Le CAC fait du surplace avant la BCE

La Bourse de Paris a clôturé quasi inchangé en ce début de semaine, les investisseurs ignorant les indicateurs publiés dans l’attente de la décision de la BCE jeudi.

L'indice CAC 40 a abandonné 0,08 % à 4 515,89 points, dans un volume d'échanges faible de 2,5 milliards d'euros. Le DAX a grignoté 0,07 % à 9 950,12 points et le FTSE 100 a pris 0,29 % à 6 864,10 points.

Après avoir ouvert en légère hausse, le marché parisien a évolué en dents de scie tout au long de la journée pour revenir à la cloche proche de son cours de clôture de la semaine dernière, grâce au rebond de Wall Street après une petite heure de cotations.

Les investisseurs sont de plus en plus prudents à l’approche de la réunion de la BCE jeudi prochain. Si le principe d’une intervention de la banque centrale semble acquis, le contenu de cette dernière pause débats. Plusieurs analystes, cependant, mettent en exergue le fait que des actes insuffisants ou timorées pourraient envoyer les marchés au tapis tant une intervention massive de la banque centrale européenne est attendue.

Les divers indicateurs publiés hier matin en zone euro ont d’ailleurs renforcé la pression sur la BCE afin que cette dernière prennent des mesures décisives afin de contrer les risques de déflation et de recul de la croissance dans l’union monétaire du vieux continent.

La croissance de l'activité manufacturière de la zone euro a ralenti en mai davantage que prévue, à un plus bas depuis 6 mois. Celle de l’Allemagne, première économie européenne et de l’Italie se sont repliées en mai et celle de l’Espagne est restée stable. En France, la conjoncture s’est une nouvelle fois détériorée dans le secteur manufacturier avec un indice PMI s’établissant à 49,6, contre 51,2 en avril.

Outre-Atlantique, Wall Street a évolué au gré des annonces des chiffres de l’indice ISM. Dans un premier temps, le Dow Jones s’est replié suite à l'annonce d'une baisse de l'indice d'activité ISM du secteur manufacturier en mai, à 53,2 après 54,9 en avril, avant de se reprendre après l’annonce de la correction de celui-ci, après une erreur de programmation à 55,4, plus proche du consensus.

Bien que le Dow Jones et le S&P 500 aient une nouvelle fois battu un nouveau record, les marchés américains ont terminé en ordre dispersé au terme d’une journée terne. L'indice Dow Jones a gagné 0,16%, à 16 743,63 et le Standard & Poor's-500, 0,07% à 1 924,97 points et le Nasdaq, a reculé de 0,13% à 4 237,20 points.

Parmi les valeurs françaises, Peugeot et Renault ont perdu un peu de terrain en abandonnant respectivement 0,39 % et 0,26 % à 10,34 et 68,88 euros. Les immatriculations de voitures neuves en France ont subi un coup de frein en mai après les fortes progressions en mars et avril.

BNP Paribas reculait de 0,56 % à 51,08 euros. Goldman Sachs a abaissé sa recommandation sur le titre à « neutre » contre « acheter » auparavant et la banque française reste toujours sous le coup d’une amende de plus de 10 milliards de dollars aux Etats-Unis voir de son interdiction d’exercer.

Thales a pris 3,17% à 45,3 euros. Le groupe a annoncé avoir conclu un contrat de 35 millions d'euros auprès de Network Rail, gestionnaire du réseau ferré britannique, pour lui fournir son système de gestion du trafic ferroviaire.

Airbus s’est adjugé 1,22% à 53,25 euros après l’annonce de la commande de 14 Airbus moyen-courriers d'une valeur de 1,5 milliard de dollars au prix catalogue par Air New Zealand. Par ailleurs, Delta a aussi commandé 15 moyen-courriers A321 version classique pour 1,65 milliard de dollars environ.

Air France-KLM a progressé de 2,46% à 11,46 euros. Son partenaire Etihad Airways a confirmé dimanche qu'il allait investir dans Alitalia, décision salué par le président d’Air France, Alexandre de Juniac.

Lagardère a perdu 1,90% à 25,08 euros après un abaissement de recommandation par Société Générale à « neutre » contre « acheter » auparavant.

STMicroelectronics s’est replié de 2,40% à 7,16 euros après celui de Citigroup à « vendre » contre « neutre » précédemment.

Rodriguez Group a perdu 9,18% à 1,78 euros après que le fabricant de yachts de luxe eut annoncé des risques de faillite.

Enfin, Tarkett s’est replié de 3,62% à 29,56 euros suite à des prises de bénéfices après une période de forte ascension de son cours.

L’Euro s’est replié à 1,3597 Dollar, l’once d’or à 1 243,91 dollars et le WTI, échéance juillet 2014, à 102,47 dollars le baril.

Apprenez-en davantage sur le marché des CFD avec IG.

 

Avertissement : IG fournit exclusivement un service d’exécution d’ordre. Les informations ci-dessus ne sont fournies qu’à titre indicatif. Elles ne constituent, ni ne doivent être interprétées comme un conseil ou une recommandation. Elles ne constituent pas non plus un historique de nos cotations ou une offre ou sollicitation à investir dans un quelconque instrument financier. IG Markets se dégage de toute responsabilité concernant l’utilisation qui en est faite et des conséquences qui en résultent. IG ne peut garantir que l’information fournie ci-dessus soit complète ou exacte et se dégage donc de toute responsabilité quant aux risques encourus par toute personne agissant sur la seule base de ces informations. Veuillez noter que ces informations ne prennent nullement en compte la situation financière et les objectifs d’investissement spécifiques aux personnes qui les reçoivent. Enfin, ces informations n’ont pas été conçues pour répondre aux exigences légales en matière d’indépendance de la recherche sur l’investissement. Elles doivent donc être considérées comme une communication à des fins marketing. Il est strictement interdit de reproduire ou de distribuer tout ou partie de ces informations à des fins commerciales ou privées.

En complément des mentions ci-dessous, veuillez noter que les informations présentes sur cette page ne constituent pas un historique de nos cotations ou une offre ou sollicitation à investir dans un quelconque instrument financier. IG se dégage de toute responsabilité concernant l’utilisation qui en est faite et des conséquences qui en résultent. Veuillez noter que ces informations ne prennent nullement en compte la situation financière et les objectifs d’investissement spécifiques aux personnes qui les reçoivent. Ces informations n’ont pas été conçues pour répondre aux exigences légales en matière d’indépendance de la recherche sur l’investissement. Elles doivent donc être considérées comme une communication à des fins marketing. Enfin, bien que notre politique de passage d’ordres ne soit pas restrictive, nous ne cherchons pas à profiter de ces recommandations avant d’en faire la communication auprès de nos clients.

Les CFD sont des instruments complexes et présentent un risque élevé de perte rapide en capital en raison de l’effet de levier.
79% des comptes d’investisseurs particuliers perdent de l’argent lorsqu’ils investissent sur les CFD avec IG.
Vous devez vous assurer que vous comprenez le fonctionnement des CFD et que vous pouvez vous permettre de prendre le risque élevé de perdre votre argent.
Les CFD sont des instruments complexes et présentent un risque élevé de perte rapide en capital en raison de l’effet de levier.