Légère correction des marchés

Le CAC 40 a perdu du terrain hier se repliant de 0,57% à 5.224,49 points dans un volume d'échanges nourri de 4,7 milliards d'euros.

Légère correction des marchés

La Bourse de Paris a ouvert en légère baisse, se maintenant au-dessus des 5.200 points à l'issue d'une séance marquée par une série de statistiques décevantes outre-Atlantique, et un regain d'inquiétudes concernant la Grèce.

Parmi les autres marchés européens, Londres a perdu 0,51% tandis que Francfort a lâché 1,90%. Par ailleurs, l'Eurostoxx 50 s'est replié de 1,36%.

Le dossier grec est revenu sur le devant de la scène avec la dégradation de sa note par l'agence Standard and Poor's alors que que se sont ouvertes à Washington les réunions du Fonds monétaire international (FMI) et de la Banque mondiale.

La directrice générale du FMI, Christine Lagarde, a d’ailleurs écarté l'idée de reports de paiements pour Athènes, qui se trouve dans une situation financière difficile et négocie le versement d'une nouvelle tranche d'aide avec ses créanciers.

En marge de la réunion du FMI, le ministre grec des Finances Yanis Varoufakis doit en outre rencontrer le patron de la BCE Mario Draghi, son homologue allemand Wolfgang Schaüble et le président américain Barack Obama.

Du côté des indicateurs européens, le nombre de défaillances d'entreprises en France a augmenté de 7,6% sur un an au premier trimestre pour atteindre un niveau historique et les immatriculations de voitures neuves dans l'Union européenne ont bondi de 10,6% en mars.

Aux Etats-Unis, l'indice manufacturier de la Fed de Philadelphie pour avril est ressorti à 7,5 points, en hausse par rapport aux 5 points du mois de mars.

Les inscriptions au chômage aux Etats-Unis ont augmenté de 294 000 personnes la semaine dernière après une hausse de 281 000 la semaine précédente. Le consensus attendait 280 000 nouvelles inscriptions hebdomadaires.

Enfin le nombre de mises en chantier est ressorti à 926 000 en mars. En hausse par rapport aux 897 000 de février, il est néanmoins inférieur aux attentes : le consensus Reuters était à 1,04 million. Les permis de construire ont également déçu : 1,039 million ont été accordés en mars au lieu des 1,08 million attendus.

Dans ces conditions, Wall Street a fait du surplace jeudi, tiraillée entre des résultats d'entreprises satisfaisants et des indicateurs économiques médiocres: le Dow Jones a cédé 0,04% à 18.105,77 points, le Nasdaq 0,06% à 5.007,79 points et l'indice S&P 500 a perdu 0,08% pour terminer à 2.104,99 points.

Sur le front des valeurs, Lafarge a progressé de 2,41% à 64,72 euros, soutenu par le ralliement d'Eurocement, deuxième actionnaire d'Holcim, au projet de fusion avec Lafarge qui a accepté un siège au Conseil d'administration de la nouvelle entité fusionnée.

L'action Renault a gagné 2,94% à 92,22 euros. Le PDG Carlos Ghosn a convoqué un conseil d'administration extraordinaire hier afin d'étudier la récente décision du gouvernement français d'augmenter temporairement la participation de l'Etat au capital de Renault, selon un administrateur CGT.

L'action Casino s'est au contraire replié de 4,60% à 82,62 euros. L'international a tiré la croissance des ventes au premier trimestre, alors que la France reste toujours négative, les effets positifs des baisses de prix tardant à se manifester, même si le groupe constate une "amélioration trimestre après trimestre".

Faurecia a profité (+3,13% à 44,11 euros) d'un chiffre d'affaires pour le premier trimestre 2015 en forte hausse (+13,8%), due à un effet de changes très favorable, au-delà d'une solide progression des ventes.

Virbac a pris de son côté 7,16% à 233,60 euros après avoir publié un chiffre d'affaires en hausse de 17,1% au premier trimestre, dopé par l'acquisition de la gamme Sentinel, et malgré une interruption de la production sur un site américain et le recul des ventes en France.

Lucibel s'est élevé de 11,07% à 5,72 euros. Les ventes du groupe spécialisé dans l'éclairage led pour les entreprises ont augmenté au premier trimestre, le développement de son activité à l'international compensant la stagnation de ses affaires en France.

Vergnet s'est envolé de 25,40% à 0,79 euros. Le fabricant d'éoliennes a renoué avec la rentabilité en 2014 après des années de pertes, grâce un résultat d'exploitation positif de 1,8 million d'euros.

 

Avertissement : IG fournit exclusivement un service d’exécution d’ordre. Les informations ci-dessus ne sont fournies qu’à titre indicatif. Elles ne constituent, ni ne doivent être interprétées comme un conseil ou une recommandation. Elles ne constituent pas non plus un historique de nos cotations ou une offre ou sollicitation à investir dans un quelconque instrument financier. IG Markets se dégage de toute responsabilité concernant l’utilisation qui en est faite et des conséquences qui en résultent. IG ne peut garantir que l’information fournie ci-dessus soit complète ou exacte et se dégage donc de toute responsabilité quant aux risques encourus par toute personne agissant sur la seule base de ces informations. Veuillez noter que ces informations ne prennent nullement en compte la situation financière et les objectifs d’investissement spécifiques aux personnes qui les reçoivent. Enfin, ces informations n’ont pas été conçues pour répondre aux exigences légales en matière d’indépendance de la recherche sur l’investissement. Elles doivent donc être considérées comme une communication à des fins marketing. Il est strictement interdit de reproduire ou de distribuer tout ou partie de ces informations à des fins commerciales ou privées.

En complément des mentions ci-dessous, veuillez noter que les informations présentes sur cette page ne constituent pas un historique de nos cotations ou une offre ou sollicitation à investir dans un quelconque instrument financier. IG se dégage de toute responsabilité concernant l’utilisation qui en est faite et des conséquences qui en résultent. Veuillez noter que ces informations ne prennent nullement en compte la situation financière et les objectifs d’investissement spécifiques aux personnes qui les reçoivent. Ces informations n’ont pas été conçues pour répondre aux exigences légales en matière d’indépendance de la recherche sur l’investissement. Elles doivent donc être considérées comme une communication à des fins marketing. Enfin, bien que notre politique de passage d’ordres ne soit pas restrictive, nous ne cherchons pas à profiter de ces recommandations avant d’en faire la communication auprès de nos clients.

Les CFD sont des instruments complexes et présentent un risque élevé de perte rapide en capital en raison de l’effet de levier.
79% des comptes d’investisseurs particuliers perdent de l’argent lorsqu’ils investissent sur les CFD avec IG.
Vous devez vous assurer que vous comprenez le fonctionnement des CFD et que vous pouvez vous permettre de prendre le risque élevé de perdre votre argent.
Les CFD sont des instruments complexes et présentent un risque élevé de perte rapide en capital en raison de l’effet de levier.