La Bourse de Paris poursuit son rebond dans le sillage de Wall Street et de la Bourse de Tokyo

A la mi-séance, le CAC 40 gagne 1,97% à 4 222,22 points. Ailleurs en Europe, le Footsie londonien s’adjuge 1,14%, le Dax de la Bourse de Francfort 1,79% et l’Euro Stoxx 50 des principales valeurs de la zone euro 2,00%. Le contrat future décembre sur indice Dow Jones progresse de 1,15%.

La Bourse de Paris poursuit son rebond dans le sillage de Wall Street et de la Bourse de Tokyo

La Bourse de Paris poursuit sur sa lancée de la veille, son indice phare évoluant au-dessus des 4 200 points pour la première depuis le 9 octobre. Le marché emboîte ainsi le pas de Wall Street qui a bénéficié de la croissance plus forte que prévu du PIB américain.

Les investisseurs saluent également l’assouplissement surprise de la Banque Centrale nipponne, qui a annoncé une accélération du rythme d’expansion de la masse monétaire à 80 000 milliards de yens par an, contre 60 000 à 70 000 milliards auparavant.

Associée au renforcement du dollar contre le yen, cette annonce a propulsé le Nikkei de la Bourse de Tokyo à un plus haut de près de sept ans, l’indice clôturant sur un gain de 4,8%. La prudence était cependant de mise dans l’attente de la publication qui avait lieu à 11h00 de la première estimation de l’inflation dans la zone euro pour le mois d’octobre après la déception causée par le ralentissement constaté en Allemagne. Le marché a aussi surveillé au même moment les chiffres du chômage de septembre au sein des Dix-huit.

Sur le front des statistiques, les ventes au détail ont diminué de 3,2% en Allemagne le mois dernier et affichent une hausse de 2,3% sur un an. En France, la consommation des ménages s’est contractée de 0,8% en septembre, mais elle s’est appréciée de 0,2% sur l’ensemble du troisième trimestre. Les prix à la production ont quant à eux rebondi de 0,5% dans l’Hexagone le mois dernier, mais accusent un repli de 1,4% sur un an.

Trois statistiques américaines animeront l’après-midi : les revenus et dépenses des ménages de septembre qui étaient à 13h30, le PMI de Chicago à 14h00, puis l’indice définitif Reuters-Université du Michigan de confiance du consommateur pour le mois d’octobre à 14h55. Toujours aux Etats-Unis, Chevron et Exxon Mobil publieront leurs résultats trimestriels avant l’ouverture de Wall Street.

Du côté des valeurs, BNP Paribas progresse de 3,79% à 50,31 euros. La première banque française a annoncé une progression de 10,6% de son bénéfice net à 1,5 milliard d’euros au troisième trimestre, tandis que le produit net bancaire s’est apprécié de 3,9% à 9,54 milliards.

Renault avance de 3,06% à 58,98 euros, toujours porté par la croissance de ses ventes trimestrielles, ainsi que par la performance meilleure que prévue de l’allemand Volkswagen.

Danone gagne 2,43% à 53,96 euros. Le groupe va prendre une participation de 25% dans le chinois Yashili International Holdings pour 4,39 milliards de dollars Hong Kong (environ 440 millions d’euros), renforçant sa présence sur le marché des laits infantiles dans le pays.

Sanofi s’apprécie de 2,92% à 74,010 euros, soutenu par les spéculations sur le nom du prochain directeur général.

Alcatel-Lucent prend encore 2,49% à 2,431 euros soutenu par une recommandation de Société Générale, passé de « conserver » à « achat » sur la valeur. A l’inverse, Goldman Sachs a dégradé Solvay de « neutre » à « vendre ». Le titre du groupe de chimie de spécialités cède 0,41% à 108,40 euros.

Altran s’octroie 3,48% à 7,810 euros. Le groupe de conseil en technologies a enregistré une croissance de 7,1% de son chiffre d’affaires à 423 millions d’euros au troisième trimestre. Il indique que sa performance 2014 devrait ressortir en ligne avec les objectifs fixés dans le cadre du plan stratégique 2012-2015.

Eutelsat Communications perd 1,83% à 25,715 euros. L’opérateur de satellites a dégagé un chiffre d’affaires de 357,6 millions d’euros au premier trimestre, en hausse de 4,2% à périmètre et taux de change constants. Le carnet de commandes est ressorti à 6,3 milliards d’euros, représentant quatre ans et demi de chiffre d’affaires. Le groupe confirme ses objectifs à un an et trois ans.

Enfin, Ubisoft engrange 8,51% à 14,48 euros. L’éditeur de jeux vidéo a vu son chiffre d’affaires s’apprécier de 65% à 484,2 millions d’euros au premier semestre. Le résultat net ressort à 17,1 millions d’euros, contre une perte de 293,3 millions un an plus tôt. Le groupe confirme ses objectifs pour l’exercice 2014-2015, à savoir un chiffre d’affaires d’au moins 1,4 milliard d’euros et un résultat opérationnel d’au moins 150 millions.

Sur le marché des changes, la paire euro/dollar est en recul de 0,39% à 1,2564 dollar.

 

Avertissement : IG fournit exclusivement un service d’exécution d’ordre. Les informations ci-dessus ne sont fournies qu’à titre indicatif. Elles ne constituent, ni ne doivent être interprétées comme un conseil ou une recommandation. Elles ne constituent pas non plus un historique de nos cotations ou une offre ou sollicitation à investir dans un quelconque instrument financier. IG Markets se dégage de toute responsabilité concernant l’utilisation qui en est faite et des conséquences qui en résultent. IG ne peut garantir que l’information fournie ci-dessus soit complète ou exacte et se dégage donc de toute responsabilité quant aux risques encourus par toute personne agissant sur la seule base de ces informations. Veuillez noter que ces informations ne prennent nullement en compte la situation financière et les objectifs d’investissement spécifiques aux personnes qui les reçoivent. Enfin, ces informations n’ont pas été conçues pour répondre aux exigences légales en matière d’indépendance de la recherche sur l’investissement. Elles doivent donc être considérées comme une communication à des fins marketing. Il est strictement interdit de reproduire ou de distribuer tout ou partie de ces informations à des fins commerciales ou privées.

En complément des mentions ci-dessous, veuillez noter que les informations présentes sur cette page ne constituent pas un historique de nos cotations ou une offre ou sollicitation à investir dans un quelconque instrument financier. IG se dégage de toute responsabilité concernant l’utilisation qui en est faite et des conséquences qui en résultent. Veuillez noter que ces informations ne prennent nullement en compte la situation financière et les objectifs d’investissement spécifiques aux personnes qui les reçoivent. Ces informations n’ont pas été conçues pour répondre aux exigences légales en matière d’indépendance de la recherche sur l’investissement. Elles doivent donc être considérées comme une communication à des fins marketing. Enfin, bien que notre politique de passage d’ordres ne soit pas restrictive, nous ne cherchons pas à profiter de ces recommandations avant d’en faire la communication auprès de nos clients.

Les CFD sont des instruments complexes et présentent un risque élevé de perte rapide en capital en raison de l’effet de levier.
79% des comptes d’investisseurs particuliers perdent de l’argent lorsqu’ils investissent sur les CFD avec IG.
Vous devez vous assurer que vous comprenez le fonctionnement des CFD et que vous pouvez vous permettre de prendre le risque élevé de perdre votre argent.
Les CFD sont des instruments complexes et présentent un risque élevé de perte rapide en capital en raison de l’effet de levier.