Les CFD sont des instruments complexes et présentent un risque élevé de perte rapide en capital en raison de l’effet de levier. 70% des comptes d’investisseurs particuliers perdent de l’argent lorsqu’ils investissent sur les CFD avec IG. Vous devez vous assurer que vous comprenez le fonctionnement des CFD et que vous pouvez vous permettre de prendre le risque élevé de perdre votre argent. Les options et les turbos sont des instruments financiers complexes présentant un risque de perte en capital. Les pertes peuvent être extrêmement rapides. Les clients professionnels peuvent perdre plus que leur capital investi. Les CFD sont des instruments complexes et présentent un risque élevé de perte rapide en capital en raison de l’effet de levier. 70% des comptes d’investisseurs particuliers perdent de l’argent lorsqu’ils investissent sur les CFD avec IG. Vous devez vous assurer que vous comprenez le fonctionnement des CFD et que vous pouvez vous permettre de prendre le risque élevé de perdre votre argent. Les options et les turbos sont des instruments financiers complexes présentant un risque de perte en capital. Les pertes peuvent être extrêmement rapides. Les clients professionnels peuvent perdre plus que leur capital investi.
Une forte volatilité augmente le risque de perte soudaine, importante ou rapide.
Pour accorder la priorité aux services fournis à nos clients existants, IG ne permet pas actuellement d'ouvrir de nouvelles positions sur les actions US, GameStop et AMC Entertainment.

Wall Street sans égard pour l’ISM non manufacturier

Après son rebond de vendredi, la Bourse de New York poursuit sa trajectoire dans le vert, malgré l’indice décevant du secteur non manufacturier de l’Institut for Supply Management (ISM).

ig_trading_floor_4

Le PMI ressort à 57,6 au mois de décembre, contre 60,7 au mois de novembre, et sous le consensus qui tablait sur un PMI à 59,6. L’indice des directeurs achat du secteur non manufacturier de l’ISM, qui permet d’évaluer le niveau relatif des conditions des entreprises (emploi, production, commandes, stocks…), résulte de données d’un sondage effectué auprès de 400 directeurs achats. S’il est supérieur à 50, l’activité est en croissance. En dessous, elle se contracte.

Si ces indicateurs ne sont pas catastrophiques pour l’économie américaine, ils suivent la publication d’un indice ISM du secteur manufacturier déjà très décevant. Quant à l’indice ISM sur l’emploi dans le secteur non manufacturier, il ressort également à la baisse à 56,3, après 58,4 au mois de novembre. Les nouvelles commandes enregistrent un léger mieux, à 62,7 après 62,5 en novembre.

Globalement, les résultats économiques des Etats-Unis affichent des résultats en demi-teinte en ce début d’année. Vendredi 4 janvier, le PMI des services d’IHS Markit était ressorti meilleur qu’attendu à 54,3, après 53,4 en novembre. La première économie mondiale avait également publié des chiffres de l’emploi relativement spectaculaires, le département du Travail ayant recensé 312 000 créations de postes hors secteur agricole, un chiffre qui n’avait pas été atteint depuis le mois de février dernier.

Wall Street dans le vert

Du côté de Wall Street, les investisseurs ont à peine frémi à la publication du PMI non manufacturier. Après sa remontée de vendredi (+3,29 % pour le Dow Jones, +4,48 % pour le Nasdaq), la bourse de New York début sa semaine, revigorée par la reprise des négociations entre la Chine et les Etats-Unis, et par une Fed disposée à infléchir sa politique monétaire.

Mais le rebond de la place de New York ne pourrait être que technique. Après le profit warning d’Apple et une période de volatilité record à la fin 2018, les analystes avancent des prévisions plus que prudentes quant à l’évolution des marchés dans les semaines à venir, attentistes à une possible fin de cycle.

Devises et Taux

Du côté des devises, cet après-midi, l’EUR/USD affichait +0,49 % à 1,1450 $. Après la publication de l’ISM, le dollar continuait de céder du terrain à la monnaie commune, le cours de l’EUR/USD s’affichant à 1,1463 $ (+0,88 %), un mouvement normalement observé quand le PMI ressort en deça du consensus.

Le rendement des obligations Etats-Unis à dix ans, évoluait à 2,673 (+O,52 %) à 17h38, celui du taux 2 ans à 2,522 (gagnant +1,46 %).

Ces informations ont été préparées par IG Europe GmbH et IG Markets Limited. En plus de la déclaration ci-dessous, le contenu de cette page ne contient pas d’enregistrement de nos cours, ni d’offre ou de sollicitation d’une transaction sur un instrument financier. IG décline toute responsabilité quant à l’utilisation qui pourrait être faite de ces commentaires et aux conséquences qui pourraient en découler. Aucune déclaration ou garantie n’est donnée quant à l’exactitude ou à l’exhaustivité de ces informations. Par conséquent, toute personne qui agit en son nom le fait entièrement à ses propres risques. Toutes les recherches citées ne tiennent pas compte des objectifs spécifiques d’un investissement, de la situation financière ou des besoins propres à chaque investisseur susceptible de les recevoir. Ces informations n’ont pas été préparées conformément aux exigences légales visant à promouvoir l’indépendance de la recherche en investissement et, en tant que tel, sont considérées comme une communication marketing. Bien que nous ne soyons pas spécifiquement contraints de traiter en amont de nos recommandations, nous ne cherchons pas à en tirer profit avant qu’elles ne soient fournies à nos clients. Voir la déclaration relative aux recherches non indépendantes et le résumé trimestriel.