Les marchés marquent une pause après des indicateurs mitigés dans la zone euro

Le CAC 40 a accéléré son repli après l’ouverture baissière de Wall Street. A la clôture, l’indice parisien lâche 0,92 %, à 4 194 points.

action Publicis

Au-delà d’indicateurs mitigés dans la zone euro, la prudence est de mise avant une semaine chargée sur les plans micro et macroéconomiques.

La séance d’hier a été marquée par de nombreuses publications macroéncomiques, l’indice PMI Markit manufacturier a stagné à 50,6 points le mois dernier au sein de la zone euro.

Les croissances de l’Allemagne, l’Espagne, les Pays-Bas et l’Irlande ont été éclipsées par les contractions enregistrées dans le reste de la région, notamment en France, où l’indice reste bloqué sous le seuil des 50 points, qui sépare la zone de dégradation de celle d’expansion de l’activité. Il est en effet ressorti à 48,5 points, au plus bas depuis deux mois.

Le fossé se creuse avec les Etats-Unis, où les statistiques sont autrement plus solides. En octobre, la croissance dans le secteur manufacturier a accéléré, l’indice ISM progressant de 2,4 points à 59, contre 56,1 points anticipés par le consensus Bloomberg.

Dans ces conditions, Wall Street a limité la casse, restant proche des niveaux records atteints vendredi malgré la chute d'un secteur énergétique déstabilisé par le plongeon des prix du pétrole : le Dow Jones a cédé 0,14% à 17 366 points,  le Nasdaq a gagné 0,18% terminant à 4 638 points tandis l'indice élargi S&P 500 a lâché 0,01% à 2 017 points.

En déroute depuis la mi-juin comme le Brent de Londres, les prix du pétrole coté à New York (WTI) ont terminé à leur plus bas depuis fin juin 2012, plombés notamment par la hausse du dollar et des craintes sur l'abondance de l'offre.

Les majors pétrolières américaines, comme ExxonMobil et Chevron, ont été touchées de plein fouet tout comme une grosse partie du secteur des matières premières, affecté par la hausse du dollar.

Du côté des valeurs européennes, l'action Publicis abandonne 2,26 %, à 54,02 euros. Après sa fusion avortée avec Omnicom, le groupe publicitaire français se lance à l’assaut d’un autre américain, Sapient. Le montant de l’opération s’élève à 3,7 milliards de dollars ce qui représente 25 dollars par action Sapient, soit une prime de 44,3 % par rapport au cours de vendredi.

L'action Lafarge plie de 3 % à 53,65 euros. Son partenaire de fusion, le suisse Holcim, a subi une baisse de ses ventes et de sa rentabilité au troisième trimestre, pénalisé par les changes et la faiblesse de son activité en Europe et en Amérique latine.

Les « utilities » sont également orientées à la baisse : GDF Suez perd 3,02 % et EDF 2,85 %.

Sur le marché des changes, l'euro évoluait à des niveaux plus vus depuis deux ans face au dollar.

Vers 19H00 GMT, la monnaie unique européenne valait 1,2480 dollar, contre 1,2525 dollar vendredi vers 21H00 GMT. L'euro est tombé à 1,2440 dollar vers 00H40 GMT, son niveau le plus faible depuis le 22 août 2012.​

 

Avertissement : IG fournit exclusivement un service d’exécution d’ordre. Les informations ci-dessus ne sont fournies qu’à titre indicatif. Elles ne constituent, ni ne doivent être interprétées comme un conseil ou une recommandation. Elles ne constituent pas non plus un historique de nos cotations ou une offre ou sollicitation à investir dans un quelconque instrument financier. IG Markets se dégage de toute responsabilité concernant l’utilisation qui en est faite et des conséquences qui en résultent. IG ne peut garantir que l’information fournie ci-dessus soit complète ou exacte et se dégage donc de toute responsabilité quant aux risques encourus par toute personne agissant sur la seule base de ces informations. Veuillez noter que ces informations ne prennent nullement en compte la situation financière et les objectifs d’investissement spécifiques aux personnes qui les reçoivent. Enfin, ces informations n’ont pas été conçues pour répondre aux exigences légales en matière d’indépendance de la recherche sur l’investissement. Elles doivent donc être considérées comme une communication à des fins marketing. Il est strictement interdit de reproduire ou de distribuer tout ou partie de ces informations à des fins commerciales ou privées.

En complément des mentions ci-dessous, veuillez noter que les informations présentes sur cette page ne constituent pas un historique de nos cotations ou une offre ou sollicitation à investir dans un quelconque instrument financier. IG se dégage de toute responsabilité concernant l’utilisation qui en est faite et des conséquences qui en résultent. Veuillez noter que ces informations ne prennent nullement en compte la situation financière et les objectifs d’investissement spécifiques aux personnes qui les reçoivent. Ces informations n’ont pas été conçues pour répondre aux exigences légales en matière d’indépendance de la recherche sur l’investissement. Elles doivent donc être considérées comme une communication à des fins marketing. Enfin, bien que notre politique de passage d’ordres ne soit pas restrictive, nous ne cherchons pas à profiter de ces recommandations avant d’en faire la communication auprès de nos clients.

Les CFD sont des instruments complexes et présentent un risque élevé de perte rapide en capital en raison de l’effet de levier.
79% des comptes d’investisseurs particuliers perdent de l’argent lorsqu’ils investissent sur les CFD avec IG.
Vous devez vous assurer que vous comprenez le fonctionnement des CFD et que vous pouvez vous permettre de prendre le risque élevé de perdre votre argent.
Les CFD sont des instruments complexes et présentent un risque élevé de perte rapide en capital en raison de l’effet de levier.