Le CAC finit en roue libre avant la FED

La Bourse de Paris a clôturé en légère progression mercredi, dans une séance calme et indécise faute de rendez-vous économique majeur de ce côté-ci de l’Atlantique.

L'indice CAC 40 a pris 0,37 % à 4 469,03 points, le DAX 0,61 % à 9 697,87 points et le Footsie, 0,28 % à 6 821,04 points.

Le marché parisien a poursuivi hier sa phase de consolidation située entre 4 400 et 4 500 points, soutenue principalement par des facteurs techniques qui incitent les investisseurs à acheter dans le bas de la fourchette et à vendre dans le haut. Les investisseurs attendent maintenant depuis plusieurs jours, avec patience, la réunion de la BCE du 5 juin qui devrait selon le consensus voir la banque centrale européenne mettre en place les premières mesures de soutien à l’économie.

Les investisseurs avaient aussi la tête tournée outre-Atlantique où devait être publié après la clôture des marchés européens, les minutes de la dernière réunion de la Réserve fédérale américaine et où, Janet Yellen, présidente de la FED, devait s’exprimer.

Comme attendu, les minutes de la FED ont rassuré les investisseurs américains en soulignant que cette dernière était encore loin d’un resserrement de sa politique monétaire principalement par l’intermédiaire d’une hausse des taux. Si plusieurs options ont été examinées, aucune décision n’a été prise, certains membres estimant que le marché du travail manquait de solidité malgré un taux de chômage à 6,3%, en s'appuyant notamment, sur la faiblesse des pressions sur les salaires. En outre, la banque centrale s’est inquiétée de la faiblesse de l'immobilier, ce qui devrait la pousser à attendre avant de relever ses taux.

Dans ce contexte, Wall Street a rebondi mercredi. Le Dow Jones a pris 0,97 % à 16 533,06 points, le S&P 500 0,81 % à 1 888,03 points et le Nasdaq, 0,85 % à 4 131,54 points.

Parmi les valeurs françaises, BNP Paribas a reculé de 1,32% à 51,00 euros. Les autorités américaines veulent infliger à la banque française une amende supérieure à 5 milliards de dollars pour avoir contourné un embargo américain sur certains pays.

Orange a nettement reculé de 2,76% à 12,18 euros alors que son PDG, Stéphane Richard, a indiqué hier que son groupe n’était pas demandeur d’un rapprochement avec Bouygues Telecom malgré l’intérêt évident que l’opération aurait pour les deux groupes.

CGG a rebondi de 7,34% à 10,07 euros sur des rachats à bon compte après avoir été perdu plus de 30 % depuis la publication de ses résultats début mai.

De même, Technicolor s’est envolé de 7,63 % à 5,305 euros après avoir perdu 7% lors des quatre dernières séances, profitant de rachats à bon compte.

Alstom a perdu 1,03 % à 28,30 euros. Le PDG du groupe industriel français a estimé que l'offre de General Electric était une "excellente option" pour assurer la pérennité de ces activités.

Enfin, Ipsen a progressé de 2,05% à 33,32 euros soutenu par le relèvement par Bank of America-Merrill Lynch de son objectif de cours sur le titre à 35 euros.

L’Euro a poursuivi son repli à 1,3674 Dollar. L’or a reculé à 1 292,07 dollars l’once. Le WTI, échéance juillet 2014, a avancé à 103,87 dollars le baril.

Apprenez-en davantage sur le marché des CFD avec IG.

 

Avertissement : IG fournit exclusivement un service d’exécution d’ordre. Les informations ci-dessus ne sont fournies qu’à titre indicatif. Elles ne constituent, ni ne doivent être interprétées comme un conseil ou une recommandation. Elles ne constituent pas non plus un historique de nos cotations ou une offre ou sollicitation à investir dans un quelconque instrument financier. IG Markets se dégage de toute responsabilité concernant l’utilisation qui en est faite et des conséquences qui en résultent. IG ne peut garantir que l’information fournie ci-dessus soit complète ou exacte et se dégage donc de toute responsabilité quant aux risques encourus par toute personne agissant sur la seule base de ces informations. Veuillez noter que ces informations ne prennent nullement en compte la situation financière et les objectifs d’investissement spécifiques aux personnes qui les reçoivent. Enfin, ces informations n’ont pas été conçues pour répondre aux exigences légales en matière d’indépendance de la recherche sur l’investissement. Elles doivent donc être considérées comme une communication à des fins marketing. Il est strictement interdit de reproduire ou de distribuer tout ou partie de ces informations à des fins commerciales ou privées.

En complément des mentions ci-dessous, veuillez noter que les informations présentes sur cette page ne constituent pas un historique de nos cotations ou une offre ou sollicitation à investir dans un quelconque instrument financier. IG se dégage de toute responsabilité concernant l’utilisation qui en est faite et des conséquences qui en résultent. Veuillez noter que ces informations ne prennent nullement en compte la situation financière et les objectifs d’investissement spécifiques aux personnes qui les reçoivent. Ces informations n’ont pas été conçues pour répondre aux exigences légales en matière d’indépendance de la recherche sur l’investissement. Elles doivent donc être considérées comme une communication à des fins marketing. Enfin, bien que notre politique de passage d’ordres ne soit pas restrictive, nous ne cherchons pas à profiter de ces recommandations avant d’en faire la communication auprès de nos clients.

Les CFD sont des instruments complexes et présentent un risque élevé de perte rapide en capital en raison de l’effet de levier.
79% des comptes d’investisseurs particuliers perdent de l’argent lorsqu’ils investissent sur les CFD avec IG.
Vous devez vous assurer que vous comprenez le fonctionnement des CFD et que vous pouvez vous permettre de prendre le risque élevé de perdre votre argent.
Les CFD sont des instruments complexes et présentent un risque élevé de perte rapide en capital en raison de l’effet de levier.