Le CAC reste dans l’attente du chômage américain

La Bourse de Paris a terminé en repli mercredi dans une séance toujours soumise aux spéculations relatives au calendrier de la politique monétaire de la Réserve fédérale américaine.

L'indice CAC 40 a perdu 0,57 % à 4 148,52 points, dans un volume d'échanges de 3,2 milliards d'euros, le DAX 0,90% à 9 140,63 points et le FTSE 100, 0,34% à 6 509,97 points.

Les investisseurs ont continué de liquider une partie de leurs portefeuilles et de prendre leurs bénéfices au gré de la publication des indicateurs macroéconomiques en attendant vendredi celui du taux de chômage des Etats-Unis qui devrait donner plus de visibilité quant à la poursuite du programme de rachats d’actifs de la FED.

Hier matin, les premiers indicateurs publiés en zone euro ont été peu favorables aux marchés. D’une part, le secteur privé en zone euro a ralenti en novembre selon les indices PMI des directeurs d'achats confirmant la faiblesse persistante de la croissance dans l’union monétaire européenne selon les analystes de Markit. D’autre part, les ventes de détails dans la zone euro ont reculé selon les données publiées par Eurostat.

Dans l’après-midi, les chiffres publiés aux Etats-Unis même contradictoires sont allés dans le sens de ceux qui penchent en faveur d'une réduction des aides de la Fed plus tôt que prévu notamment avant l’entrée en fonction de Janet Yellen. Selon les chiffres ADP, le secteur privé aux États-Unis a créé davantage d'emplois en novembre avec 215 000 embauches alors que le consensus tablait sur 160 000 alors que la progression de l’activité dans le secteur des services s’est affichée moins forte que prévu suivant l’indice ISM. Enfin, les ventes de maisons neuves aux États-Unis ont connu en octobre leur plus forte progression depuis plus de 30 ans.

La Bourse de New York a clôturé en baisse mercredi dans une séance qui a toutefois eu du mal à trouver une véritable direction. Le Dow Jones a perdu 0,16% à 15 889, 77 points, le S&P 500 0,13% à 1 792,81 points alors que le Nasdaq est resté stable à 4 038,00 points.

Parmi les valeurs françaises, les banques ont été particulièrement entourées. Société Générale, visée dans l'enquête de la Commission européenne sur l'Euribor et qui a été condamnée à une amende de 446 millions d'euros, a abandonné 1,04% à 40,38 euros. Crédit Agricole a perdu 1,44% à 9,01 euros et BNP Paribas,  1,13% à 52,73 euros.

Accor s’est adjugé 3,06% à 33,01 euros après un relèvement de recommandation à « acheter » contre « neutre » auparavant, par UBS.

Renault a perdu 0,60% à 61,5 euros malgré une note positive de Goldman Sachs. Soitec s’est envolé 6,29% à 1,52 euro. La société a annoncé la mise en production d'un nouveau produit pour les smartphones 4G.

Veolia Environnement a reculé de 0,96% à 11,30 euros. La branche eau du groupe va supprimer entre 700 et 750 postes administratifs en France en 2014, en plus des suppressions déjà annoncées en mars.

Enfin, l'action Kering s’est replié de 1,15% à 155,10 euros après l’annonce de la cession de La Redoute à la PDG de l'enseigne, Nathalie Balla et à un autre dirigeant du groupe, Eric Courteille, associé au management.

L’Euro est resté quasi inchangé à 1,3585  au terme d’une journée volatile. L’or s’est fortement repris à 1 243,68  l’once. Le WTI, échéance janvier 2014, a clôturé à 97,31  le baril.

 

 

Avertissement : IG fournit exclusivement un service d’exécution d’ordre. Les informations ci-dessus ne sont fournies qu’à titre indicatif. Elles ne constituent, ni ne doivent être interprétées comme un conseil ou une recommandation. Elles ne constituent pas non plus un historique de nos cotations ou une offre ou sollicitation à investir dans un quelconque instrument financier. IG Markets se dégage de toute responsabilité concernant l’utilisation qui en est faite et des conséquences qui en résultent. IG ne peut garantir que l’information fournie ci-dessus soit complète ou exacte et se dégage donc de toute responsabilité quant aux risques encourus par toute personne agissant sur la seule base de ces informations. Veuillez noter que ces informations ne prennent nullement en compte la situation financière et les objectifs d’investissement spécifiques aux personnes qui les reçoivent. Enfin, ces informations n’ont pas été conçues pour répondre aux exigences légales en matière d’indépendance de la recherche sur l’investissement. Elles doivent donc être considérées comme une communication à des fins marketing. Il est strictement interdit de reproduire ou de distribuer tout ou partie de ces informations à des fins commerciales ou privées.

En complément des mentions ci-dessous, veuillez noter que les informations présentes sur cette page ne constituent pas un historique de nos cotations ou une offre ou sollicitation à investir dans un quelconque instrument financier. IG se dégage de toute responsabilité concernant l’utilisation qui en est faite et des conséquences qui en résultent. Veuillez noter que ces informations ne prennent nullement en compte la situation financière et les objectifs d’investissement spécifiques aux personnes qui les reçoivent. Ces informations n’ont pas été conçues pour répondre aux exigences légales en matière d’indépendance de la recherche sur l’investissement. Elles doivent donc être considérées comme une communication à des fins marketing. Enfin, bien que notre politique de passage d’ordres ne soit pas restrictive, nous ne cherchons pas à profiter de ces recommandations avant d’en faire la communication auprès de nos clients.

Les CFD sont des instruments complexes et présentent un risque élevé de perte rapide en capital en raison de l’effet de levier.
79% des comptes d’investisseurs particuliers perdent de l’argent lorsqu’ils investissent sur les CFD avec IG.
Vous devez vous assurer que vous comprenez le fonctionnement des CFD et que vous pouvez vous permettre de prendre le risque élevé de perdre votre argent.
Les CFD sont des instruments complexes et présentent un risque élevé de perte rapide en capital en raison de l’effet de levier.