profit des grandes entreprises, sans garanties suffisantes pour la protection des travailleurs et le financement des PME/TPE. Selon des délcarations du leader du groupe démocrate au Sénat, les deux parties, qui ont repris rapidement leurs discussions, seraient pratiquement parvenues à s'entendre. Un nouveau vote sera organisé aujourd'hui en fin de journée.
  • Le gouvernement fédéral allemand a déclaré lundi que son plan de sauvetage de l’économie s’élèverait à plus de 750 milliards d’euros. Pour la première fois depuis 1993, Berlin va émettre 156 milliards d’euros de dette afin de supporter son économie. Parmi les mesures prévues, l’Allemagne va mobiliser un fonds pouvant atteindre jusqu’à 100 milliards de dollars en vue de prendre des participations directes au sein d’entreprises. 100 milliards de dollars d’euros de crédit seront également accordés à la banque de développement fédérale pour des prêts destinés aux entreprises en difficulté.

Banques centrales

  • La Fed a annoncé lundi une nouvelle série de mesures de soutien afin de faire face au "énormes difficultés" qui attendent les Etats-Unis : le lancement d'un programme de rachats d'actifs aux montants illimités (aux montants "nécessaires"), et 300 milliards de dollars de crédit dédiés aux entreprises et aux ménages. La banque centrale va ainsi procéder à 75 Md$ d'achats de bons du trésor et à 50 Md$ de MBS par jour cette semaine. Le taux d'intérêt des opérations de repo est par ailleurs passé à 0%.

Entreprises

  • Chevron a suspendu son programme de rachats d'actifs de 5 milliards de dollars annuels et va réduire ses investissements de 4 milliards de dollars ;
  • Profit Warning de Pernod-Ricard qui a prévenu ce matin que son résultat opérationnel courant devrait se contracter de 20% sur l'exercice en cours. Le groupe français de spiritueux a été impacté par une activité quasi-nulle en Chine en février et en mars, ainsi que par une chute de 80% de son circuit de distribution en Travel Retail ;
  • Boeing a suspendu pour 14 jours sa production de longs courriers dans l’État de Washington
  • General Electrics supprime 10 % de ses effectifs aux États-Unis dans la division aviation, soit 2 600 personnes. D’autres licenciements devraient suivre dans d’autres pays où est implanté le groupe.
  • Les filiales de Kering Saint-Laurent, Gucci et Balenciaga se joignent à l’effort collectif en planifiant la fabrication de masques de protection au sein de leurs ateliers français.
  • BioMérieux a reçu l’autorisation de la FDA de l’utilisation de son test de coronavirus, qui permet aux laboratoires d’obtenir une réponse en 45 minutes.

Devises

A 14h40 -->

Le dollar se replie de 0,75% face à l’euro à 1,0797 (EUR/USD). La livre gagne 1,69% face au billet vert à 1,1744, l’EUR/GBP est à -0,92% et 0,9196. Le yen gagne 0,16% par rapport au dollar, le franc suisse +0,6%.

Matières premières

A 14h40 -->

Reprise du pétrole ce matin. Le WTI (Pétrole - US Brut Léger) rebondit de 3,25% à 24$. Le Brent de la Mer du Nord (Pétrole - Brut Brent) s’apprécie de +3,07% à 27,80$.

L'or poursuit son ascension passé au-dessus des 1600 $ l'once à 1602$ (+3,29%) et à 1670$ sur les futures à échéance avril (+6,5%).

Ces informations ont été préparées par IG Europe GmbH et IG Markets Limited. En plus de la déclaration ci-dessous, le contenu de cette page ne contient pas d’enregistrement de nos cours, ni d’offre ou de sollicitation d’une transaction sur un instrument financier. IG décline toute responsabilité quant à l’utilisation qui pourrait être faite de ces commentaires et aux conséquences qui pourraient en découler. Aucune déclaration ou garantie n’est donnée quant à l’exactitude ou à l’exhaustivité de ces informations. Par conséquent, toute personne qui agit en son nom le fait entièrement à ses propres risques. Toutes les recherches citées ne tiennent pas compte des objectifs spécifiques d’un investissement, de la situation financière ou des besoins propres à chaque investisseur susceptible de les recevoir. Ces informations n’ont pas été préparées conformément aux exigences légales visant à promouvoir l’indépendance de la recherche en investissement et, en tant que tel, sont considérées comme une communication marketing. Bien que nous ne soyons pas spécifiquement contraints de traiter en amont de nos recommandations, nous ne cherchons pas à en tirer profit avant qu’elles ne soient fournies à nos clients. Voir la déclaration relative aux recherches non indépendantes et le résumé trimestriel.

Réunion de la Réserve fédérale

Découvrez quel sera l’impact des décisions de la Fed sur les marchés à l’approche de la réunion de la FOMC.

  • Quel sera l’impact pour les investisseurs ?
  • Qu’a-t-il été décidé lors de la dernière réunion ?
  • De quelle manière les annonces du FOMC impactent le cours du dollar ?

Les cours en temps réel

  • Forex
  • Actions
  • Indices
Vente
Achat
Mise à jour
Variation
-
-
-
-
-
-
-
-
-
-
-
-
-
-
-
-
-
-
-
-


Voir plus de valeurs forex en temps réel

Vente
Achat
Mise à jour
Variation
-
-
-
-
-
-
-
-
-
-
-
-
Vente
Achat
Mise à jour
Variation
-
-
-
-
-
-
-
-
-
-
-
-
-
-
-
-
-
-
-
-

Les cours ci-dessus sont soumis aux mentions légales du site.
Les cours sont donnés à titre indicatif.

Abonnez-vous gratuitement aux idées de trading quotidiennes

Abonnez-vous gratuitement pour recevoir les idées de trading quotidiennes par e-mail, du lundi au vendredi.


Mon consentement est donné librement et peut être retiré à tout moment. Tout retrait de mon consentement ne saurait affecter la légalité du traitement des données effectué antérieurement audit retrait. Pour plus d'informations sur la manière dont nous pouvons utiliser vos données personnelles, veuillez consulter notre Charte de confidentialité et Politique d'accès et nos Termes et conditions du site.

Ces sujets pourraient vous intéresser...

Informez-vous sur les frais et commissions liés au trading avec notre tarification transparente.

Découvrez pourquoi tant d'investisseurs nous accordent leur confiance, et ce qui fait de nous les leaders du courtage en ligne sur CFD.

Consultez notre calendrier économique pour suivre les événements économiques majeurs.

Les CFD sont des instruments complexes et présentent un risque élevé de perte rapide en capital en raison de l’effet de levier. 76% des comptes d’investisseurs particuliers perdent de l’argent lorsqu’ils investissent sur les CFD avec IG. Vous devez vous assurer que vous comprenez le fonctionnement des CFD et que vous pouvez vous permettre de prendre le risque élevé de perdre votre argent. Les options et les turbos warrants sont des instruments financiers complexes présentant un risque de perte en capital. Les pertes peuvent être extrêmement rapides. Le service d'exécution d'ordres au travers d’un compte risque limité présente un risque de perte du capital investi. Les CFD, les options et les turbos warrants sont des instruments complexes et présentent un risque élevé de perte rapide en capital en raison de l’effet de levier. Le service d'exécution d'ordres au travers d’un compte risque limité présente un risque de perte du capital investi.