La BCE soutient de nouveau les marchés

La Bourse de Paris a terminé en nette hausse (+0,94%) jeudi, après avoir bien accueilli une réunion de la Banque centrale européenne (BCE) dont le programme de rachats d'actifs étendu aux dettes souveraines démarrera le 9 mars.

La BCE soutient de nouveau les marchés

Parmi les autres marchés européens, Francfort a pris 1% et Londres 0,61%. Par ailleurs, l'Eurostoxx 50 a gagné 0,97%.

Le marché parisien n'a cessé de progresser depuis l'ouverture, en dépit d'un bref ralentissement au début de la conférence de presse du président de la BCE, Mario Draghi. De son côté, Wall Street a ouvert en hausse.

Le CAC 40 a même atteint un nouveau plus haut historique depuis juin 2008 en séance à 4.974,64 points pendant que M. Draghi s'exprimait.

La BCE, qui va débuter son vaste programme de rachat de dettes publiques et privées le 9 mars, comme l'a annoncé M. Draghi, a conforté l'optimisme du marché.

Le marché salue surtout la révision à la hausse des perspectives de croissance ainsi que le fait que l'inflation va remonter, ce qui signifie que la politique monétaire de la BCE sera accommodante sur la durée.

La BCE a relevé ses prévisions de croissance du Produit intérieur brut (PIB) en zone euro pour 2015 et 2016. Elle a abaissé ses prévisions d'inflation pour 2015 mais relevé celles pour 2016. Elle a confirmé qu'elle rachèterait 60 milliards d'euros d'actifs par mois, dont des obligations souveraines de la zone euro, pour lutter contre la déflation et relancer l'économie dans la région.

Ces mesures ont été le principal moteur des marchés ces dernières semaines, permettant notamment au CAC 40 de dépasser les 4.900 points et de gagner plus de 16% depuis le 1er janvier.

Parmi les valeurs, Gemalto a souffert (-2,58% à 70,34 euros), le marché retenant davantage la baisse de 14% du bénéfice net en 2014 que le relèvement de ses prévisions pour 2017.

Numericable-SFR a été recherché (+4,34% à 58,92 euros) après avoir publié un résultat brut d'exploitation consolidé en hausse de 15%.

L'action Carrefour a fini en hausse (+2,38% à 30,37 euros) après avoir enregistré en 2014 un bénéfice net en baisse de 1,5% et annoncé que son PDG, Georges Plassat, en convalescence depuis début février, reprendra ses fonctions "avant la fin du mois d'avril".

Areva a terminé stable à 9,30 euros mais EDF a poursuivi son repli (-2,43% à 23,09 euros), alors que François Hollande a demandé aux dirigeants des deux groupes de travailler à un "rapprochement".

Arkema a gagné 6,18% à 69,90 euros. Le groupe s'est déclaré "idéalement" positionné sur le chemin de la croissance, après une année 2014 marquée par un bénéfice net stable.

 

Avertissement : IG fournit exclusivement un service d’exécution d’ordre. Les informations ci-dessus ne sont fournies qu’à titre indicatif. Elles ne constituent, ni ne doivent être interprétées comme un conseil ou une recommandation. Elles ne constituent pas non plus un historique de nos cotations ou une offre ou sollicitation à investir dans un quelconque instrument financier. IG Markets se dégage de toute responsabilité concernant l’utilisation qui en est faite et des conséquences qui en résultent. IG ne peut garantir que l’information fournie ci-dessus soit complète ou exacte et se dégage donc de toute responsabilité quant aux risques encourus par toute personne agissant sur la seule base de ces informations. Veuillez noter que ces informations ne prennent nullement en compte la situation financière et les objectifs d’investissement spécifiques aux personnes qui les reçoivent. Enfin, ces informations n’ont pas été conçues pour répondre aux exigences légales en matière d’indépendance de la recherche sur l’investissement. Elles doivent donc être considérées comme une communication à des fins marketing. Il est strictement interdit de reproduire ou de distribuer tout ou partie de ces informations à des fins commerciales ou privées.

En complément des mentions ci-dessous, veuillez noter que les informations présentes sur cette page ne constituent pas un historique de nos cotations ou une offre ou sollicitation à investir dans un quelconque instrument financier. IG se dégage de toute responsabilité concernant l’utilisation qui en est faite et des conséquences qui en résultent. Veuillez noter que ces informations ne prennent nullement en compte la situation financière et les objectifs d’investissement spécifiques aux personnes qui les reçoivent. Ces informations n’ont pas été conçues pour répondre aux exigences légales en matière d’indépendance de la recherche sur l’investissement. Elles doivent donc être considérées comme une communication à des fins marketing. Enfin, bien que notre politique de passage d’ordres ne soit pas restrictive, nous ne cherchons pas à profiter de ces recommandations avant d’en faire la communication auprès de nos clients.

Les CFD sont des instruments complexes et présentent un risque élevé de perte rapide en capital en raison de l’effet de levier.
79% des comptes d’investisseurs particuliers perdent de l’argent lorsqu’ils investissent sur les CFD avec IG.
Vous devez vous assurer que vous comprenez le fonctionnement des CFD et que vous pouvez vous permettre de prendre le risque élevé de perdre votre argent.
Les CFD sont des instruments complexes et présentent un risque élevé de perte rapide en capital en raison de l’effet de levier.