Le CAC prend quelques bénéfices

La Bourse de Paris a clôturé en net repli jeudi, les investisseurs préférant prendre quelques bénéfices alors que le marché navigue à ses plus hauts de l’année.

L'indice CAC 40 a perdu 1,25 % à 4 444,93 points, dans un volume d'échanges étoffé de 5 milliards d'euros, le DAX 1,01 % à 9 656,05 points et le Footsie, 0,55 % à 6 840,99 points.

Après avoir ouvert en légère baisse, le marché parisien s’est inscrit en zone positive pendant une petite heure avant de repartir à la baisse et de d’accélérer sa chute à l’ouverture de Wall Street.

La journée d’hier a débuté comme les journées précédentes, d’une manière indécise, les indicateurs peu encourageants pour le vieux continent publiés en matinée, n’ayant pas eu d’incidence sur la cote.

Pourtant, à l’exception de l’Allemagne, première économie de la zone euro, tous les pays qui ont publié leur PIB pour le premier trimestre, ont affiché des chiffres soit inchangés comme dans le cas de la France soit, négatifs à l’image de l‘Italie, du Portugal, de la Grèce et des Pays-Bas. De fait, la croissance en zone euro a déçu au premier trimestre avec une progression de seulement 0,2 %.

C’est plutôt un indicateur américain qui a mis le feu aux poudres dans l’après-midi. La production industrielle a chuté de 0,6% aux Etats-Unis en avril alors que le consensus anticipait une stabilité et le taux d'utilisation des capacités industrielles a diminué de 0,7 point à 78,6% en avril, s'éloignant ainsi de sa moyenne de long terme.

Les autres indicateurs, plutôt encourageants, publiés outre-Atlantique ont été ignorés par les investisseurs. L'activité manufacturière dans la région de New York et celle de la région de Philadelphie ont progressé et les inscriptions hebdomadaires au chômage ont reculé.

De nombreux analystes soulignent que les investisseurs américains s’interrogent de plus en plus sur la possibilité d’une correction importantes des marchés alors que ces derniers sont à leur plus haut historique. Pour étayer leurs propos, ils citent la défiance de plus en plus importante vis-à-vis des marchés des valeurs technologiques et la ruée vers le marché obligataire, jugé plus sur que les marchés actions.

Le Dow Jones Industrial Average a perdu 1,01 % à 16 446,81 points, le S&P 500 0,94 % à 1 870,85 points et le Nasdaq, 0,76 % à 4 069,29 points.

Parmi les valeurs françaises, les banques ont été particulièrement entourées. Natixis a reculé de 5,01 % à 4,816 euros, Crédit Agricole de 4,17 % à 11,150 euros, société Générale 2,73 % à 42,01 euros et BNP Paribas, 1,34 % à 52,17 euros.

Vivendi s’est replié de 0,92% à 18,76 euros après l’annonce de la chute de son bénéfice net au premier trimestre.

Alstom a abandonné 2,63% à 28,55 euros, après la décision de la France d'étendre le mécanisme lui permettant de protéger ses entreprises stratégiques d'appétits étrangers.

Le secteur du luxe a bien résisté après la publication par le suisse Richemont, numéro deux mondial, de résultats en hausse pour le premier trimestre. LVMH a progressé de 0,81% à 143,55 euros et Kering, de 2,66% à 162,00 euros.

Enfin, Korian-Medica a perdu 4,05% à 27,49 euros en dépit de la hausse de son chiffre d'affaires au premier trimestre et la confirmation de ses objectifs.

L’Euro a fini quasi inchangé à 1,3713 Dollar après avoir plongé d’une soixantaine de pips dans la journée. L’or a reculé à 1 296,18 dollars l’once et le WTI, échéance juin 2014, à 101,55 dollars le baril.

Apprenez-en davantage sur le marché des CFD avec IG.

 

Avertissement : IG fournit exclusivement un service d’exécution d’ordre. Les informations ci-dessus ne sont fournies qu’à titre indicatif. Elles ne constituent, ni ne doivent être interprétées comme un conseil ou une recommandation. Elles ne constituent pas non plus un historique de nos cotations ou une offre ou sollicitation à investir dans un quelconque instrument financier. IG Markets se dégage de toute responsabilité concernant l’utilisation qui en est faite et des conséquences qui en résultent. IG ne peut garantir que l’information fournie ci-dessus soit complète ou exacte et se dégage donc de toute responsabilité quant aux risques encourus par toute personne agissant sur la seule base de ces informations. Veuillez noter que ces informations ne prennent nullement en compte la situation financière et les objectifs d’investissement spécifiques aux personnes qui les reçoivent. Enfin, ces informations n’ont pas été conçues pour répondre aux exigences légales en matière d’indépendance de la recherche sur l’investissement. Elles doivent donc être considérées comme une communication à des fins marketing. Il est strictement interdit de reproduire ou de distribuer tout ou partie de ces informations à des fins commerciales ou privées.

En complément des mentions ci-dessous, veuillez noter que les informations présentes sur cette page ne constituent pas un historique de nos cotations ou une offre ou sollicitation à investir dans un quelconque instrument financier. IG se dégage de toute responsabilité concernant l’utilisation qui en est faite et des conséquences qui en résultent. Veuillez noter que ces informations ne prennent nullement en compte la situation financière et les objectifs d’investissement spécifiques aux personnes qui les reçoivent. Ces informations n’ont pas été conçues pour répondre aux exigences légales en matière d’indépendance de la recherche sur l’investissement. Elles doivent donc être considérées comme une communication à des fins marketing. Enfin, bien que notre politique de passage d’ordres ne soit pas restrictive, nous ne cherchons pas à profiter de ces recommandations avant d’en faire la communication auprès de nos clients.

Les CFD sont des instruments complexes et présentent un risque élevé de perte rapide en capital en raison de l’effet de levier.
79% des comptes d’investisseurs particuliers perdent de l’argent lorsqu’ils investissent sur les CFD avec IG.
Vous devez vous assurer que vous comprenez le fonctionnement des CFD et que vous pouvez vous permettre de prendre le risque élevé de perdre votre argent.
Les CFD sont des instruments complexes et présentent un risque élevé de perte rapide en capital en raison de l’effet de levier.