Le CAC reste sous l’influence de l’Ukraine et de la Chine

La Bourse de Paris évoluait avec hésitation jeudi matin, un œil sur les événements ukrainien, l’autre sur l’économie chinoise.

A mi-séance, l'indice CAC 40 abandonnait 0,10 % à 4 301,74 points, le Footsie, 0,22 % à 6 606,45 points alors que le DAX grignotait 0,10 % à 9 197, 80 points.

Les statistiques moins bonnes qu’attendues publiées ce matin en Chine ont renforcé les inquiétudes concernant la santé de la deuxième économie mondiale. Dans le détail, la production industrielle, sur les deux premiers mois de l'année, a progressé de 8,6% en rythme annuel, son plus bas depuis avril 2009, contre un consensus à 9,5%. Les ventes de détail ont augmenté de 11,8 % sur la même période en rythme annualisé alors que les analystes attendaient une hausse de 13,5 % et les investissements immobiliers, un des principaux moteurs de la croissance, de 17, 9 % contre 19,4 %.

Avec les chiffres du commerce extérieur qui avaient montré un recul de 18,1 % des exportations chinoises, de nombreux analystes estiment maintenant que la Chine n’atteindra pas l’objectif d’une croissance de 7,5 % cette année.

Les investisseurs ont aussi continué à suivre le feuilleton ukrainien ce matin alors que le référendum en Crimée approche. Les dirigeants du G7 ont confirmé les propos de Barack Obama hier en réaffirmant que le référendum en Crimée sur le rattachement à la Russie n'aurait "aucune valeur juridique". Angela Merkel a enfoncé le clou en mettant en garde ce matin la Russie contre les graves conséquences à long terme qu'aurait pour Moscou la poursuite de son action en Ukraine. Hier, elle avait affirmé lors d’une visite à Varsovie que l'UE était prête à passer à la "seconde étape des sanctions" contre la Russie.

Côté indicateurs, les investisseurs regarderont aux Etats-Unis les ventes au détail qui, vu le contexte international tendu et sauf surprise, auront peu d’influence sur les investisseurs.

Parmi les valeurs français, Bouygues prenait 0,11 % à 32,06 euros. Alors que Bouygues Telecom est considéré maintenant comme le favori concernant le rachat de SFR, la société a indique ce matin avoir relevé la partie cash de son offre de 800 millions d'euros à 11,3 milliards d'euros.

Eurotunnel reculait de 0,99 % à 8,533 euros malgré l’annonce d’un triplement de ses bénéfices en 2013. L'exploitant du tunnel sous la Manche s'est aussi fixé des objectifs en termes d'excédent brut d'exploitation pour 2014 et 2015.

Altran progressait de 0,79 % à 7,993 euros après la publication d’un bénéfice net 2013 en légère hausse de 1,3% par rapport à 2012.

Lagardère se repliait de 0,91 % 28,91 euros malgré l’annonce du versement d’un dividende exceptionnel après la cession de ses parts dans Canal+.

NRJ s’adjugeait 2,64 % à 8,95 euros malgré une chute de 46,6% de son bénéfice net en 2013.

Haulotte Group bondissait de 4,56 % à 15,14 euros en dépit d’un abaissement de sa recommandation par Société Générale, à « vendre » contre « neutre » auparavant.

Enfin, Assystem avançait de 0,23 % à 21,55 euros suite à un recul de ses bénéfices sur l'année 2013, dû en particulier aux difficultés du secteur de l'automobile en France.

L’Euro poursuivait sa progression à 1,3956 Dollar. L’or grignotait quelques cents à 1 368,78 dollars l’once et le Brent, échéance mai 2014, reculait à 107,45 dollars le baril.

Apprenez-en davantage sur le marché des CFD avec IG.

En complément des mentions ci-dessous, veuillez noter que les informations présentes sur cette page ne constituent pas un historique de nos cotations ou une offre ou sollicitation à investir dans un quelconque instrument financier. IG se dégage de toute responsabilité concernant l’utilisation qui en est faite et des conséquences qui en résultent. Veuillez noter que ces informations ne prennent nullement en compte la situation financière et les objectifs d’investissement spécifiques aux personnes qui les reçoivent. Ces informations n’ont pas été conçues pour répondre aux exigences légales en matière d’indépendance de la recherche sur l’investissement. Elles doivent donc être considérées comme une communication à des fins marketing. Enfin, bien que notre politique de passage d’ordres ne soit pas restrictive, nous ne cherchons pas à profiter de ces recommandations avant d’en faire la communication auprès de nos clients.

Les CFD sont des instruments complexes et présentent un risque élevé de perte rapide en capital en raison de l’effet de levier.
79% des comptes d’investisseurs particuliers perdent de l’argent lorsqu’ils investissent sur les CFD avec IG.
Vous devez vous assurer que vous comprenez le fonctionnement des CFD et que vous pouvez vous permettre de prendre le risque élevé de perdre votre argent.
Les CFD sont des instruments complexes et présentent un risque élevé de perte rapide en capital en raison de l’effet de levier.