Les CFD sont des instruments complexes et présentent un risque élevé de perte rapide en capital en raison de l’effet de levier. 76% des comptes d’investisseurs particuliers perdent de l’argent lorsqu’ils investissent sur les CFD avec IG. Vous devez vous assurer que vous comprenez le fonctionnement des CFD et que vous pouvez vous permettre de prendre le risque élevé de perdre votre argent. Les options et les turbos warrants sont des instruments financiers complexes présentant un risque de perte en capital. Les pertes peuvent être extrêmement rapides. Le service d'exécution d'ordres au travers d’un compte risque limité présente un risque de perte du capital investi. Les CFD, les options et les turbos warrants sont des instruments complexes et présentent un risque élevé de perte rapide en capital en raison de l’effet de levier. Le service d'exécution d'ordres au travers d’un compte risque limité présente un risque de perte du capital investi.

Données économiques Europe – PMI : l'activité du secteur privé ralentit en France et en Allemagne en juillet

Alors que l’indice du climat des affaires de l’activité manufacturière française est ressorti en légère baisse ce mois-ci par rapport au mois de juin, à 101 après 102 (et sous le consensus qui attendait un niveau équivalent à la période précédente), le PMI manufacturier est pour sa part retombé à 50 selon les données flash d’IHS Markit. Situé à la limite de la contraction et de la croissance, l'indice rate le consensus à 51,6, qui tablait sur un rythme de croissance inférieur au mois précédent, mais continuant de progresser.

Le ralentissement de l'activité économique du secteur privé s'avère général : le PMI des services ressort également en baisse à 52,2 après 52,9 en juin, sous le consensus à 52,7. Au final, le PMI composite ressort à 51,7 après 52,7 en juin, ratant également le consensus à 52,5.

Le mois dernier, les indices PMI manufacturiers d’IHS Markit étaient ressortis en nette progression en France, alors qu’ils avaient continué de se contracter dans le reste de l’Europe. Dans l’Hexagone, l’activité manufacturière avait enregistré une reprise à 51,9 après quatre mois consécutifs de contraction, tandis qu’en Allemagne et en Italie, elle avait continué de chuter à respectivement 45 et 48,4.

Mais l’activité française n’a pas réussi à soutenir ce redressement au mois de juillet. « Cette tendance résulte d’un affaiblissement de l’expansion du volume global des nouvelles affaires, lui-même lié à un retour à la baisse des nouvelles commandes dans le secteur manufacturier », note Eliot Kerr, économiste à IHS Markit dans le communiqué des résultats de l’enquête IHS Markit pour la France. « La hausse de l’activité globale affiche notamment un rythme nettement inférieur à ceux enregistrés en moyenne en 2017 et en 2018. Elle reste faible également au regard des critères historiques de l’enquête, et le ralentissement observé en juillet atténue les espoirs d’un rebond prochain de la croissance à long terme qu’avait suscité la forte expansion observée en juin. »

L'activité manufacturière allemande à un plus bas de sept ans

En Allemagne, la tendance de ces derniers mois reste la même : des services toujours en croissance, mais une activité manufacturière qui continue de s'enfoncer davantage, à son plus faible niveau depuis 7 ans. Le PMI manufacturier, déjà très bas à 45, a chuté à 43,1, là où le consensus espérait que le niveau d'activité se maintienne. Dans les services, le PMI ressort à 55,4, au-dessus du consensus qui tablait sur un rythme de progression légèrement inférieur à 55,3 contre 55,8 en juin. Au global, le PMI composite baisse de 52,6 à 51,4, se rapprochant davantage d'une situation générale de contraction de l'activité, sous 50.

Une contraction qui se reflète à l'échelle de la zone euro

Ces mauvais indicateurs du mois de juillet en France et en Allemagne se reflètent à l'échelle de la zone euro, en particulier dans le secteur manufacturier, qui continue de chuter à 46,4 après 47,6 en juin. L'activité des services se maintient à 53,3, en ligne avec les attentes des analystes, ne permettant pas au PMI composite d'accuser le coup de l'activité manufacturière. Il ressort en baisse à 51,5 après 52,2 en juin. L’indice affiche ainsi l’un de ses plus faibles niveaux des six dernières années (n’ayant enregistré un niveau inférieur qu’à quatre reprises seulement au cours de cette période), signalant ainsi la plus faible expansion de l’activité globale du secteur privé depuis trois mois.

Les données de l’enquête signalent une quasi-stagnation du volume global des nouvelles affaires, l’indice correspondant affichant un creux de cinq mois. Cette tendance résulte d’un ralentissement de la hausse des nouveaux contrats dans le secteur des services (deuxième plus faible croissance depuis cinq mois) ainsi que de la deuxième plus forte baisse des nouvelles commandes depuis 2012 dans l’industrie manufacturière.

Le secteur manufacturier enregistre ainsi son sixième mois consécutif de baisse, signant un creux de quatre mois. Pesant particulièrement sur la croissance de la région, les nouvelles commandes à l’export (y compris les échanges intracommunautaires) ont enregistré leur plus forte contraction depuis la fin de l’année 2014, soit depuis l’introduction de données composites sur les nouvelles affaires en provenance de l’étranger.

Vers une politique de relance économique "plus offensive"

"L’industrie manufacturière est une source de préoccupation croissante. La contraction du secteur industriel s’est accentuée sous l’effet notamment des inquiétudes géopolitiques, du Brexit, de l’intensification des tensions commerciales et de la détérioration des performances du secteur ", souligne Chris Williamson, Chief Business Economist d'IHS Markit dans les résultats de l'enquête européenne.

"Les données PMI annoncent en effet une baisse trimestrielle de la production industrielle d’environ 1 %. L’expansion de la zone euro repose essentiellement sur le secteur des services – dont les performances sont étroitement liées à la conjoncture nationale – ce malgré une modération de la croissance de celui-ci par rapport au mois dernier. Ce ralentissement du secteur des services s’explique notamment par des signes d’affaiblissement du marché du travail, les créations d’emplois reculant à un creux de près de trois ans en juillet."

"L’Allemagne, touchée de plein fouet par la contraction du secteur manufacturier et notamment de l’industrie automobile, risque de voir son PIB se replier légèrement au troisième trimestre", anticipe l'économiste en chef d'IHS Markit. "En France, malgré une meilleure tenue de l’économie, la croissance pourrait également ralentir au troisième trimestre, le PIB s’orientant vers une hausse trimestrielle de 0,25 % contre 0,3 % au deuxième trimestre. Le ralentissement de la croissance, l’affaiblissement des créations d’emplois et la forte atténuation des tensions inflationnistes par rapport au début de l’année devraient inciter la Banque centrale européenne à adopter une politique de relance économique plus offensive. »

Ces informations ont été préparées par IG Europe GmbH et IG Markets Limited. En plus de la déclaration ci-dessous, le contenu de cette page ne contient pas d’enregistrement de nos cours, ni d’offre ou de sollicitation d’une transaction sur un instrument financier. IG décline toute responsabilité quant à l’utilisation qui pourrait être faite de ces commentaires et aux conséquences qui pourraient en découler. Aucune déclaration ou garantie n’est donnée quant à l’exactitude ou à l’exhaustivité de ces informations. Par conséquent, toute personne qui agit en son nom le fait entièrement à ses propres risques. Toutes les recherches citées ne tiennent pas compte des objectifs spécifiques d’un investissement, de la situation financière ou des besoins propres à chaque investisseur susceptible de les recevoir. Ces informations n’ont pas été préparées conformément aux exigences légales visant à promouvoir l’indépendance de la recherche en investissement et, en tant que tel, sont considérées comme une communication marketing. Bien que nous ne soyons pas spécifiquement contraints de traiter en amont de nos recommandations, nous ne cherchons pas à en tirer profit avant qu’elles ne soient fournies à nos clients. Voir la déclaration relative aux recherches non indépendantes et le résumé trimestriel.

Restez attentifs aux opportunités après les annonces de la Banque Centrale Européenne

Découvrez comment les annonces de politique monétaire de la BCE influencent les taux d’intérêt et la stabilité des prix, suite à la dernière réunion en septembre 2020.

  • Comment la prochaine réunion pourrait-elle impacter les marchés ?
  • Quelles sont les décisions clés sur les taux d’intérêt à surveiller ?
  • Pourquoi l’annonce du Conseil des gouverneurs est-elle importante pour les investisseurs ?

Les cours en temps réel

  • Forex
  • Actions
  • Indices
Vente
Achat
Mise à jour
Variation
-
-
-
-
-
-
-
-
-
-
-
-
-
-
-
-
-
-
-
-


Voir plus de valeurs forex en temps réel

Vente
Achat
Mise à jour
Variation
-
-
-
-
-
-
-
-
-
-
-
-
Vente
Achat
Mise à jour
Variation
-
-
-
-
-
-
-
-
-
-
-
-
-
-
-
-
-
-
-
-

Les cours ci-dessus sont soumis aux mentions légales du site.
Les cours sont donnés à titre indicatif.

Abonnez-vous gratuitement aux idées de trading quotidiennes

Abonnez-vous gratuitement pour recevoir les idées de trading quotidiennes par e-mail, du lundi au vendredi.


Mon consentement est donné librement et peut être retiré à tout moment. Tout retrait de mon consentement ne saurait affecter la légalité du traitement des données effectué antérieurement audit retrait. Pour plus d'informations sur la manière dont nous pouvons utiliser vos données personnelles, veuillez consulter notre Charte de confidentialité et Politique d'accès et nos Termes et conditions du site.

Ces sujets pourraient vous intéresser...

Informez-vous sur les frais et commissions liés au trading avec notre tarification transparente.

Découvrez pourquoi tant d'investisseurs nous accordent leur confiance, et ce qui fait de nous les leaders du courtage en ligne sur CFD.

Consultez notre calendrier économique pour suivre les événements économiques majeurs.