Les bourses mondiales évitent le pire

La Bourse de Paris a limité la casse en fin de séance et a perdu 0,54% à 3 918,62 points après avoir frôlé la panique en se laissant submerger par les craintes concernant la croissance mondiale. 

Les bourses mondiales évitent le pire

Les volumes d’échanges ont atteints 7,8 milliards d’euros, les plus élevés depuis septembre 2011.

Sur les autres places européennes, la Bourse de Francfort a gagné 0,13% tandis que celle de Londres reculait de 0,25%. Par ailleurs l'Eurostoxx 50 a perdu 0,62%.

Le marché a tenté de rebondir à l'ouverture, en prenant plus de 1%. Mais faute de nouvelles à même de rassurer les investisseurs, la cote s'est retournée et a décroché de 200 points en deux heures, atteignant son plus bas niveau depuis début juillet 2013 à 3 789 points.

Du point de vue macroéconomique, la deuxième estimation de l'inflation dans la zone euro a confirmé la faible hausse des prix, à 0,3% en septembre, son niveau le plus faible depuis octobre 2009.

Les marchés redoutent que les perspectives économiques soient moins solides que prévues à l'échelle mondiale, craignant particulièrement un enlisement de la croissance en zone euro, qui est dans le même temps menacée par la déflation.

De son côté Wall Street a terminé sur une note contrastée jeudi, parvenant à relever la tête alors que les informations économiques positives diffusées aux Etats-Unis et l'espoir d'un éventuel coup de pouce de la Réserve Fédérale apaisaient un peu l'anxiété des investisseurs.

Selon des résultats définitifs, le Dow Jones a perdu 0,15% à 16 117,24 points, terminant en baisse pour la sixième séance consécutive. Le Nasdaq, à dominante technologique, s'est lui apprécié de 0,05% à 4 217,39 points et l'indice élargi S&P 500 a grignoté 0,01% à 1 862,76 points.

Mais dans un tel contexte, les banques centrales vont sans doute repasser à la manœuvre et nombre d'analystes estiment déjà que cela peut remettre en cause la politique de normalisation de la Réserve Fédérale américaine.

Parmi les sociétés, les valeurs dont le principal actionnaire est l’État ont souffert, alors que le gouvernement a affirmé son intention de vendre des parts dans certaines sociétés. ADP (Aéroports de Paris) a reculé de 1,02% à 86,41 euros, EDF de 5,98% à 21,56 euros et GDF Suez de 0,99% à 16,94 euros.

Air France a bondi de 6,49% à 6,36 euros, propulsé par l'annonce d'un "projet d'accord" entre la direction et les syndicats de pilotes pour développer Transavia France, la filiale low cost du groupe, à l'origine d'une grève des pilotes en septembre.

Sur le marché des changes, l'euro s'affichait en légère baisse face à un dollar revigoré par des chiffres positifs sur l'économie américaine.

Vers 21H00 GMT, la monnaie unique européenne valait 1,2809 dollar, contre 1,2834 dollar mercredi à la même heure.

 

Avertissement : IG fournit exclusivement un service d’exécution d’ordre. Les informations ci-dessus ne sont fournies qu’à titre indicatif. Elles ne constituent, ni ne doivent être interprétées comme un conseil ou une recommandation. Elles ne constituent pas non plus un historique de nos cotations ou une offre ou sollicitation à investir dans un quelconque instrument financier. IG Markets se dégage de toute responsabilité concernant l’utilisation qui en est faite et des conséquences qui en résultent. IG ne peut garantir que l’information fournie ci-dessus soit complète ou exacte et se dégage donc de toute responsabilité quant aux risques encourus par toute personne agissant sur la seule base de ces informations. Veuillez noter que ces informations ne prennent nullement en compte la situation financière et les objectifs d’investissement spécifiques aux personnes qui les reçoivent. Enfin, ces informations n’ont pas été conçues pour répondre aux exigences légales en matière d’indépendance de la recherche sur l’investissement. Elles doivent donc être considérées comme une communication à des fins marketing. Il est strictement interdit de reproduire ou de distribuer tout ou partie de ces informations à des fins commerciales ou privées.

En complément des mentions ci-dessous, veuillez noter que les informations présentes sur cette page ne constituent pas un historique de nos cotations ou une offre ou sollicitation à investir dans un quelconque instrument financier. IG se dégage de toute responsabilité concernant l’utilisation qui en est faite et des conséquences qui en résultent. Veuillez noter que ces informations ne prennent nullement en compte la situation financière et les objectifs d’investissement spécifiques aux personnes qui les reçoivent. Ces informations n’ont pas été conçues pour répondre aux exigences légales en matière d’indépendance de la recherche sur l’investissement. Elles doivent donc être considérées comme une communication à des fins marketing. Enfin, bien que notre politique de passage d’ordres ne soit pas restrictive, nous ne cherchons pas à profiter de ces recommandations avant d’en faire la communication auprès de nos clients.

Les CFD sont des instruments complexes et présentent un risque élevé de perte rapide en capital en raison de l’effet de levier.
79% des comptes d’investisseurs particuliers perdent de l’argent lorsqu’ils investissent sur les CFD avec IG.
Vous devez vous assurer que vous comprenez le fonctionnement des CFD et que vous pouvez vous permettre de prendre le risque élevé de perdre votre argent.
Les CFD sont des instruments complexes et présentent un risque élevé de perte rapide en capital en raison de l’effet de levier.