CAC 40, Dax 30, Wall Street : 2019 lords of trade war

Les performances des indices boursiers en 2019 ont dépassé toutes les attentes...

Milan, Francfort et Zurich ont déjà fermé boutique pour 2019, mais les places boursières d’Euronext (Paris, Amsterdam, Bruxelles) et de Londres enregistrent ce midi leurs derniers échanges annuels pour une séance écourtée.

Après une année aussi éclatante, c’est sans grande surprise que les indices CAC 40 et FTSE 100 se contractent un peu pour cette ultime séance de 2019, à la faveur de belles prises de bénéfices !

Il y a un an, les difficultés rencontrées par les marchés actions en 2018 avaient incité les prévisionnistes à la prudence. La majorité des grands établissements financiers attendaient un cru 2019 indiciel stable ou en léger retrait et peu tablaient sur des gains : les plus optimistes d’entre eux anticipaient pour le un CAC 40 une progression à 5200 points... Autant dire que tout le monde s’est planté.

Dans un contexte de fortes tensions commerciales, de grande inconnue du Brexit et d’un ralentissement général de l’économie mondiale, les performances à deux chiffres signées par la majorité des grands indices boursiers étaient délicates à anticiper. Que ce soit en Asie, en Europe ou aux Etats-Unis, ces douze derniers mois, les bourses mondiales ont connu des niveaux de croissance records : historiques à Wall Street, décennaux en Europe !

Wall Street bat des records

Le 27 décembre, après onze séances consécutives de gains, une situation inédite depuis 1997, le Nasdaq a passé pour la première fois de son histoire les 9000 points – et le Dow Jones a atteint un pic à 28701,66 points intraday pour terminer à 28645,26 points, également son record historique.

Principalement concentrés sur les négociations entre Pékin et Washington, portés par la tournure accommodante des banques centrales (pour ne citer qu’eux : trois baisses de taux consécutives pour la Fed et des injections de liquidités quotidienne sur le marché de repo ces quatre derniers mois, un généreux package de mesures lancé par la BCE en septembre), les indices ont également profité d’un calendrier de fin d’année clément : la victoire de Boris Johnson aux élections générales britanniques a enfin entériné une date de sortie de l’UE pour le Royaume-Uni.

Et, surtout, Donald Trump et Xi Jinping ont mis fin au premier acte de leur arlésienne le 13 décembre, en affirmant avoir enfin trouvé un terrain d’entente pour sceller un premier accord commercial – sa signature est annoncée pour ces prochains jours mai

Les tops et flops du CAC 40 en 2019

Comme à son habitude, le New York Stock Exchange a donné le la au reste de la planète financière. Si l’on fait les comptes au cours de clôture du 30 décembre, les indices boursiers majeurs à l’échelle mondiale ont majoritairement grimpé de plus de 20% et jusqu’à 36%. A Paris, le CAC 40 signe en 2019 sa meilleure performance annuelle en progression depuis vingt ans. La semaine dernière, l’indice star de la bourse française a clôturé quatre séances consécutives au-dessus des 6000 points, du jamais-vu depuis 2007.

Et parmi ses composantes, les grandes gagnantes sont paradoxalement des valeurs particulièrement exposées aux pierres d’achoppement les plus imposantes des marchés que sont la Chine (dont les difficultés économiques sont au top de la risk list 2020 établie par Morgan Stanley) et les différents fronts de la croisade commerciale de l’Administration Trump.

Plus forte progression de l’année sur le CAC 40 (+97,22%), le fabricant de semi-conducteurs STMicroelectronics aura finalement bénéficié des espoirs grandissants du deal commercial entre la Chine et les Etats-Unis. Derrière lui, LVMH termine un excellent cru à +64,37%, et Airbus, à +55,68%, tirant parti de la catastrophe industrielle des 737 Max de Boeing. A l’opposé, Renault (-21,4%) a perdu plus que des plumes avec l’affaire Carlos Ghosn, dont l’évasion surréaliste du Japon vers le Liban la nuit dernière vient clôturer avec une pointe d’humour l’annus horribilis du constructeur français.

Des prévisions prudentes

Malgré les déboires de certaines (Renault, Boeing, le flop WeWork, Macy’s, Heinz…), les marchés n’auront retenu de 2019 que la partie du verre à moitié plein. Ignorant assez superbement des données macro-économiques loin d’être reluisantes (à l’exception des Etats-Unis, dans une certaine mesure) et des prévisions de résultats d'entreprises en baisse, ils n’ont pas non plus prêté trop d’attention aux tensions au Moyen-Orient et à Hong-Kong, à une dette US spectaculaire ou à un ensemble d’avertissements plus ou moins « techniques » tels que l’inversion de la courbe des taux observée cet été, une récession évitée de peu en Allemagne et la bonne tenue de certains actifs refuge comme l’or.

Les prévisions des analystes pour 2020 sont toutes aussi prudentes qu’elles l’étaient pour 2019. En moyenne, ils anticipent par exemple une progression de moins de 3% du S&P 500 selon CNBC.

Ce qui est certain, c’est que ces douze prochains mois, les marchés devront composer avec un ensemble de dossiers a priori propices à réveiller la volatilité.

2020, une année américaine

2020 sera une année résolument américaine, celle de l’élection présidentielle, dont le candidat républicain à sa propre succession, Donald Trump, devrait user de tous les stratagèmes pour continuer de rallier à sa cause Wall Street. Une année américaine, qui débutera aussi par le grand spectacle médiatique du procès d’impeachment du 45e président des Etats-Unis – même si les marchés le considèrent comme une affaire classée - perdurera avec la 2e phase des négociations commerciales avec la Chine, et jonglera avec un ensemble de dossiers géostratégiques épineux : le Moyen-Orient (en particulier l’Iran), la Corée du Nord, Hong-Kong…

En Europe, le Brexit pourrait venir pimenter l’ensemble alors que le gouvernement conservateur semble jouer la carte de négociations dure avec l’Union européenne en fixant une période de transition écourtée de moins d’un an.

Enfin, qui sait, au-delà de toutes ces réjouissances, la macro-économie et les données fondamentales pourraient in fine avoir une influence dans l’évolution des cours indiciels en 2020. Les prévisions de croissance mondiales du FMI ont été abaissées en automne à 3,4% pour l’année prochaine. Aux Etats-Unis, il anticipe 2,1% de progression de PIB contre 2,4% en 2019. Pour la Chine, 6,1% de croissance est attendue en 2019, puis un ralentissement à 5,8% en 2020, qui devrait se poursuivre dans les années suivantes…

Cours des indices au 30 décembre 2019 (gains annuels)

  • CAC 40 : 5982 points (+27,86%), SBF 120 : +25,38%
  • Dax 30 : 13249,01 points (+25,48%)
  • FTSE 100 : 7587,05 points (+12,67%)
  • Stoxx 600 : +23,78%
  • S&P 500 : 3221,29 points (+29,59%)
  • Nasdaq : 8945,99 points (+35,86%)
  • Dow Jones : 28402 points (+23,41%)
  • Nikkei 225 : +18%
  • Shanghai Composite : +22%
  • Shenzhen Composite : +36%
  • CSI 300 : +36%
  • Hang Seng Index : +9,6%
  • Kospi : +7,7%

Ces informations ont été préparées par IG Europe GmbH et IG Markets Limited. En plus de la déclaration ci-dessous, le contenu de cette page ne contient pas d’enregistrement de nos cours, ni d’offre ou de sollicitation d’une transaction sur un instrument financier. IG décline toute responsabilité quant à l’utilisation qui pourrait être faite de ces commentaires et aux conséquences qui pourraient en découler. Aucune déclaration ou garantie n’est donnée quant à l’exactitude ou à l’exhaustivité de ces informations. Par conséquent, toute personne qui agit en son nom le fait entièrement à ses propres risques. Toutes les recherches citées ne tiennent pas compte des objectifs spécifiques d’un investissement, de la situation financière ou des besoins propres à chaque investisseur susceptible de les recevoir. Ces informations n’ont pas été préparées conformément aux exigences légales visant à promouvoir l’indépendance de la recherche en investissement et, en tant que tel, sont considérées comme une communication marketing. Bien que nous ne soyons pas spécifiquement contraints de traiter en amont de nos recommandations, nous ne cherchons pas à en tirer profit avant qu’elles ne soient fournies à nos clients. Voir la déclaration relative aux recherches non indépendantes et le résumé trimestriel.

Les cours en temps réel

  • Forex
  • Actions
  • Indices
Vente
Achat
Mise à jour
Variation
-
-
-
-
-
-
-
-
-
-
-
-
-
-
-
-
-
-
-
-


Voir plus de valeurs forex en temps réel

Vente
Achat
Mise à jour
Variation
-
-
-
-
-
-
-
-
-
-
-
-
Vente
Achat
Mise à jour
Variation
-
-
-
-
-
-
-
-
-
-
-
-
-
-
-
-
-
-
-
-

Les cours ci-dessus sont soumis aux mentions légales du site.
Les cours sont donnés à titre indicatif.

Abonnez-vous gratuitement aux idées de trading quotidiennes

Abonnez-vous gratuitement pour recevoir les idées de trading quotidiennes par e-mail, du lundi au vendredi.


Mon consentement est donné librement et peut être retiré à tout moment. Tout retrait de mon consentement ne saurait affecter la légalité du traitement des données effectué antérieurement audit retrait. Pour plus d'informations sur la manière dont nous pouvons utiliser vos données personnelles, veuillez consulter notre Charte de confidentialité et Politique d'accès et nos Termes et conditions du site.

Ces sujets pourraient vous intéresser...

Informez-vous sur les frais et commissions liés au trading avec notre tarification transparente.

Découvrez pourquoi tant d'investisseurs nous accordent leur confiance, et ce qui fait de nous les leaders du courtage en ligne sur CFD.

Consultez notre calendrier économique pour suivre les événements économiques majeurs.

Les CFD sont des instruments complexes et présentent un risque élevé de perte rapide en capital en raison de l’effet de levier. 68% des comptes d’investisseurs particuliers perdent de l’argent lorsqu’ils investissent sur les CFD avec IG. Vous devez vous assurer que vous comprenez le fonctionnement des CFD et que vous pouvez vous permettre de prendre le risque élevé de perdre votre argent. Les options et les turbos warrants sont des instruments financiers complexes présentant un risque de perte en capital. Les pertes peuvent être extrêmement rapides. Le service d'exécution d'ordres au travers d’un compte risque limité présente un risque de perte du capital investi. Les CFD, les options et les turbos warrants sont des instruments complexes et présentent un risque élevé de perte rapide en capital en raison de l’effet de levier. Le service d'exécution d'ordres au travers d’un compte risque limité présente un risque de perte du capital investi.