Le CAC recule avec Wall Street

La Bourse de Paris a terminé dans le rouge jeudi entraînée dans son repli par la Chine et le Nasdaq outre-Atlantique et peu rassuré par les minutes de la FED, la veille.

Le CAC 40 a perdu 0,66 % à 4 413,49 points, dans un volume faible de 2,8 milliards d'euros. Le DAX a reculé de 0,55 % à 9 454,54 points alors que le Footsie grignotait 0,10 % à 6 641,97 points.

Après avoir ouvert en hausse, le marché parisien a hésité entre la zone positive et la zone négative une bonne partie de la séance avant de s’inscrire en baisse avec la chute de Wall Street.

Plusieurs facteurs ont pesé sur la cote parisienne jeudi.

Dans un premier temps, les investisseurs parisiens se sont inquiétés du manque de clarté de la FED sur le timing d’une remontée des taux de la banque centrale américaine. Les minutes publiées de la réunion du FOMC n’ont pas précisé quand la FED remonterait ses taux alors que Janet Yellen avait lors de sa dernière conférence affirmé que cette dernière interviendrait « 6 mois » après la fin du « tapering ».

Ensuite, l’annonce d'un repli inattendu des exportations et des importations chinoises, a aussi pesé sur l’humeur des investisseurs en relançant les craintes quant à la santé de la deuxième économie de la planète. La Chine a vu ses exportations et importations se replier nettement en mars, respectivement de 6,6 % et 11,3 %.

En Europe, les indicateurs se sont révélés mitigés, soulignant que la croissance en zone euro restait fragile. La production industrielle en France est restée quasi stable en février et celle de l'Italie a diminué plus que prévu. L'inflation française a également ralenti un peu plus qu'attendu.

En Ukraine, la menace d'une coupure des livraisons de gaz par la Russie et les risques d'affrontements entre autorités ukrainiennes et sympathisants pro-russes dans l'est du pays ont fait remonté la tension d’un nouveau cran alors que Barack Obama a une nouvelle fois prévenu son homologue russe, qu'une escalade de la situation en Ukraine conduirait à de nouvelles sanctions américaines et européennes contre Moscou.

Enfin, les inquiétudes concernant la valorisation des grands noms du secteur des technologies aux Etats-Unis alors que les marchés naviguent toujours tout près de leurs plus hauts historiques  depuis 2008 et que la saison des résultats a débuté, a poussé certains investisseurs à prendre quelques bénéfices.

Outre-Atlantique, les indicateurs américains publiés hier n’ont pas eu d’impact sur la tendance. Les traditionnelles inscriptions hebdomadaires au chômage ont reculé bien plus que prévu, pour atteindre leur plus bas niveau depuis 7 ans et les prix à l'importation ont progressé plus qu’attendu en mars.

Dans ce contexte, l'indice VIX, dit « indice de la peur » s'est envolée de 14,98% à 16,11. Le Dow Jones a perdu 1,62% à 16 170,22 dollars. Le Standard & Poor's 500 a reculé de 2,09%, à 1 833,08 dollars et le NASDAQ a dégringolé de 3,10% à 4 054,11 points.

Parmi les valeurs françaises, le secteur bancaire a été très entouré. L'action BNP Paribas s’est replié de 1,35% à 56,13 euros, la Société Générale de 1,59% à 44,375 euros et Crédit Agricole, de 1,64% à 11,42 euros.

LVMH s’est adjugé 3,22% à 140,85 euros, après la publication d’un chiffre d'affaires en progression de 4% au premier trimestre, grâce notamment à sa marque Louis Vuitton.

Thales a perdu 2,92% à 47,86 euros, après l'annonce d'un objectif de marge opérationnelle de 9,5% ou 10% en 2017 ou 2018, jugé décevant par certains analystes.

Carrefour a abandonné 0,65 % à 28,83 euros après l’annonce d’un recul de ses ventes de 5,2% au premier trimestre suite à des effets de changes défavorables.

Enfin, Synergie a reculé de 1,85% à 19,62 euros, en dépit d’ un doublement de ses résultats en 2013.

L’Euro a continué sa progression à 1,3886 Dollar et l’once d’or à 1 318,93 dollars. Le WTI, échéance mai 2014, est resté quasi stable à 103,34 dollars le baril.

Apprenez-en davantage sur le marché des CFD avec IG.

 

Avertissement : IG fournit exclusivement un service d’exécution d’ordre. Les informations ci-dessus ne sont fournies qu’à titre indicatif. Elles ne constituent, ni ne doivent être interprétées comme un conseil ou une recommandation. Elles ne constituent pas non plus un historique de nos cotations ou une offre ou sollicitation à investir dans un quelconque instrument financier. IG Markets se dégage de toute responsabilité concernant l’utilisation qui en est faite et des conséquences qui en résultent. IG ne peut garantir que l’information fournie ci-dessus soit complète ou exacte et se dégage donc de toute responsabilité quant aux risques encourus par toute personne agissant sur la seule base de ces informations. Veuillez noter que ces informations ne prennent nullement en compte la situation financière et les objectifs d’investissement spécifiques aux personnes qui les reçoivent. Enfin, ces informations n’ont pas été conçues pour répondre aux exigences légales en matière d’indépendance de la recherche sur l’investissement. Elles doivent donc être considérées comme une communication à des fins marketing. Il est strictement interdit de reproduire ou de distribuer tout ou partie de ces informations à des fins commerciales ou privées.

En complément des mentions ci-dessous, veuillez noter que les informations présentes sur cette page ne constituent pas un historique de nos cotations ou une offre ou sollicitation à investir dans un quelconque instrument financier. IG se dégage de toute responsabilité concernant l’utilisation qui en est faite et des conséquences qui en résultent. Veuillez noter que ces informations ne prennent nullement en compte la situation financière et les objectifs d’investissement spécifiques aux personnes qui les reçoivent. Ces informations n’ont pas été conçues pour répondre aux exigences légales en matière d’indépendance de la recherche sur l’investissement. Elles doivent donc être considérées comme une communication à des fins marketing. Enfin, bien que notre politique de passage d’ordres ne soit pas restrictive, nous ne cherchons pas à profiter de ces recommandations avant d’en faire la communication auprès de nos clients.

Les CFD sont des instruments complexes et présentent un risque élevé de perte rapide en capital en raison de l’effet de levier.
79% des comptes d’investisseurs particuliers perdent de l’argent lorsqu’ils investissent sur les CFD avec IG.
Vous devez vous assurer que vous comprenez le fonctionnement des CFD et que vous pouvez vous permettre de prendre le risque élevé de perdre votre argent.
Les CFD sont des instruments complexes et présentent un risque élevé de perte rapide en capital en raison de l’effet de levier.