Les CFD sont des instruments complexes et présentent un risque élevé de perte rapide en capital en raison de l’effet de levier. 73% des comptes d’investisseurs particuliers perdent de l’argent lorsqu’ils investissent sur les CFD avec IG. Vous devez vous assurer que vous comprenez le fonctionnement des CFD et que vous pouvez vous permettre de prendre le risque élevé de perdre votre argent. Les options et les turbos sont des instruments financiers complexes présentant un risque de perte en capital. Les pertes peuvent être extrêmement rapides. Les clients professionnels peuvent perdre plus que leur capital investi. Les CFD sont des instruments complexes et présentent un risque élevé de perte rapide en capital en raison de l’effet de levier. 73% des comptes d’investisseurs particuliers perdent de l’argent lorsqu’ils investissent sur les CFD avec IG. Vous devez vous assurer que vous comprenez le fonctionnement des CFD et que vous pouvez vous permettre de prendre le risque élevé de perdre votre argent. Les options et les turbos sont des instruments financiers complexes présentant un risque de perte en capital. Les pertes peuvent être extrêmement rapides. Les clients professionnels peuvent perdre plus que leur capital investi.

Qu’est-ce qu’une Monnaie Digitale de Banque Centrale (CBDC ou MNBC) et comment fonctionne-t-elle ?

Les monnaies digitales de banque centrale (en anglais CBDC), actuellement testées par plusieurs banques centrales auront des répercussions sur le financement de l’économie. Qu’est-ce qu’une MDBC et quels sont ses objectifs ?

Qu’est-ce qu’une CBDC ou MNBC ?

Une monnaie numérique de banque centrale (MNBC) ou Central bank digital currency (CBDC), également appelée monnaie fiduciaire numérique ou monnaie de base numérique, est une nouvelle forme de monnaie fiduciaire digitale développée, émise, gérée et contrôlée par les banques centrales d'un pays ou d'une zone monétaire.

Comme les monnaies fiduciaires, les monnaies numériques des banques centrales seront utilisées pour effectuer rapidement des transactions sécurisées.

Une étude de la Banque des règlements internationaux (BRI) menée en 2021 démontre que 86 % des banques centrales dans le monde étudient activement le potentiel des MNBC, 60 % sont déjà passées au stade de l’expérimentation et 14 % ont déployé des projets pilotes. Le cabinet d’audit Pwc révèle en outre que depuis 2014, plus de 60 banques centrales ont exploré les différentes formes de monnaies digitales de banques centrales.

Quelles sont les caractéristiques des monnaies numériques des banques centrales (MNBC)?

Les monnaies numériques des banques centrales présentent toutes les caractéristiques des monnaies fiduciaires à l’exception de l’aspect matériel. Elles sont considérées comme une représentation digitale de la monnaie physique émise par une banque centrale.

C’est pour stopper la montée en puissance des cryptomonnaies (libra, bitcoin, ethereum, etc.) développées par des entreprises privées et certains géants des réseaux sociaux comme les GAFAM en Occident ou les BATX en Chine que certains gouvernements ont demandé à leurs banques centrales de réfléchir sur comment développer une monnaie numérique publique utilisable par tous.

Apparues en 2009 avec le célèbre « Bitcoin », les cryptomonnaies, qui reposent sur une technologie dite de la blockchain, sont des devises numériques entièrement virtuelles utilisées pour des transactions sur le net.

Ces devises, qui sont conservées dans des portefeuilles numériques, ne sont émises par aucune banque centrale d’un État souverain. Elles constituent une réelle menace pour la souveraineté et la stabilité financière des pays parce que leur masse monétaire est régulée par un mécanisme informatique détenu par des entreprises privées.

En savoir plus sur le trading sur Ethereum avec IG

D’après une étude publiée par l’université de Cambridge, le pourcentage des utilisateurs des crypto-monnaies a connu une augmentation de 189 % au premier trimestre 2020, par rapport à la même période en 2019. Le monde compterait près de 191 millions de comptes actifs sur les différentes plateformes de crypto-monnaies à l’exception des détenteurs de portefeuilles numériques ou physiques privés.

Quels sont les objectifs des MNBC?

La MNBC, qui sera entièrement sous le contrôle des banques centrales, ne vise pas à remplacer la monnaie fiduciaire mais à répondre aux enjeux de souveraineté et de stabilité financière soulevés par les crypto-monnaies.

Au-delà des fonctions traditionnelles reconnues à une monnaie (un moyen de paiement, une réserve de valeur et une unité de compte), les monnaies digitales des banques centrales visent aussi :

  • La réduction des coûts d'intermédiation et le renforcement de la sécurité des échanges

  • Le remplacement des espèces en développant une société sans cash

  • à lutter contre le blanchiment d'argent et la corruption

  • à conserver la souveraineté des nations face aux crypto-monnaies privées (libra, bitcoin, ethereum, etc.).

En savoir plus sur le trading sur Cryptomonnaies avec IG

Comment fonctionnent les MNBC?

Il existe deux types de MNBC: la MNBC de gros et la MNBC de détail.

La MNBC de gros ou interbancaire

La MNBC de gros ou interbancaire est uniquement réservée aux transactions financières entre les banques. Elle vise à réduire le coût lié au délai ainsi que les différents intervenants (back-offices, chambres de compensation, dépositaires centraux et banques centrales) lors de certaines transactions bancaires.

Les échanges, qui sont réalisés sur un registre numérique distribué et accessible à toutes les institutions financières, permettraient ainsi aux banques de réduire certaines charges opérationnelles liées au système financier et améliorer la rentabilité des banques.

La MNBC de détail

La MNBC de détail est une monnaie digitale destinée au grand public (particuliers, entreprises et intermédiaires financiers), accessible à travers des portefeuilles électroniques rattachés à des comptes bancaires qui sont directement tenus par une banque centrale ou commerciale. La monnaie digitale de banque centrale « de détail » serait vue comme un instrument d’inclusion bancaire et de pilotage de la politique monétaire.

Quelle est l’évolution des MNBC dans le monde ?

Il existe plusieurs pays à travers le monde qui travaillent pour développer leurs propres monnaies digitales des banques centrales.

C’est depuis 2020 que six grandes banques centrales (la Banque du Japon, la Banque centrale européenne, la Banque nationale suisse, la Banque d'Angleterre, la Banque des règlements internationaux et la Réserve fédérale américaine) ont créé un groupe de travail conjoint sur les monnaies virtuelles.

Découvrez comment trader avec IG lors des réunions de la BCE et du FOMC

Une MNBC en Chine

La Chine travaille sur une MNBC dénommée le Digital currency/electronic payment (DCEP ) avec l’appui de quatre banques (ICBC, Bank of China, Agriculture Bank of China et China Construction Bank) depuis 2014.

La MNBC chinoise viserait entre autres à contrôler les transactions réalisées sur le territoire chinois, à offrir un moyen de paiement sécurisé, à diminuer l’influence de certains géants du paiement comme Alibaba (avec Alipay) et Tencent (avec WeChatPay), et surtout à devenir une alternative de paiement au dollar américain au niveau mondial.

Les recherches se sont intensifiées en 2020, avec des expérimentations dans plusieurs villes du pays comme dans 10 000 boutiques de la ville de Suzhou où les clients ont pu payer pour leurs courses en utilisant le yuan numérique ou « e-yuan ». Certaines entreprises chinoises comme l’e-commerçant JD.com, ou encore le géant du VTC Didi Chuxing ont également réalisé des tests. La Chine organise aussi des loteries avec des prix en yuan numérique et paie même une partie du salaire de ses fonctionnaires avec cette monnaie virtuelle.

Les premiers distributeurs automatiques de yuan numérique ont été installés en janvier 2021. L’annonce par la Banque centrale chinoise (PBOC) que les banques commerciales chinoises étaient déjà prêtes à distribuer cette monnaie virtuelle laisserait entendre que ce n’est donc pas elle qui s’en chargera.

La Chine prévoit un test à plus grande échelle de « l'e-yuan » pendant les jeux olympiques d'hiver de Pékin prévus en 2022.

Une MNBC en Europe

En octobre 2020, la Banque centrale européenne (BCE) a mis en place un groupe de travail de l’eurosystème composé d’experts de la BCE et des 19 banques centrales nationales de la zone euro pour étudier l’opportunité de la création d’une monnaie virtuelle européenne ou « Euro numérique ». La mission de cette équipe était notamment de consulter les citoyens, les universitaires, les financiers ainsi que certaines autorités publiques pour évaluer les risques de cette initiative et apporter des réponses à plusieurs considérations juridiques sur l’émission d’un euro numérique.

Les conclusions des travaux de ce groupe, qui seront publiées mi-2021, détermineront de la nécessité de créer une monnaie digitale européenne d'ici 2026 selon la présidente de la BCE, Christine Lagarde.

La Suède, qui est aussi très avancée dans la création de sa MNBC à travers un projet pilote lancé depuis février 2020 par la Riksbank (la Banque centrale suédoise), annonce que le pays pourra disposer de sa propre monnaie digitale d'ici 2026.

La Lituanie a été le premier pays européen à lancer sa MNBC permettant des transactions sur la blockchain privée de la Banque de Lituanie et sur la blockchain publique NEM. L’Ukraine a fait le choix du blockchain Stellar pour la version numérique de sa hryvnia.

Une MNBC bientôt présente en France ?

C’est début décembre 2019 que la Banque de France annonçait son intention de créer une MDBC française pour rendre le système financier français plus efficace et fluidifier les transactions. Un appel à candidatures lancé en mars 2020 avait permis de retenir huit consortiums (Accenture, Euroclear, HSBC, Iznes, LiquidShare, ProsperUS, Seba Bank et Société Générale Forge) pour étudier la fonctionnalité et les opportunités de la monnaie virtuelle dans les échanges interbancaires.

Le premier test réalisé par la Banque de France a été effectué par la Société Générale Forge sur une blockchain en mai 2020. Il visait l'utilisation d'une monnaie digitale de banque centrale pour le règlement de titres financiers numériques. Un autre test réalisé en décembre 2020 visait les paiements interbancaires avec « Iznes » en passant par une blockchain privée appelée « Setl ».

Les travaux réalisés par la France pourront éventuellement contribuer à l’expérimentation menée par l'eurosystème pour la mise en place de « l’e-euro ».

Quelles sont les opportunités et les limites des MNBC?

L’introduction d’une monnaie numérique de banque centrale aura des conséquences profondes sur le secteur financier et particulièrement sur le système bancaire mondial. Si les MNBC peuvent présenter des opportunités en termes d’amélioration de systèmes de paiement pour les entreprises, elles peuvent aussi faire peser certains risques en termes de rentabilité, de solvabilité et de liquidité sur les banques commerciales.

Quelles sont les opportunités des MNBC ?

Le lancement des MDBC permettra d’améliorer la rentabilité des banques et de rendre le système financier plus efficient et moins coûteux, notamment en réduisant les différentes charges opérationnelles rencontrées sur la chaîne des opérations interbancaires avec l’utilisation de la blockchain. Les MDBC permettront également de libéraliser l’accès à une monnaie numérique pour les populations des pays en développement via leurs téléphones mobiles.

Les monnaies numériques soutenues par les banques centrales offriront une volatilité atténuée et une plus grande sécurité aux investisseurs grâce à une surveillance accrue des gouvernements.

Enfin, les MNBC inspirées des crypto-monnaies sont considérées comme une alternative viable aux crypto-monnaies privées qui représentent un danger pour la souveraineté des nations.

Quelles sont les limites des MNBC ?

Le succès de la MNBC représentera un danger immédiat pour certains acteurs du secteur bancaire comme ceux évoluant dans l’épargne, dans les fonds de placement, dans les services de crédit ou dans le shadow banking.

Dans l’hypothèse d’une large adoption des MNBC par le grand public, les banques commerciales devront faire face à la concurrence des banques centrales. En effet, les banques centrales pourraient capter les dépôts des épargnants au détriment des banques commerciales qui perdraient une partie de leurs commissions ainsi que leur rôle d’intermédiation, parce que la monnaie virtuelle serait considérée par beaucoup comme un actif sans risque garanti par la banque centrale.

Les banques privées jugées moins solides et fiables connaîtront alors une perte de confiance du public. Elles devront alors faire face à des dépôts bancaires plus volatils ou encore à des retraits de dépôts massifs avec des conséquences néfastes sur leur rentabilité, leur solvabilité et leur liquidité.

Enfin, les banques commerciales risqueraient de perdre des informations importantes sur les clients, si ces derniers recouraient aux portefeuilles électroniques pour leurs transactions. Cela aura des conséquences sur la gestion du risque de crédits, sur la pertinence des décisions d’octroi de crédit et sur la politique monétaire.

Conclusion et résumé de l’article

Les monnaies numériques des banques centrales, qui seront bientôt lancées par les différentes banques centrales à travers le monde, auront des conséquences sur le système financier et les institutions bancaires en particulier. Les MNBC seront aussi une bonne alternative aux crypto-monnaies privées et permettront aux gouvernements de retrouver une forme de souveraineté sur les transactions réalisées avec ces devises numériques.

Dans le cas où cette monnaie rencontrerait un grand succès auprès du public, il y a risque que cela affecte la rentabilité, la solvabilité et la liquidité des banques commerciales qui devront recourir à une augmentation de la rémunération des dépôts et trouver davantage de financement sur le marché monétaire.

Les particuliers et les entreprises évoluant dans le secteur financier doivent se préparer à l'introduction incontournable des MNBC en opérant des transformations profondes de leur modèle économique et en accélérant le processus de digitalisation des moyens de paiements afin d’intégrer les MNBC.

Date de publication : 2021-09-16T09:01:29+0100

Ces informations ont été préparées par IG Europe GmbH et IG Markets Limited. En plus de la déclaration ci-dessous, le contenu de cette page ne contient pas d’enregistrement de nos cours, ni d’offre ou de sollicitation d’une transaction sur un instrument financier. IG décline toute responsabilité quant à l’utilisation qui pourrait être faite de ces commentaires et aux conséquences qui pourraient en découler. Aucune déclaration ou garantie n’est donnée quant à l’exactitude ou à l’exhaustivité de ces informations. Par conséquent, toute personne qui agit en son nom le fait entièrement à ses propres risques. Toutes les recherches citées ne tiennent pas compte des objectifs spécifiques d’un investissement, de la situation financière ou des besoins propres à chaque investisseur susceptible de les recevoir. Ces informations n’ont pas été préparées conformément aux exigences légales visant à promouvoir l’indépendance de la recherche en investissement et, en tant que tel, sont considérées comme une communication marketing. Bien que nous ne soyons pas spécifiquement contraints de traiter en amont de nos recommandations, nous ne cherchons pas à en tirer profit avant qu’elles ne soient fournies à nos clients. Voir la déclaration relative aux recherches non indépendantes et le résumé trimestriel.

Pour aller plus loin

Informez-vous sur les frais et commissions liés au trading avec notre tarification transparente.

Découvrez pourquoi tant d'investisseurs nous accordent leur confiance, et ce qui fait de nous les leaders du courtage en ligne sur CFD.

Consultez notre calendrier économique pour suivre les événements économiques majeurs.