Le CAC cale sur les 4300 points

La Bourse de Paris s’inscrivait en baisse mardi matin après la publication des perspectives économiques de l'OCDE et de l'indice de confiance allemand ZEW.

A mi-séance, l'indice CAC 40 perdait 0,96 % à 4 295,39 points, le DAX 0,40 % à 9188,58 points et le FTSE 100, 0,56 % à 6685,98 points.

Après avoir franchi une nouvelle fois la barre des 4300 points hier, le CAC 40 s’est retourné une nouvelle fois, à la baisse.

Les investisseurs ont interprété dans un premier temps avec prudence l’évolution de Wall Street hier alors que les indices Dow Jones et le S&P 500 ont battu un nouveau record mais se sont repliés en fin de séance. Le premier  finissant en quasi équilibre, le second en baisse.

Ensuite, les prévisions de l’OCDE sont venues rappeler aux investisseurs que la croissance économique mondiale s’affaiblissait. D’une part, le ralentissement de l’économie de plusieurs pays émergents pèse sur la croissance globale alors que d’autre part les économies avancées ne peuvent prendre le relais.

Si les politiques monétaires ultra-accommodantes des banques centrales en particulier celle de la FED, ont été jusqu’à maintenant très favorable aux marchés, leur possible altération, voir arrêt, ont provoqué une fuite de capitaux dans de nombreux pays émergents, Chine mise à part, mettant ainsi à mal la poursuite de la croissance dans ces pays.

Pour les analystes de l’OCDE, les Etats-Unis même en croissance doivent régler leur problème budgétaire et la croissance de la zone euro est encore trop faible pour permettre à l’économie mondiale de reprendre un rythme plus soutenu.

Dans ces conditions, l’amélioration du moral des investisseurs allemands a peu pesé sur la tendance ce matin. L’indice ZEW qui mesure les attentes des investisseurs pour les six mois à venir en Allemagne a poursuivi son ascension. Celui-ci  atteint un plus haut depuis 2009 à 54,6 points en novembre, toutefois à un niveau légèrement inférieur aux consensus des analystes.

Enfin, les investisseurs ont noté la progression des immatriculations de voitures neuves dans la zone euro pour le deuxième mois consécutif, ce qui n’était pas arrivé depuis septembre 2011.

Outre-Atlantique, plusieurs responsables de la FED doivent également s'exprimer alors que de plus en plus d’investisseurs, à l’image de Carl Icahn hier, s’interrogent sur la possibilité pour les marchés de maintenir de tels niveaux même en présence de la politique monétaire ultra favorable de la FED.

Parmi les valeurs françaises, l'action Renault progressait de 1,04 % à 63,13 euros après avoir vu ses ventes continuer leur progression en octobre selon les données de l'Association des constructeurs automobiles européens.

A l'inverse, Peugeot reculait de 0,92 % à 10,785 euros. Les ventes du constructeur automobile s’affichent en baisse de 0,7 % en zone euro.

ADP restait quasi inchangé à 80,05 euros. La société a déposé avec d'autres partenaires une offre pour la privatisation des aéroports brésiliens de Rio et Belo Horizonte.

Veolia Environnement se repliait de 0,24 % à 12,495 euros malgré l'annonce par le président du Grand Lyon, Gérard Collomb, que le groupe était "pressenti" pour remporter le marché de la distribution d'eau du Grand Lyon.

Interparfums abandonnait 5,57 % à 30,20 euros. Le groupe spécialisé dans la création et la commercialisation de parfums sous licence a relevé son objectif de croissance de 15 % en 2013 et dans la foulée son chiffre d'affaires pour l'exercice en cours à 340-345 millions d'euros.

Enfin, Bigben Interactive perdait 2,26 % à 7,35 euros. La société a enregistré une chute de 64% de son résultat net à 1,8 million d'euros au premier semestre mais a confirmé ses objectifs annuels.

L’Euro reculait à 1,3489$. L’or rebondissait légèrement à 1 276,73 $ l’once et le Brent, échéance janvier 2014 à 108,34 $ le baril.

En complément des mentions ci-dessous, veuillez noter que les informations présentes sur cette page ne constituent pas un historique de nos cotations ou une offre ou sollicitation à investir dans un quelconque instrument financier. IG se dégage de toute responsabilité concernant l’utilisation qui en est faite et des conséquences qui en résultent. Veuillez noter que ces informations ne prennent nullement en compte la situation financière et les objectifs d’investissement spécifiques aux personnes qui les reçoivent. Ces informations n’ont pas été conçues pour répondre aux exigences légales en matière d’indépendance de la recherche sur l’investissement. Elles doivent donc être considérées comme une communication à des fins marketing. Enfin, bien que notre politique de passage d’ordres ne soit pas restrictive, nous ne cherchons pas à profiter de ces recommandations avant d’en faire la communication auprès de nos clients.