Le CAC attend la BCE et la FED

La Bourse de Paris s’affichait en légère baisse mercredi matin dans un marché toujours affecté par la crise ukrainienne et qui attend la réunion de la BCE demain et les propos de Janet Yellen cet après-midi.

A mi-séance, l'indice CAC 40 perdait 0,12 % à 4 422,69 points, le DAX 0,11 % à 9 456,83points et le Footsie, 0,36 % à 6 773,93 points.

L’Ukraine se réapproprie de plus en plus le devant de la scène avec le développement des violences dans l’est et le sud du pays entre les partisans pro-russes et les troupes ukrainiennes qui tentent de rétablir l’ordre afin de permettre à Kiev de tenir les élections du 25 mai prochain. Ce matin, la tension est encore monté d’un cran entre russes et occidentaux alors que l'Otan envisagerait la mise en place d'un dispositif de présence militaire permanent en Europe de l'Est afin de faire face à la nouvelle attitude de la Russie qui était jusqu’à la crise ukrainienne, considérée comme un partenaire.

Dans ce contexte, les indicateurs publiés ce matin n’ont pas eu d’impact sur la tendance des marchés. En Allemagne, les commandes à l'industrie ont enregistré un fort recul de 2,8% en mars contre une hausse de 0,9% en février alors que les analystes prévoyaient en moyenne une nouvelle hausse de 0,2%. En France, la production industrielle dans son ensemble a diminué de 0,7% en volume en mars par rapport à février, sous l'effet d'une contraction de l'activité manufacturière.

Les investisseurs ont déjà leur regard tourné vers la réunion de la BCE demain jeudi. Malgré les appels du pied du FMI et de l’OCDE, il est peu probable que la BCE annonce des mesures significatives dès jeudi. D'abord, parce que l'inflation dans la zone euro est un peu remontée, passant de 0,5 % en mars à 0,7 % en avril. Ensuite, parce que la reprise économique continue de se raffermir dans la zone euro avec la reprise des investissements et la hausse de la confiance des consommateurs.

Outre-Atlantique, les investisseurs suivront de près les déclarations de Janet Yellen devant le congrès américain. Toutefois, les investisseurs semblent avoir parfaitement intégrer que la nouvelle politique monétaire américaine, avec une réduction progressive des rachats d'actifs et une remontée des taux d'intérêt en 2015, ne changera plus.

Parmi les valeurs françaises, ce sont surtout les publications de divers résultats d’entreprises qui ont retenu l’attention des investisseurs.

L'action Crédit Agricole prenait 3,92 % à 11,54 euros après l’annonce d’une augmentation de 30 % de son résultat net.

Toujours dans le secteur bancaire, Société Générale perdait 1,38 % à 43,27 euros après avoir annoncé une baisse de 13,5 % de son bénéfice suite à des dépréciations d’actifs concernant ses acquisitions en Russie.

Alstom progressait de 0,99 % à 29 euros malgré des résultats en baisse pour son exercice décalé 2013 et alors que les activités énergétiques du groupe sont toujours convoitées par l'américain General Electric et l'allemand Siemens.

Axa abandonnait de 0,14 % à 17,55 euros. L’assureur a publié un chiffre d'affaires en léger repli au premier trimestre, pénalisé par un effet de change défavorable.

CGG plongeait de 10,47 % à 10,935 euros après avoir affiché une perte nette part du groupe de 40,4 millions de dollars au 1er trimestre 2014, contre un bénéfice de 79,1 millions un an plus tôt.

Les publications de Natixis et de Havas étaient saluées par les investisseurs. Natixis s’adjugeait 1,99 % à 5,13 euros et Havas, 3,15 % à 5,90 euros.

Enfin, Bolloré reculait de 1,82 % à 448,55 euros après un chiffre d’affaires en retrait de 4 % par rapport au premier trimestre 2013.

L’Euro restait quasi stable à 1,3929 Dollar. L’or prenait quelques cents à 1 311,39 dollars l’once et le Brent, échéance juin 2014, rebondissait légèrement à 107,32 dollars le baril.

Apprenez-en davantage sur le marché des CFD avec IG.

 

Avertissement : IG fournit exclusivement un service d’exécution d’ordre. Les informations ci-dessus ne sont fournies qu’à titre indicatif. Elles ne constituent, ni ne doivent être interprétées comme un conseil ou une recommandation. Elles ne constituent pas non plus un historique de nos cotations ou une offre ou sollicitation à investir dans un quelconque instrument financier. IG Markets se dégage de toute responsabilité concernant l’utilisation qui en est faite et des conséquences qui en résultent. IG ne peut garantir que l’information fournie ci-dessus soit complète ou exacte et se dégage donc de toute responsabilité quant aux risques encourus par toute personne agissant sur la seule base de ces informations. Veuillez noter que ces informations ne prennent nullement en compte la situation financière et les objectifs d’investissement spécifiques aux personnes qui les reçoivent. Enfin, ces informations n’ont pas été conçues pour répondre aux exigences légales en matière d’indépendance de la recherche sur l’investissement. Elles doivent donc être considérées comme une communication à des fins marketing. Il est strictement interdit de reproduire ou de distribuer tout ou partie de ces informations à des fins commerciales ou privées.

En complément des mentions ci-dessous, veuillez noter que les informations présentes sur cette page ne constituent pas un historique de nos cotations ou une offre ou sollicitation à investir dans un quelconque instrument financier. IG se dégage de toute responsabilité concernant l’utilisation qui en est faite et des conséquences qui en résultent. Veuillez noter que ces informations ne prennent nullement en compte la situation financière et les objectifs d’investissement spécifiques aux personnes qui les reçoivent. Ces informations n’ont pas été conçues pour répondre aux exigences légales en matière d’indépendance de la recherche sur l’investissement. Elles doivent donc être considérées comme une communication à des fins marketing. Enfin, bien que notre politique de passage d’ordres ne soit pas restrictive, nous ne cherchons pas à profiter de ces recommandations avant d’en faire la communication auprès de nos clients.

Les CFD sont des instruments complexes et présentent un risque élevé de perte rapide en capital en raison de l’effet de levier. 79% des comptes d’investisseurs particuliers perdent de l’argent lorsqu’ils investissent sur les CFD avec IG. Vous devez vous assurer que vous comprenez le fonctionnement des CFD et que vous pouvez vous permettre de prendre le risque élevé de perdre votre argent. Les CFD sont des instruments complexes et présentent un risque élevé de perte rapide en capital en raison de l’effet de levier.