Les marchés tiennent le coup malgré le piétinement du dossier grec

Le CAC 40 a terminé à l'équilibre (+0,04%) à 4.753,99 points, dans un volume d'échanges relativement faible de 3,5 milliards d'euros. La Bourse de Paris restant confiante quant à une issue positive sur le dossier grec, en dépit de l'échec d'une nouvelle réunion européenne.

Les marchés tiennent le coup malgré le piétinement du dossier grec

Le marché parisien a débuté la séance en nette baisse, en l'absence d'un accord sur la Grèce, avant de passer dans le vert en début d'après-midi.

Parmi les autres marchés européens, Francfort a perdu 0,25% mais Londres a pris 0,60%. Par ailleurs, l'Eurostoxx 50 a gagné 0,15%.

L'actualité grecque monopolise l'attention des investisseurs, le marché prenant l'habitude de ce genre d'événement et des difficultés à obtenir un accord. Les Européens veulent une extension du programme d'aide qui expire le 28 février et doivent donc faire plier la Grèce qui n'en veut pas.

La zone euro a fixé un ultimatum à Athènes jusqu'à vendredi, alors que le ministre grec des Finances, Yanis Varoufakis, s'est dit confiant lundi soir sur la possibilité de trouver un accord "dans les 48 heures".

Ceci étant, le contexte reste très favorable aux indices boursiers, qui repartent de l'avant après chaque mouvement de correction.

Les marchés ont également bénéficié d'un indicateur favorable en Allemagne, où la confiance des milieux financiers s'est encore améliorée pour atteindre son plus haut niveau depuis un an en février, selon l'indice ZEW.

Aux Etats-Unis, Wall Street a fini en légère hausse hier, se montrant attentiste à la veille d'une publication attendue de la Réserve fédérale (Fed) et face aux négociations sur la dette grecque: le Dow Jones a pris 0,16% à 18.047,58 points, le Nasdaq 0,11% à 4.899,27 points et le S&P 500 a atteint un niveau sans précédent, gagnant 0,16% à 2.100,34 points.

Parmi les valeurs, Orange a nettement reculé (-1,68% à 16,07 euros) alors que le groupe a vu son bénéfice net presque divisé par deux en 2014.

Kering a perdu 1,44% à 178,55 euros. Le groupe a décuplé son bénéfice net en 2014, mais sa marque phare Gucci a marqué le pas.

Air Liquide a lâché 0,74% à 114,10 euros, en raison de prises de bénéfices après la hausse de son bénéfice net en 2014.

Casino a perdu 0,10% à 83,25 euros, après avoir nettement progressé une grande partie de la séance, le marché espérant une amélioration de ses résultats en 2015.

Les valeurs bancaires ont été globalement bien orientées, signe de la sérénité du marché concernant la Grèce. BNP Paribas a pris 0,70% à 49,52 euros et Crédit Agricole 0,50% à 11,98 euros mais Société Générale a perdu 0,31% à 38,50 euros.

Renault a pris 1,27% à 81,02 euros mais PSA Peugeot Citroën a perdu 1,85% à 13,50 euros. Le marché automobile européen a entamé l'année 2015 sur une note optimiste, les immatriculations de Renault bondissant de 10,1% mais celles de PSA Peugeot Citroën se contractant de 1,5%.

Audika a bondi (+28,15% à 17,30 euros), dynamisé par l'annonce de négociations exclusives engagées avec le fabricant danois de prothèses auditives William Demant pour racheter la majorité du capital du gestionnaire de magasins spécialisés dans la correction auditive.

Sur le marché des devises, l'euro se renforçait face au dollar, les cambistes continuant à croire à un accord sur la dette grecque entre Athènes et ses créanciers. Vers 22H00 GMT (23H00 à Paris), la monnaie unique européenne valait 1,1413 dollar, contre 1,1355 dollar lundi à la même heure.

 

Avertissement : IG fournit exclusivement un service d’exécution d’ordre. Les informations ci-dessus ne sont fournies qu’à titre indicatif. Elles ne constituent, ni ne doivent être interprétées comme un conseil ou une recommandation. Elles ne constituent pas non plus un historique de nos cotations ou une offre ou sollicitation à investir dans un quelconque instrument financier. IG Markets se dégage de toute responsabilité concernant l’utilisation qui en est faite et des conséquences qui en résultent. IG ne peut garantir que l’information fournie ci-dessus soit complète ou exacte et se dégage donc de toute responsabilité quant aux risques encourus par toute personne agissant sur la seule base de ces informations. Veuillez noter que ces informations ne prennent nullement en compte la situation financière et les objectifs d’investissement spécifiques aux personnes qui les reçoivent. Enfin, ces informations n’ont pas été conçues pour répondre aux exigences légales en matière d’indépendance de la recherche sur l’investissement. Elles doivent donc être considérées comme une communication à des fins marketing. Il est strictement interdit de reproduire ou de distribuer tout ou partie de ces informations à des fins commerciales ou privées.

En complément des mentions ci-dessous, veuillez noter que les informations présentes sur cette page ne constituent pas un historique de nos cotations ou une offre ou sollicitation à investir dans un quelconque instrument financier. IG se dégage de toute responsabilité concernant l’utilisation qui en est faite et des conséquences qui en résultent. Veuillez noter que ces informations ne prennent nullement en compte la situation financière et les objectifs d’investissement spécifiques aux personnes qui les reçoivent. Ces informations n’ont pas été conçues pour répondre aux exigences légales en matière d’indépendance de la recherche sur l’investissement. Elles doivent donc être considérées comme une communication à des fins marketing. Enfin, bien que notre politique de passage d’ordres ne soit pas restrictive, nous ne cherchons pas à profiter de ces recommandations avant d’en faire la communication auprès de nos clients.

Les CFD sont des instruments complexes et présentent un risque élevé de perte rapide en capital en raison de l’effet de levier.
79% des comptes d’investisseurs particuliers perdent de l’argent lorsqu’ils investissent sur les CFD avec IG.
Vous devez vous assurer que vous comprenez le fonctionnement des CFD et que vous pouvez vous permettre de prendre le risque élevé de perdre votre argent.
Les CFD sont des instruments complexes et présentent un risque élevé de perte rapide en capital en raison de l’effet de levier.