Le CAC se replie en manque de stimuli

La Bourse de Paris évoluait en baisse mardi matin les investisseurs se méfiant toujours du développement des événements en Ukraine.

A mi-séance, l'indice CAC 40 reculait de 0,37 % à 4 354,88 points, le FTSE 100 de 0,28 % à 6 670,83 points alors que le DAX progressait de 0,29 % à 9 292,42 points.

Une certaine fébrilité s’affichait ce matin à la bourse de Paris dans un marché à la recherche de stimuli dans un contexte ukrainien qui reste préoccupant. Du côté des pro-russes, les députés du Parlement prorusse de Crimée ont déclaré mardi la péninsule indépendante de l'Ukraine, étape préalable avant le référendum de dimanche sur son rattachement à la Russie alors que du côté occidental, la menace de nouvelles sanctions contre la Russie a été brandi si cette dernière ne répondait pas aux propositions occidentales de "désescalade" en Ukraine.

Sur un plan macroéconomique, les données publiées ce jour sont largement passées au second plan. La Banque du Japon a maintenu mardi sa politique de soutien à l'économie, jugeant que la reprise économique restait en bonne voie, en dépit d'une détérioration de la santé du secteur des exportations. En Allemagne, l'excédent commercial s’est replié en janvier, à 17,2 milliards d'euros, en raison d'une hausse des importations plus marquée que celle des exportations, selon l'Office fédéral des statistiques Destatis.

Outre-Atlantique, la séance sera dépourvu d’indicateurs majeurs. Tout au plus, les investisseurs regarderont les chiffres de l’indice Redbook qui mesure la croissance des ventes des magasins américains, grands et de détails, alors que la consommation représente 70 % du PIB américain.

Parmi les valeurs françaises, le secteur des télécoms était de nouveau très entouré ce matin toujours suspendu à la bataille pour le rachat de SFR. Bouygues progressait de 0,67 % à 32,910 euros, alors qu’Orange perdait 1,50 % à 10,515 euros, Vivendi (SFR), 0,64 % à 20,165 euros et Iliad (FREE), 0,90 % à 208,10 euros. De son côté, Numericable baissait de 3,61 % à 24 euros après que sa maison-mère Altice eut fixé une date-limite à vendredi pour son offre sur SFR.

Cegedim se repliait de 5,63 % à 25,67 euros après l’abaissement de sa recommandation à « vendre » contre « acheter » par la Société Générale.

Manitou reculait de 3,30 % à 12,01 euros. La société a publié des résultats en forte baisse au titre de son exercice 2013. Le résultat net a baissé de 98 %  et le résultat opérationnel de 53 %  dans une environnement jugé toujours plus compétitif et des effets de change défavorables.

Technicolor abandonnait 5,18 % à 4,523 euros alors que 7,4% de son capital a changé de mains après que le fonds d'investissement Vector Capital, principal actionnaire de la société, eut cédé une partie de ses actions.

Vicat s’adjugeait 0,87 % à 57,73 euros après la publication de résultats conformes aux attentes mais l’annonce d’un dividende par action de 1,50 euros.

Enfin, MPI, ancienne filiale de Maurel et prom au Nigeria, s’envolait de 17,93 % à 3.88 euros, après l'annonce de la pétrolière nigériane Seplat, dont MPI détient 30,1% de son capital, de sa prochaine cotation aux bourses de Londres et de Lagos.

L’Euro se repliait à 1,3849 Dollar. L’or progressait à 1 348,38 dollars l’once et le Brent, échéance mai 2014, à 107,76 dollars le baril.

Apprenez-en davantage sur le marché des CFD avec IG.

En complément des mentions ci-dessous, veuillez noter que les informations présentes sur cette page ne constituent pas un historique de nos cotations ou une offre ou sollicitation à investir dans un quelconque instrument financier. IG se dégage de toute responsabilité concernant l’utilisation qui en est faite et des conséquences qui en résultent. Veuillez noter que ces informations ne prennent nullement en compte la situation financière et les objectifs d’investissement spécifiques aux personnes qui les reçoivent. Ces informations n’ont pas été conçues pour répondre aux exigences légales en matière d’indépendance de la recherche sur l’investissement. Elles doivent donc être considérées comme une communication à des fins marketing. Enfin, bien que notre politique de passage d’ordres ne soit pas restrictive, nous ne cherchons pas à profiter de ces recommandations avant d’en faire la communication auprès de nos clients.

Les CFD sont des instruments complexes et présentent un risque élevé de perte rapide en capital en raison de l’effet de levier. 79% des comptes d’investisseurs particuliers perdent de l’argent lorsqu’ils investissent sur les CFD avec IG. Vous devez vous assurer que vous comprenez le fonctionnement des CFD et que vous pouvez vous permettre de prendre le risque élevé de perdre votre argent. Les CFD sont des instruments complexes et présentent un risque élevé de perte rapide en capital en raison de l’effet de levier.