Le CAC prend quelques bénéfices

La Bourse de Paris reculait franchement mercredi matin, les investisseurs préférant engranger quelques bénéfices alors que les inquiétudes concernant la crise ukrainienne s’intensifient.

A mi-séance, l'indice CAC 40 perdait 1,41 % à 4 288,24 points, le DAX 1,44 % à 9 173,52 points et le FTSE 100, 1 % à 6 618,47 points.

Après Wall Street hier et Tokyo ce matin, où le Nikkei a perdu 2,59 %, le marché parisien reculait de nouveau aujourd’hui alors que les discussions diplomatiques autour de l’Ukraine peinent à aboutir à des solutions. Si le président ukrainien par intérim Olexandre Tourtchinov a essayé de faire baisser la tension d'un cran en affirmant qu'il n'enverra pas l'armée en Crimée pour empêcher son rattachement à la Russie, le gouvernement russe a d’ors et déjà indiqué qu’il reconnaitrait les résultats du référendum en Crimée, coupant l’herbe sous le pied des occidentaux. De fait, les investisseurs attendent la réaction de Washington où le président ukrainien par intérim sera reçu par le président Obama.

Dans ce contexte et alors que les nouvelles en provenance de Chine sont de moins en moins rassurantes, la banque centrale chinoise ayant implicitement reconnu que l’économie de l’empire du milieu ralentissait, de nombreux investisseurs ont préféré prendre quelques bénéfices de précautions ce matin alors que les marchés naviguent à leurs plus hauts historiques ou d’avant crise.

Plus fondamentalement, de nombreux analystes posent la question de savoir si les marchés ne sont pas arrivés tout bonnement à la fin d’un cycle alors que les relais pour un nouveau mouvement à la hausse manquent.

Du côté des indicateurs macroéconomiques, la production industrielle en repli de 0,2% en janvier dans la zone euro selon des données publiées par Eurostat n’a pas vraiment influencé les investisseurs. Le chiffre de décembre a été révisé à -0,4% contre -0,7% comme annoncé initialement.

Parmi les valeurs françaises, le secteur des télécoms jouissait une nouvelle fois de toutes les attentions des investisseurs. Numéricable rebondissait de 4,20 % à 25,205 euros alors que sa maison mère Altice a précisé les modalités de son offre de rachat de SFR.

Vivendi (SFR) abandonnait 0,22 % à 20,12 euros, Bouygues perdait 1,01 % à 32,275 euros, Iliad (FREE), 0,86 % à 212,25 euros et Orange, 0,94 % à 10,495 euros.

L'action Valeo se repliait de 2,34 % à 98,83 euros après l'annonce par la banque publique BPI France qu'elle avait cédé 2,5% de l'équipementier automobile.

Soitec s’envolait de 12,61 % 2,59 euros. La société a obtenu un accord du département sud-africain de l'énergie au plan de refinancement de sa participation dans le projet de centrale photovoltaïque.

Interparfums perdait 1,81 % à 33,11 euros après la publication d'un bénéfice net en baisse de 4,4% en 2013.

Enfin, Haulotte Group dévissait de 4,83 % à 14,37 euros malgré son retour dans le vert en 2013. Le constructeur de nacelles élévatrices a réaffirmé ses objectifs de performance opérationnelle en 2014.

L’Euro s’affichait à 1,3871 Dollar. L’or progressait de nouveau, à 1 358,08 dollars l’once et le Brent, échéance mai 2014, se repliait à 107,20 dollars le baril.

Apprenez-en davantage sur le marché des CFD avec IG.

En complément des mentions ci-dessous, veuillez noter que les informations présentes sur cette page ne constituent pas un historique de nos cotations ou une offre ou sollicitation à investir dans un quelconque instrument financier. IG se dégage de toute responsabilité concernant l’utilisation qui en est faite et des conséquences qui en résultent. Veuillez noter que ces informations ne prennent nullement en compte la situation financière et les objectifs d’investissement spécifiques aux personnes qui les reçoivent. Ces informations n’ont pas été conçues pour répondre aux exigences légales en matière d’indépendance de la recherche sur l’investissement. Elles doivent donc être considérées comme une communication à des fins marketing. Enfin, bien que notre politique de passage d’ordres ne soit pas restrictive, nous ne cherchons pas à profiter de ces recommandations avant d’en faire la communication auprès de nos clients.

Les CFD sont des instruments complexes et présentent un risque élevé de perte rapide en capital en raison de l’effet de levier.
79% des comptes d’investisseurs particuliers perdent de l’argent lorsqu’ils investissent sur les CFD avec IG.
Vous devez vous assurer que vous comprenez le fonctionnement des CFD et que vous pouvez vous permettre de prendre le risque élevé de perdre votre argent.
Les CFD sont des instruments complexes et présentent un risque élevé de perte rapide en capital en raison de l’effet de levier.