Le CAC 40 atteint son plus haut de l’année

La Bourse de Paris a clôturé en hausse mardi, les chiffres de l'emploi américain décevants renforçant les espoirs d'un maintien de la politique monétaire de la Fed.

L'indice CAC 40 a pris 0,43 % à 4 295,43 points, dans un volume d'échange modéré de 3 milliards d'euros. Le DAX s’est adjugé 0,90 % à 8 947,46 points et le Footsie, 0,62 % à 6695,66 points.

Le marché parisien a démarré en zone rouge hier avant de se hisser en début d’après-midi en zone positive, allant jusqu’à casser le niveau des 4 300 points avant la publication des chiffres américains de l’emploi et de terminer au plus haut de l’année au terme d’une deuxième partie de séance plutôt volatile.

Une fois de plus ce qui est bon pour « Wall Street » ne l’est pas forcément pour « Main Street ». Les chiffres enfin publiés sur la situation du marché de l’emploi aux Etats-Unis se sont révélés pour le moins mitigés. Si le taux de chômage s’est effrité à 7,2 % contre 7,3% auparavant, les créations d'emplois se sont effondrées de 23,3% par rapport à août, à 148 000, alors que le consensus estimait une hausse de 183 000. Confirmant ainsi la faiblesse de la croissance économique américaine même avant le « shutdown », les chiffres de l’emploi aux Etats-Unis ont conforté la plupart des investisseurs dans leur analyse que la Fed ne changerait pas pour l’instant sa politique monétaire ultra-accommodante.

Ainsi, avec la publication hier soir après la clôture de Wall Street et  ce jour, de résultats d’entreprises outre-Atlantique conformes aux attentes dont ceux de Netflix, Texas Instruments, DuPont, Delta Air Lines et Lockheed Martin, la place new-yorkaise a terminé elle aussi en progression.

Le Dow Jones a pris 0,49 % à 15 467,66 points, le S&P 500 0,57 % à 1754, 67 points et le Nasdaq, 0,24 % à 3929,57 points.

Parmi les valeurs françaises, GDF Suez a reculé de 1,43 % à 18,31 euros après l'abaissement de recommandation par Bank of America-Merrill Lynch. Par ailleurs, la société a annoncé ses premiers investissements dans le gaz de schiste dans l'ouest de la Grande-Bretagne.

ArcelorMittal s’est nettement replié de 3,66 % à 11,59 euros après un abaissement de recommandation par UBS.

Carrefour a pris de 0,95 % à 27,565 euros après que le groupe de distribution eut annoncé le retrait de son projet de supermarché pour gourmets, qu'il entendait tester place de la Madeleine à Paris alors que le célèbre magasin Hédiard vient d'être mis en faillite.

Dassault Aviation s'est adjugé 1,78 % à 916,00 euros, porté par la présentation à Las Vegas de son nouveau jet d'affaires.

Medica a gagné 0,27 % à 18,70 euros, soutenu par la confirmation de sa prévision de chiffre d'affaires 2013.

L'action Eurotunnel a perdu 1,06 % à 7,22 euros en dépit d'un chiffre d'affaires en hausse de 16% au troisième trimestre.

Guerbet a bondi de 3,43 % à 99,29 euros après l'annonce de l'obtention auprès de la FDA, du statut de médicament orphelin pour son produit Lipiodol.

Bigben Interactive a abandonné 1,82 % à 7,54 euros. Le groupe a confirmé ses objectifs annuels, mais a averti que ses marges devraient se réduire.

Enfin, Soitec a perdu 2,21 % à 1,77 euro après l'annonce pour le premier semestre d'une perte opérationnelle courante de 71,9 millions d'euros.

L'Euro a bondi à 1,3782 $ après l'annonce des chiffres de l'emploi aux Etats-Unis. Le cours de l'or a fait de même en prenant 25 $ à 1 340,21 $ l'once. Le WTI, échéance décembre 2013 a de nouveau pour s'établir à 98,14 $ le baril.

En complément des mentions ci-dessous, veuillez noter que les informations présentes sur cette page ne constituent pas un historique de nos cotations ou une offre ou sollicitation à investir dans un quelconque instrument financier. IG se dégage de toute responsabilité concernant l’utilisation qui en est faite et des conséquences qui en résultent. Veuillez noter que ces informations ne prennent nullement en compte la situation financière et les objectifs d’investissement spécifiques aux personnes qui les reçoivent. Ces informations n’ont pas été conçues pour répondre aux exigences légales en matière d’indépendance de la recherche sur l’investissement. Elles doivent donc être considérées comme une communication à des fins marketing. Enfin, bien que notre politique de passage d’ordres ne soit pas restrictive, nous ne cherchons pas à profiter de ces recommandations avant d’en faire la communication auprès de nos clients.