Le CAC reste calme avant le chômage américain

La Bourse de Paris a clôturé en léger repli lundi dans une séance calme, les investisseurs restant sur leur quant à soi avant le retour des statistiques américaines qui avait été interrompu suite à la paralysie partielle de l'Etat américain en raison du «shutdown» et de publications de résultats d’entreprises.

L'indice CAC 40 a perdu 0,21 % à 4 276,92 points, dans un volume faible de 2,4 milliards d'euros. Le DAX a grignoté 0,02 % à 8 867,22 points alors que le Footsie progressait de 0,48 % à 6 654,20 points.

Après la fin des péripéties budgétaires aux Etats-Unis, les affaires courantes semblent reprendre sur les marchés avec le retour des statistiques américaines. Très clairement, les investisseurs attendent avec une certaine impatience les chiffres de l'emploi aux États-Unis pour septembre, qui paraîtront dans un premier temps mardi puis jeudi et qui devraient confirmer que l'économie américaine a continué à créer des emplois avant le blocage au Congrès sur le budget.

Les nouveaux chiffres publiés seront d’autant plus suivis qu’ils servent de radar à la politique de monétaire ultra –accommodante de la Fed. Si une majorité d’investisseurs continue de parier sur le maintien de la politique monétaire de la Fed, le retour des statistiques américaines sur l’emploi pourrait raviver les spéculations voire la fébrilité des investisseurs quant au prochain mouvement de la banque centrale américaine.

Dans la foulée, Wall Street a fini sans direction particulière. D’une part, à l’image de leurs confrères européens, les investisseurs américains attendent les statistiques de l’emploi qui seront publiées ce jour. D’autre part, les résultats d’entreprises publiés hier dont ceux de Mc Donald ont déçu les intervenants. Le géant de la restauration rapide a annoncé qu'il avait enregistré un bénéfice net en hausse de 5 % au troisième trimestre mais avec une croissance des ventes en berne notamment en Asie.

Le Dow Jones s’est effrité de 0,05 % à 15392,20 points, le S&P 500 est resté stable à 1744,66 points et le Nasdaq a pris 0,15 % à 3920,05 points.

Parmi les valeurs françaises, EDF est resté stable à 25,70 euros malgré la conclusion d’un contrat avec le gouvernement britannique afin de construire deux réacteurs nucléaires de type EPR au Royaume-Uni pour un montant de 18 milliards d’euros.

Areva et Alstom, parties prenantes du dossier, ont fortement progressé. Areva a bondi de 11,29 % à 16,41 euros et Alstom a pris 3,72 % à 27,49 euros.

Technip a pris 1,60 % à 89,07 euros. Le groupe se renforce au Qatar grâce à un contrat dont le montant est compris entre 100 et 250 millions d'euros.

Eramet a reculé de 1,37 % à 67,07 euros après avoir annoncé une perte opérationnelle au second semestre supérieure à 9 millions d'euros et une nouvelle baisse de son chiffre d'affaires.

Les bancaires ont fini en ordre dispersé. Société Générale a perdu 1,80 % à 41,715 euros, l'action BNP Paribas, 0,98 % à 53,77 euros alors que Crédit Agricole, prenait 0,07 % à 9,147 euros.

Enfin, Direct Energie s’est envolé de 27,79 % à 4,46 euros en dépit de la publication d'une perte nette de 2,4 millions d'euros au premier semestre, les investisseurs retenant surtout l'amélioration des perspectives et l'espoir d'un résultat net positif sur l'ensemble de l'exercice 2013.

L'Euro est resté stable à 1,3680 $ et l’or à 1 316,06 $ l’once. Le WTI, échéance décembre 2013 a reculé à 99,52  le baril.

En complément des mentions ci-dessous, veuillez noter que les informations présentes sur cette page ne constituent pas un historique de nos cotations ou une offre ou sollicitation à investir dans un quelconque instrument financier. IG se dégage de toute responsabilité concernant l’utilisation qui en est faite et des conséquences qui en résultent. Veuillez noter que ces informations ne prennent nullement en compte la situation financière et les objectifs d’investissement spécifiques aux personnes qui les reçoivent. Ces informations n’ont pas été conçues pour répondre aux exigences légales en matière d’indépendance de la recherche sur l’investissement. Elles doivent donc être considérées comme une communication à des fins marketing. Enfin, bien que notre politique de passage d’ordres ne soit pas restrictive, nous ne cherchons pas à profiter de ces recommandations avant d’en faire la communication auprès de nos clients.