Le CAC40 dans le vert suite à la demande d’extension Grecque

La Bourse de Paris gagne quelques fractions après la confirmation que la Grèce a transmis sa demande de prolongation de six mois de son accord avec la zone euro.

Le CAC40 dans le vert suite à la demande d’extension Grecque

A la mi-séance, le Cac 40 gagne 0,13% à 4805,26 points dans un volume d’affaires 1,118 milliards d’euros. Ailleurs en Europe, le Footsie londonien cède 0,10%. Le Dax de la Bourse de Francfort gagne 0,06% et l’Euro Stoxx 50 des principales valeurs de la zone euro 0,05%.

Le contrat future mars sur indice Dow Jones plie de 0,11%.

Du point de vue macroéconomique, le compte-rendu de la Réserve fédérale est jugé plutôt accommodant en ce sens qu’il souligne que la banque centrale américaine n’est pas pressée de relever ses taux d’intérêt.

Les membres de la Fed semblent en effet partagés entre la solidité du marché du travail et les craintes sur les salaires ou l’inflation, ce qui les incite à penser qu’un resserrement monétaire prématuré risquerait de freiner la reprise.

En Europe, Athènes a transmis sa demande de prolongation de six mois d’un « accord de prêt » avec ses partenaires de la zone euro, a confirmé Jeroen Dijsselbloem, président de l’Eurogroupe.

Ce dernier doit se réunir demain pour étudier cette demande. Mais rien n’indique pour l’instant que les contreparties consenties seront jugées suffisantes.

Du côté des statistiques, les prix à la consommation ont diminué de 1% en janvier et de 0,4% par rapport au même mois de 2013, soit le premier recul annuel depuis septembre 2009.

Enfin aux Etats-Unis, les demandes hebdomadaires d'allocations chômage, l'indicateur composite de l'activité économique en janvier (Conference Board) ainsi que l'activité industrielle dans la région de Philadelphie en février sont à l'agenda.

Du côté des valeurs, Capgemini progresse de 5,60% à 68,47 euros.

La SSII a vu son résultat net progresser de 31% au quatrième trimestre 2014. Le chiffre d’affaires s’est apprécié de 3,4% à données comparables.

La marge opérationnelle progresse de 70 points de base à 9,3%. La SSII vise surtout une accélération de sa croissance en 2015 sur la base d’une hausse de ses prises de commandes et compte encore améliorer sa marge opérationnelle.

L'action Essilor engrange 3,37% à 99,58 euros. Le leader mondial de l’optique ophtalmique a fait état d’une progression de 15,4% de son bénéfice opérationnel 2014. Le résultat net s’apprécie de 6,5% pour un chiffre d’affaires en hausse de 12%.

Le groupe se dit confiant pour 2015 et vise une croissance supérieure à 4,5% de son chiffre d’affaires à données comparables.

Schneider Electric grappille 0,87% à 70,62 euros. L’équipementier électrique a dégagé en 2014 une marge d’excédent brut d’exploitation ajusté de 13,9%, en baisse de 40 points base par rapport au comparatif retraité de 2013.

Pour 2015, il table sur une marge de 14% à 14,5%, ainsi que sur une croissance organique modérée à un chiffre de ses ventes, ressortie à 1,4% en 2014.

Total recule de 2,06% à 46,29 euros alors que le baril de Brent de la mer du Nord est passé sous la barre des 59 dollars (-0,6% à 58,86) en anticipation d'un nouveau record des stocks hebdomadaires aux Etats-Unis.

Air France-KLM abandonne 7,46% à 7,02 euros.

La compagnie aérienne a accusé une perte nette de 198 millions d’euros l’an dernier, tandis que l’excédent brut d’exploitation est négatif de 266 millions.

Le groupe a repoussé son objectif de réduction de la dette, le ramenant ainsi à 5 milliards d’euros à la fin 2015, contre 4,5 milliards précédemment estimé. Le transporteur ne fournit pas d’objectifs de résultats pour 2015.

Natixis avance de 2,40% à 6,41 euros. La banque a annoncé un dividende exceptionnel, de 0,14 euro, lié à l’introduction en Bourse de Coface, et un coupon global de 0,34 euro au titre de 2014.

Au quatrième trimestre, le résultat net part a progressé de 43%. Natixis prévoit l’acquisition de 71,2% du capital du gestionnaire français DNCA Finance pour 549 millions d’euros, ainsi que celle de la banque d’affaires Leonardo & Co.

A l’inverse, Crédit Agricole baisse de 1,86% à 12,65 euros au lendemain d’un bond de près de 8% consécutif à la publication de ses comptes annuels.

Deutsche Bank dégrade la valeur de « achat » à « conserver », tout en relevant son objectif de cours 11,60 à 12,80 euros.

TF1 prend 2,33% à 15,180 euros. Le groupe de télévision enregistré en 2014 une progression de son profit net à 412,7 millions d’euros grâce à la plus-value réalisée sur la cession du contrôle d’Eurosport à Discovery Communications.

Un dividende exceptionnel de 1,22 euro par action sera versé, sur un total de 1,50 euro au titre de l’année. La chaîne table sur une « stabilisation du marché net de la publicité télévisuelle».

Enfin, Tarkett glisse de 4,40% à 20 euros. Le spécialiste des revêtements de sols a fait état d’une baisse de 4,1% de son chiffre d’affaires 2014 à 2,41 milliards d’euros, affecté par la dégradation de la conjoncture en Russie.

Le résultat net non ajusté a diminué de plus de 37% à 612 millions. Le groupe propose un dividende de 0,38 euro par action, contre 0,62 au titre de 2013.

Sur le FOREX, la parité eurodollar est en hausse de 0,07% à 1,1404$.

 

Avertissement : IG fournit exclusivement un service d’exécution d’ordre. Les informations ci-dessus ne sont fournies qu’à titre indicatif. Elles ne constituent, ni ne doivent être interprétées comme un conseil ou une recommandation. Elles ne constituent pas non plus un historique de nos cotations ou une offre ou sollicitation à investir dans un quelconque instrument financier. IG Markets se dégage de toute responsabilité concernant l’utilisation qui en est faite et des conséquences qui en résultent. IG ne peut garantir que l’information fournie ci-dessus soit complète ou exacte et se dégage donc de toute responsabilité quant aux risques encourus par toute personne agissant sur la seule base de ces informations. Veuillez noter que ces informations ne prennent nullement en compte la situation financière et les objectifs d’investissement spécifiques aux personnes qui les reçoivent. Enfin, ces informations n’ont pas été conçues pour répondre aux exigences légales en matière d’indépendance de la recherche sur l’investissement. Elles doivent donc être considérées comme une communication à des fins marketing. Il est strictement interdit de reproduire ou de distribuer tout ou partie de ces informations à des fins commerciales ou privées.

En complément des mentions ci-dessous, veuillez noter que les informations présentes sur cette page ne constituent pas un historique de nos cotations ou une offre ou sollicitation à investir dans un quelconque instrument financier. IG se dégage de toute responsabilité concernant l’utilisation qui en est faite et des conséquences qui en résultent. Veuillez noter que ces informations ne prennent nullement en compte la situation financière et les objectifs d’investissement spécifiques aux personnes qui les reçoivent. Ces informations n’ont pas été conçues pour répondre aux exigences légales en matière d’indépendance de la recherche sur l’investissement. Elles doivent donc être considérées comme une communication à des fins marketing. Enfin, bien que notre politique de passage d’ordres ne soit pas restrictive, nous ne cherchons pas à profiter de ces recommandations avant d’en faire la communication auprès de nos clients.

Les CFD sont des instruments complexes et présentent un risque élevé de perte rapide en capital en raison de l’effet de levier.
79% des comptes d’investisseurs particuliers perdent de l’argent lorsqu’ils investissent sur les CFD avec IG.
Vous devez vous assurer que vous comprenez le fonctionnement des CFD et que vous pouvez vous permettre de prendre le risque élevé de perdre votre argent.
Les CFD sont des instruments complexes et présentent un risque élevé de perte rapide en capital en raison de l’effet de levier.