Net décrochage des marchés actions

Le CAC 40 a clôturé en très net repli de 2,12% à 4.974,07 points, terminant sous 5.000 points pour la première fois depuis le 12 mars, dans un volume d'échanges étoffé de 5,2 milliards d'euros.

Net décrochage des marchés actions

Le marché a hésité sur la direction à suivre, évoluant même dans le vert dans la matinée, avant de perdre plus nettement du terrain au fil de l'après-midi.

Ailleurs en Europe, le rouge l’a largement emporté, la Bourse de Francfort a reculé de 2,51%, celle de Milan de 2,76% et Athènes a cédé 3,85%. L'indice Euro Stoxx 50, qui regroupe les principales valeurs de la zone euro, abandonne 2,3%. 

Le dossier grec a alimenté la prudence des investisseurs, alors que les négociations semblent difficiles entre le pays et ses créanciers, pour s'entendre sur une liste de réformes afin de débloquer le versement de l'aide internationale.

Le ministre grec des Finances Yanis Varoufakis n'attend pas d'"accord final" lors de la prochaine réunion des ministres des Finances de la zone euro le 11 mai, le gouvernement grec imputant pour sa part les blocages à un désaccord entre l'UE et le FMI.

Par ailleurs, le marché redoute la période d'incertitudes qui pourrait découler des élections britanniques qui s'annoncent serrées. L'emploi américain sera quant à lui scruté afin de savoir s'il confirme les difficultés récentes de la première économie mondiale.

Côté statistiques macroéconomiques, l'indice des directeurs d'achats (PMI) du secteur des services américains est ressorti à 57,4 points en avril, en baisse par rapport aux 59,2 points de mars.

Toujours aux Etats-Unis, la balance commerciale a enregistré un déficit de 51,4 milliards de dollars au mois de mars, au plus haut en six ans et demi. Le déséquilibre s'est creusé après le déficit de 35,4 milliards enregistré le mois précédent.

Enfin, l'indice ISM des services a surpris les observateurs en progressant à 57,8 points en avril après 56,5 en mars. Le consensus Reuters attendait une légère baisse à 56,3 points.

Dans ces conditions, Wall Street a terminé en territoire négatif, le Dow Jones et le Nasdaq ont reculé de 0,79% à 17 928,20 points et de 1,55% à 4 939,33 points.

Parmi les valeurs, Orange (-4,66% à 14,21 euros) a fait les frais de prises de bénéfices.

De même, le secteur bancaire a souffert. BNP Paribas a perdu 3,01% à 55,04 euros, l'action Crédit Agricole 3,01% à 13,55 euros et Société Générale 1,24% à 44,77 euros, ces deux derniers devant publier mercredi leurs résultats pour le premier trimestre.

Lafarge a limité la casse (-0,21% à 65,84 euros), alors que le français et le suisse Holcim ont reçu l'autorisation finale des autorités de la concurrence aux États-Unis et au Canada concernant leur projet de fusion.

Carmat a vu son cours être suspendu, alors qu'un deuxième patient ayant reçu un cœur artificiel est mort samedi à la suite de complications, mais ce nouveau décès ne devrait pas remettre en cause la suite de l'expérimentation de cette prothèse.

Enfin, OL Groupe a chuté (-9,68% à 5,69 euros). La holding gérant l'Olympique lyonnais souhaite lever 52 millions d'euros à l'occasion d'une augmentation de capital dont le produit lui servira notamment à financer de nouvelles infrastructures.

Sur le marché des changes, l'euro poursuivait sa hausse mercredi face à un dollar plombé par le bond du déficit commercial américain, au plus haut en six ans et demi.

Vers 06H00 GMT (08H00 à Paris), la monnaie unique européenne valait 1,1233 dollar contre 1,1185 dollar mardi vers 21H00 GMT.

 

Avertissement : IG fournit exclusivement un service d’exécution d’ordre. Les informations ci-dessus ne sont fournies qu’à titre indicatif. Elles ne constituent, ni ne doivent être interprétées comme un conseil ou une recommandation. Elles ne constituent pas non plus un historique de nos cotations ou une offre ou sollicitation à investir dans un quelconque instrument financier. IG Markets se dégage de toute responsabilité concernant l’utilisation qui en est faite et des conséquences qui en résultent. IG ne peut garantir que l’information fournie ci-dessus soit complète ou exacte et se dégage donc de toute responsabilité quant aux risques encourus par toute personne agissant sur la seule base de ces informations. Veuillez noter que ces informations ne prennent nullement en compte la situation financière et les objectifs d’investissement spécifiques aux personnes qui les reçoivent. Enfin, ces informations n’ont pas été conçues pour répondre aux exigences légales en matière d’indépendance de la recherche sur l’investissement. Elles doivent donc être considérées comme une communication à des fins marketing. Il est strictement interdit de reproduire ou de distribuer tout ou partie de ces informations à des fins commerciales ou privées.

En complément des mentions ci-dessous, veuillez noter que les informations présentes sur cette page ne constituent pas un historique de nos cotations ou une offre ou sollicitation à investir dans un quelconque instrument financier. IG se dégage de toute responsabilité concernant l’utilisation qui en est faite et des conséquences qui en résultent. Veuillez noter que ces informations ne prennent nullement en compte la situation financière et les objectifs d’investissement spécifiques aux personnes qui les reçoivent. Ces informations n’ont pas été conçues pour répondre aux exigences légales en matière d’indépendance de la recherche sur l’investissement. Elles doivent donc être considérées comme une communication à des fins marketing. Enfin, bien que notre politique de passage d’ordres ne soit pas restrictive, nous ne cherchons pas à profiter de ces recommandations avant d’en faire la communication auprès de nos clients.

Les CFD sont des instruments complexes et présentent un risque élevé de perte rapide en capital en raison de l’effet de levier.
79% des comptes d’investisseurs particuliers perdent de l’argent lorsqu’ils investissent sur les CFD avec IG.
Vous devez vous assurer que vous comprenez le fonctionnement des CFD et que vous pouvez vous permettre de prendre le risque élevé de perdre votre argent.
Les CFD sont des instruments complexes et présentent un risque élevé de perte rapide en capital en raison de l’effet de levier.