Le CAC 40 anticipe la décision de la BCE

La Bourse de Paris a rebondi mercredi dans un marché qui semble avoir anticipé le statu quo de la Banque Centrale Européenne à l'issue de sa réunion ce jour.

L'indice CAC 40 a gagné 0,79 % à 4 286,93 points dans un volume d'échange faible de 2,7 milliards d'euros, le DAX 0,35 % à 9 040, 87 points alors que le Footsie a reculé de 0,08% à 6 741,69 points.

Après une ouverture en hausse, le marché parisien a accéléré jusqu'à aller chercher une nouvelle fois les 4 300 points se repliant finalement quelque peu en fin d'après-midi malgré la bonne tenue de Wall Street.

Pour nombre d'investisseurs, le statu quo de la BCE semblait acquis hier, certains anticipant ou espérant même un petit coup de pouce de Mario Draghi à la croissance de la zone Euro. Ce dernier profitant d'une inflation faible pour baisser le taux directeur de la Banque Centrale Européenne.

Le marché parisien a aussi profité d'indicateurs macro-économiques plutôt favorables pour afficher son optimisme. Les divers PMI publiés ont fait état d'une progression de l'activité du secteur privé en zone euro et dans les principales économies de l'union monétaire à l'exception de l'Italie. Autre facteur positif, les commandes à l'industrie allemande ont fortement rebondi en septembre affichant une progression de 3,3 % par rapport au mois précédent.

Toutefois, le point d'orgue de la semaine restera la publication des chiffres de l'emploi aux Etats-Unis qui servent de radar à la politique monétaire de la FED, avec ce jour, les demandes initiales d'allocations chômage mesurent le nombre d'individus ayant demandé une allocation chômage pour la première fois au cours de la semaine précédente et surtout vendredi, le taux de chômage du BLS.

Les spécialistes anticipent des chiffres plutôt mitigés voire décevants et de fait, à l'instar de sa consœur européenne la poursuite de la politique ultra-accommodante de la banque centrale américaine. Même si les investisseurs vont rester aux aguets, l'heure ne semble pas à l'inquiétude comme le souligne le faible niveau de l'indice VIX, « indice de la peur ».

Dans ce contexte, Wall Street a terminé sur un nouveau record historique mercredi avec un Dow Jones en progression de 0,82 % à 15 746,88 points. Le S&P 500 a pris 0,43 % à 1 770,49 points alors que le Nasdaq reculait de 0,20 % à 3 931,95 points.

Parmi les valeurs françaises, Alstom s'est adjugé 5,81 % à 28,66 euros après l'annonce d'un plan de cession et la suppression prévue de 1 300 postes.

Cap Gémini a perdu 2,16 % à 46,185 euros après la dégradation de la recommandation de Société Générale de « achat » à « conserver », l'objectif de cours ayant été maintenu à 48 euros.

Alcatel-Lucent a poursuivi sa hausse prenant 3,93 % à 3,12 euros. Le titre a pris plus de 30 % depuis le 30 octobre 2013.

Vilmorin a progressé de 5,23 % à 90,20 euros après la publication d'une progression de 6% de son chiffre d'affaires sur le premier trimestre de son exercice décalé 2013/14 et la confirmation de ses objectifs annuels de croissance.

Euler Hermes a décroché de 7,58 % à 91,40 euros après avoir annoncé un résultat net sur neuf mois en baisse de 11% .

Hi-Média a reculé de 6,77 % à 1,79 euro après l'annonce d'un chiffre d'affaires en repli de 3% au troisième trimestre dans un marché publicitaire toujours difficile dans l'ensemble des pays européens.

Enfin, Bourbon s'est replié de 3,86 % à 20,175 euros malgré une hausse de 8,6% de son chiffre d'affaires au troisième trimestre.

L'Euro a rebondi à 1,3515 $, l’or à 1 317,88 $ l’once et le WTI, échéance décembre 2013, à 94,85 $ le baril.

En complément des mentions ci-dessous, veuillez noter que les informations présentes sur cette page ne constituent pas un historique de nos cotations ou une offre ou sollicitation à investir dans un quelconque instrument financier. IG se dégage de toute responsabilité concernant l’utilisation qui en est faite et des conséquences qui en résultent. Veuillez noter que ces informations ne prennent nullement en compte la situation financière et les objectifs d’investissement spécifiques aux personnes qui les reçoivent. Ces informations n’ont pas été conçues pour répondre aux exigences légales en matière d’indépendance de la recherche sur l’investissement. Elles doivent donc être considérées comme une communication à des fins marketing. Enfin, bien que notre politique de passage d’ordres ne soit pas restrictive, nous ne cherchons pas à profiter de ces recommandations avant d’en faire la communication auprès de nos clients.