Theresa May offre sa démission pour trouver le soutien suffisant à son accord sur le Brexit

Mercredi soir, le Parlement britannique a rejeté en bloc les alternatives à l’accord de sortie tandis que Theresa May a offert sa démission en échange du soutien des députés en faveur de son deal avec Bruxelles.

Source : Bloomberg

On ne compte plus le nombre de rebondissements sur le Brexit. Celui d’hier soir a le mérite de filer ironiquement la métaphore. En ne parvenant pas à s’accorder en faveur d’une seule des huit options alternatives à l’accord de sortie de Theresa May – fussent ces votes juridiquement non contraignants – la Chambre des communes britannique a montré à quel point la fracture politique de la Grande-Bretagne est profonde, et à quel point le pays navigue à vue sur l’une des décisions les plus importantes de son histoire.

Hier, les députés de la chambre basse du Parlement britannique avaient présenté 16 motions proposant autant d’alternatives à l’accord de sortie convenu entre le gouvernement conservateur de Theresa May et l’Union européenne, qui n’a toujours pas été ratifié. 8 d’entre elles ont été retenues par le speaker des Communes et soumises au vote des MPs.

Ces votes étaient dits « indicatifs », c’est-à-dire sans portée contraignante pour le gouvernement de Theresa May. Humiliants pour cette dernière, qui a perdu le contrôle de l’ordre du jour du Parlement lundi dernier, cette série de vote était supposée relancer les négociations entre les différents courants politiques britanniques et porter l’espoir de trouver in fine un ultime compromis sur le Brexit.

Huit fois "non"

Les députés des Communes se sont ainsi notamment prononcés sur une sortie sans deal, un maintien dans le marché commun européen, l’organisation d’un nouveau référendum sur le Brexit, ou encore une révocation de l’article 50 sans passer par la case du vote populaire.

La Première ministre avait indiqué en amont de cette session qu’elle n’hésiterait pas à s’opposer aux Parlementaires si la motion votée allait à l’encontre de ses engagements en faveur du marché unique et de l’union douanière européenne. Mais elle n’a pas eu à le faire : aucune de ces huit motions n’a reçu la majorité des parlementaires.

Les deux motions qui ont reçu le soutien le plus important des députés sont, en tête, l’organisation d’un nouveau référendum sur le Brexit (268 « oui », 295 « non »), et le maintien de la Grande-Bretagne dans l’union douanière européenne (264 « oui », 272 « non »). Elles ont obtenu plus de « oui » que l’accord de sortie négocié avec Bruxelles, rejeté par deux fois, mi-janvier puis mi-mars.

Une démission offerte pour rien ?

Avant que les députés se prononcent sur ces motions, la Première ministre a joué son vatout. Elle a offert sa démission en échange du soutien suffisant des députés conservateurs et du DUP en faveur de son accord de sortie, un accord qu’elle souhaite soumettre pour la troisième fois au vote de la chambre.

Si Theresa May a donné sa tête pour obtenir une sortie de l’Union européenne négociée, c'est qu'elle espérait satisfaire la demande d’un certain nombre de MPs conservateurs souhaitant son départ du 10 Downing Street. Cette volonté sacrificielle reste pour l’heure un coup dans l’eau. Le DUP, parti unioniste irlandais dont le ralliement est indispensable aux conservateurs, a indiqué hier soir dans un coup de théâtre que cette démission ne sera pas suffisante pour obtenir le soutien de sa dizaine de députés. Le DUP exige toujours que les conditions du « backstop » irlandais, censé éviter le retour d’une frontière physique entre la République d’Irlande et l’Irlande du Nord, soient modifiées. Toutes les options restent donc encore ouvertes pour la Grande-Bretagne, bien que la plus prégnante d'entre elles soit la moins souhaitable : un hard brexit avec une sortie sans accord. Car Londres dispose de peu de temps pour sceller son destin.

Elections européennes

Jeudi 21 mars, l'Union européenne a accordé un court répit au Royaume-Uni : Bruxelles a donné à Theresa May jusqu’au 12 avril - pour organiser un troisième vote sur leur projet d’accord de sortie ou présenter une solution alternative. L'UE refuse toutefois de rouvrir les négociations sur l’accord, et demande une ratification du texte par le Parlement britannique afin d’accorder un nouveau report du Brexit jusqu’au 22 mai à minuit, soit la veille des élections européennes qui se tiendront du 23 au 26 mai.

Mais si le Parlement britannique vote – pour la troisième fois – contre l’accord négocié entre Bruxelles et le gouvernement conservateur de Theresa May, la Grande-Bretagne sortira de l’UE in extremis le 12 avril, date limite à laquelle le pays pourrait enclencher l’organisation d’élections européennes. Pour l'heure, Londres n'a pas encore fixée une nouvelle date de vote sur leur accord de sortie.

Ces informations ont été préparées par IG Europe GmbH et IG Markets Limited. En plus de la déclaration ci-dessous, le contenu de cette page ne contient pas d’enregistrement de nos cours, ni d’offre ou de sollicitation d’une transaction sur un instrument financier. IG décline toute responsabilité quant à l’utilisation qui pourrait être faite de ces commentaires et aux conséquences qui pourraient en découler. Aucune déclaration ou garantie n’est donnée quant à l’exactitude ou à l’exhaustivité de ces informations. Par conséquent, toute personne qui agit en son nom le fait entièrement à ses propres risques. Toutes les recherches citées ne tiennent pas compte des objectifs spécifiques d’un investissement, de la situation financière ou des besoins propres à chaque investisseur susceptible de les recevoir. Ces informations n’ont pas été préparées conformément aux exigences légales visant à promouvoir l’indépendance de la recherche en investissement et, en tant que tel, sont considérées comme une communication marketing. Bien que nous ne soyons pas spécifiquement contraints de traiter en amont de nos recommandations, nous ne cherchons pas à en tirer profit avant qu’elles ne soient fournies à nos clients. Voir la déclaration relative aux recherches non indépendantes et le résumé trimestriel.

Saisissez les opportunités de trading

Positionnez-vous à l'achat ou à la vente sur plus de 16 000 valeurs avec IG.

Tradez depuis notre plateforme plusieurs fois récompensée, avec des spreads compétitifs sur les indices, les actions, les matières premières et plus encore.

Les cours en temps réel

  • Forex
  • Actions
  • Indices
Vente
Achat
Mise à jour
Variation
-
-
-
-
-
-
-
-
-
-
-
-
-
-
-
-
-
-
-
-


Voir plus de valeurs forex en temps réel

Vente
Achat
Mise à jour
Variation
-
-
-
-
-
-
-
-
-
-
-
-
Vente
Achat
Mise à jour
Variation
-
-
-
-
-
-
-
-
-
-
-
-
-
-
-
-
-
-
-
-

Les cours ci-dessus sont soumis aux mentions légales du site.
Les cours sont donnés à titre indicatif.

Abonnez-vous gratuitement à l'idée de trading du jour

Chaque jour, notre bureau d’analyse technique partenaire, Day By Day, vous suggère une idée de trading en analysant les figures graphiques d'une valeur (action, indice, paire de devises, matière première).


Mon consentement est donné librement et peut être retiré à tout moment. Tout retrait de mon consentement ne saurait affecter la légalité du traitement des données effectué antérieurement audit retrait. Pour plus d'informations sur la manière dont nous pouvons utiliser vos données personnelles, veuillez consulter notre Charte de confidentialité et Politique d'accès et nos Termes et conditions du site.

Ces sujets pourraient vous intéresser...

Informez-vous sur les frais et commissions liés au trading avec notre tarification transparente.

Découvrez pourquoi tant d'investisseurs nous accordent leur confiance, et ce qui fait de nous les leaders du courtage en ligne sur CFD.

Consultez notre calendrier économique pour suivre les événements économiques majeurs.

Les CFD sont des instruments complexes et présentent un risque élevé de perte rapide en capital en raison de l’effet de levier. 75% des comptes d’investisseurs particuliers perdent de l’argent lorsqu’ils investissent sur les CFD avec IG. Vous devez vous assurer que vous comprenez le fonctionnement des CFD et que vous pouvez vous permettre de prendre le risque élevé de perdre votre argent. Les options et les turbos warrants sont des instruments financiers complexes présentant un risque de perte en capital. Les pertes peuvent être extrêmement rapides. Le service d'exécution d'ordres au travers d’un compte risque limité présente un risque de perte du capital investi. Les CFD, les options et les turbos warrants sont des instruments complexes et présentent un risque élevé de perte rapide en capital en raison de l’effet de levier. Le service d'exécution d'ordres au travers d’un compte risque limité présente un risque de perte du capital investi.