Le marché grec influe sur l'aversion pour le risque

Hier, la Bourse de Paris a terminé en légère baisse de -0,29% à 4 610,94 points, dans un volume d'échanges étoffé de 4,2 milliards d'euros et fragilisée par la chute du marché grec.

Le marché grec influe sur l'aversion pour le risque

Le marché parisien a tenté de reprendre sa marche en avant mais a rapidement perdu du terrain, avant de limiter un peu la casse grâce à une ouverture en hausse de Wall Street.

La politique monétaire très généreuse de la Banque Centrale Européenne (BCE) permet aux marchés de mieux encaisser les difficultés de la Grèce.

La Bourse d'Athènes a chuté de 9,24%, alors que le taux d'emprunt à 10 ans de la Grèce a dépassé les 10% après les premières déclarations du nouveau gouvernement grec issu du parti de la gauche radicale Syriza.

Le gel des privatisations annoncé par le nouveau gouvernement a jeté un froid. Le relèvement substantiel du salaire minimum semble également imminent. Les négociations s'annoncent ainsi glaciales entre Athènes et Bruxelles.

De son côté, Wall Street a fini en baisse mercredi soir, prise de pessimisme après une décision monétaire de la Réserve Fédérale (Fed) qui n'a pas apporté le soutien espéré par certains investisseurs : le Dow Jones a perdu 1,13%, le Nasdaq 0,93% et l'indice élargi S&P 500 a abandonné 1,35% à 2 002,16 points.

D'abord en légère hausse, les indices se sont affaissés après le communiqué de politique monétaire de la Fed, qui n'a apporté aucun changement par rapport à sa précédente publication de décembre, puis se sont clairement orientés dans le rouge peu avant la clôture.

Dans le détail, la Fed a laissé ses taux proches de zéro, réaffirmant qu'elle sera "patiente" avant de normaliser la politique monétaire et soulignant le rythme "solide" de la croissance économique.

Elle a en outre dit s'attendre à ce que l'inflation regagne le niveau de 2%, son objectif, à moyen terme une fois que les effets "provisoires" des bas prix de l'énergie vont se dissiper.

Parmi les valeurs, les banques ont fait les frais des incertitudes concernant la Grèce. BNP Paribas a perdu 2,75% à 47,50 euros, Crédit Agricole 1,82% à 10,79 euros et Société Générale 2,75% à 36,20 euros.

L'action Total a reculé (-1,78% à 45,57 euros), alors que le pétrole a ouvert en nette baisse à New York.

Plusieurs valeurs industrielles ont tiré le marché vers le haut, portées par la BCE. Renault a pris 1,91% à 69,45 euros, PSA Peugeot Citroen 1,34% à 12,86 euros, Alcatel-Lucent 3,44% à 3,16 euros et Arcelor Mittal 0,71% à 8,46 euros.

STMicroelectronics a perdu 2,87% à 7,15 euros, malgré un retour dans le vert du groupe en 2014. Le titre avait néanmoins fortement progressé depuis le début de l'année, profitant de la baisse de l'euro face au dollar.

Sur le marché des changes, l'euro baissait hier face au dollar, les cambistes jugeant qu'une décision monétaire de la Réserve Fédérale des Etats-Unis (Fed) avait confirmé la perspective d'une normalisation de la politique monétaire américaine mi-2015.

Vers 22H00 GMT (23H00 à Paris), la monnaie unique européenne valait 1,1284 dollar, contre 1,1380 dollar mardi à la même heure.

 

Avertissement : IG fournit exclusivement un service d’exécution d’ordre. Les informations ci-dessus ne sont fournies qu’à titre indicatif. Elles ne constituent, ni ne doivent être interprétées comme un conseil ou une recommandation. Elles ne constituent pas non plus un historique de nos cotations ou une offre ou sollicitation à investir dans un quelconque instrument financier. IG Markets se dégage de toute responsabilité concernant l’utilisation qui en est faite et des conséquences qui en résultent. IG ne peut garantir que l’information fournie ci-dessus soit complète ou exacte et se dégage donc de toute responsabilité quant aux risques encourus par toute personne agissant sur la seule base de ces informations. Veuillez noter que ces informations ne prennent nullement en compte la situation financière et les objectifs d’investissement spécifiques aux personnes qui les reçoivent. Enfin, ces informations n’ont pas été conçues pour répondre aux exigences légales en matière d’indépendance de la recherche sur l’investissement. Elles doivent donc être considérées comme une communication à des fins marketing. Il est strictement interdit de reproduire ou de distribuer tout ou partie de ces informations à des fins commerciales ou privées.

En complément des mentions ci-dessous, veuillez noter que les informations présentes sur cette page ne constituent pas un historique de nos cotations ou une offre ou sollicitation à investir dans un quelconque instrument financier. IG se dégage de toute responsabilité concernant l’utilisation qui en est faite et des conséquences qui en résultent. Veuillez noter que ces informations ne prennent nullement en compte la situation financière et les objectifs d’investissement spécifiques aux personnes qui les reçoivent. Ces informations n’ont pas été conçues pour répondre aux exigences légales en matière d’indépendance de la recherche sur l’investissement. Elles doivent donc être considérées comme une communication à des fins marketing. Enfin, bien que notre politique de passage d’ordres ne soit pas restrictive, nous ne cherchons pas à profiter de ces recommandations avant d’en faire la communication auprès de nos clients.

Les CFD sont des instruments complexes et présentent un risque élevé de perte rapide en capital en raison de l’effet de levier.
79% des comptes d’investisseurs particuliers perdent de l’argent lorsqu’ils investissent sur les CFD avec IG.
Vous devez vous assurer que vous comprenez le fonctionnement des CFD et que vous pouvez vous permettre de prendre le risque élevé de perdre votre argent.
Les CFD sont des instruments complexes et présentent un risque élevé de perte rapide en capital en raison de l’effet de levier.