Les IPO à venir en 2019

Après une année 2018 mitigée pour les nouvelles entreprises cotées en bourse, nous faisons le point sur les candidats aux IPO de 2019 et soulignons les plus grandes actions pouvant devenir publiques.

Bank of England Source : Bloomberg

Qu’est-ce qu’une IPO ?

IPO est l’abréviation d’Initial Public Offering, ou introduction en bourse en français. Elle correspond à l’entrée en bourse des actions d’une société, permettant à celles-ci d’être vendues au grand public. Cette démarche permet aux investisseurs privés d’acquérir des parts de la société et leur donne le droit de voter pour les décisions futures. Bien que la plupart des sociétés souhaitent amener d’importants actionnaires institutionnels pour former la base de ses actionnaires, les sociétés publiques ont plutôt tendance à posséder des milliers d’actionnaires différents, qu'ils soient petits ou grands.

L’objectif principal d’une IPO est d’effectuer une levée de capital pour permettre à l’entreprise de se développer. Les sociétés qui deviennent publiques s’attendent généralement à une croissance importante dans les années qui suivent et ont besoin de capital pour mettre en œuvre leur stratégie. Une fois l’IPO effectuée, la société publique devient plus transparente car elle devient sujette aux règles et réglementations de la bourse sur laquelle elle est cotée. Les sociétés ont l’obligation de divulguer leurs états financiers vérifiés et de tenir le marché informé de leur évolution. Les IPO permettent également aux actionnaires privés de sortir de tout ou partie de leur investissement en vendant des actions au public.

À quoi ressemblaient les IPO en 2018 ?

L’année 2018 fut une année d'incertitude grandissante pour les sociétés à travers le monde. La guerre commerciale entre les États-Unis et la Chine annonçait une tension des échanges, alors même que l’Europe et le Royaume-Uni étaient plongés dans l’inconnu en raison du Brexit.

Dans ce contexte, moins d’IPO ont été entreprises, mais leur taille était plus importante. Le nombre total d’IPO au cours de l’année dernière a baissé de 21% pour atteindre 1359. En revanche, leur montant global a augmenté de 6% pour atteindre un peu plus de 204,8 milliards de dollars.1

Palmarès des destinations des IPO en 2018

Lieu de l'IPO Nombre d'IPO Variation annuelle Bénéfices (en milliards de dollars) Variation annuelle
US 205 14% 52.8 57%
EMEIA 432 -16% 47.7 -26%
Hong Kong 197 24% 35.4 120%
Europe continentale 179 -9% 30.2 -5%
Japon 97 2% 26.4 333%
Chine 105 -76% 21.2 -38%
Royaume-Uni et Irlande 52 -33% 8.6 -42%
ASEAN 115 -7% 7.1 -34%
Océanie 85 -11% 5 129%
Canada 38 31% 1.3 -55%

Certaines sociétés qui devaient depuis longtemps entreprendre une IPO sont finalement entrées sur le marché. Parmi elles, l’entreprise de service de partage de fichiers Dropbox Inc, l’entreprise de signature électronique DocuSign Inc et le site de vente de billets en ligne Eventbrite Inc. Le fabricant de haut-parleurs Sonos et l’entreprise de technologie financière Ayden sont d’autres grandes entreprises à être devenues publiques aux États-Unis en 2018. Entre-temps, Londres a accueilli le constructeur automobile de luxe Aston Martin Lagonda Global Holdings PLC ainsi que la plateforme de prêts « peer-to-peer » Funding Circle Holdings Limited.

Les meilleures IPO à venir en 2019

Plusieurs tendances sont à surveiller autour des IPO qui seront dévoilées au cours de l’année 2019. Le nombre d’IPO entreprises dans le monde devrait continuer à diminuer, tout en conservant des montants en hausse. Le nombre de sociétés « licornes » (entreprises listées dont la capitalisation boursière atteint au moins 1 milliard de dollars) devrait augmenter, avec en tête les trois plus gros candidats potentiels pour une IPO : Uber, Lyft et Palantir.

Cela provient en partie de la faculté des start-ups, en particulier dans le secteur technologique, à rester privées plus longtemps grâce aux flux financiers privés disponibles. Cela signifie que ces sociétés peuvent éviter les contrôles liés aux fonds provenant des marchés publics, leur permettant ainsi de disposer d’un capital plus important lorsqu’elles se décident à passer le cap. Ceci, ajouté à un contexte politique et économique difficile, a mené à un grand nombre d’annulation ou de report d’IPO en 2018, et cette tendance pourrait se poursuivre en 2019.

Les actions technologiques continueront cependant à dominer les IPO. Au niveau mondial, près de 254 actions technologiques sont entrées sur le marché en 2018, bien plus que tout autre secteur, et ce, malgré la liquidation qui a touché cette industrie au cours du deuxième semestre 2018. Les autres secteurs notables attirant de nouvelles entrées en bourse étaient le secteur industriel (205), la santé (193), les matériaux (150) et les biens de consommation (137).

De plus, la légalisation de la marijuana au Canada et dans plus d’états américains devrait ouvrir la voie à une série de nouvelles actions de marijuana devenant publiques en 2019. Les acquisitions et les investissements effectués par des compagnies de tabac ont déjà démontré un appétit considérable pour ce secteur.

Liste des meilleures IPO à venir aux États-Unis

Les États-Unis sont restés la destination la plus populaire pour les IPO, et les nouvelles entrées en bourse ont représenté le montant le plus important. Le NASDAQ a connu le plus d’entrées en bourse alors que le NYSE a enregistré la levée de capitaux la plus importante. Au cumul, près de 160 sociétés ont levé plus de 43 milliards de dollars, soit une augmentation de 31% et de 57% respectivement par rapport à l’année précédente.

Plus de 40 sociétés étrangères ont entrepris une IPO aux États-Unis en 2018. 23 d’entre elles provenaient de Chine, dont Pinduoduo et le fabricant de voitures électriques NIO, et ce, malgré la guerre commerciale actuelle entre les États-Unis et la Chine provoquant un déluge de droits de douane imposés mutuellement sur les biens provenant de l’autre pays.

Malgré cela, la plupart des IPO attendues en 2019 devraient avoir lieu aux États-Unis, où plusieurs sociétés pourraient obtenir une capitalisation pouvant battre le record actuel détenu par la société chinoise Alibaba Group, qui a réussi une IPO de 25 milliards de dollars en 2014 (suivi des vente par les assureurs compris).

IPO d’Uber (120 milliards de dollars)

Uber aurait entrepris une IPO de manière confidentielle peu après que son rival Lyft a annoncé son intention d’être coté. La société de transport (avec une branche de livraison de nourriture Uber Eats) a essayé de redorer son image avant d’entreprendre l’une des IPO les plus importantes de tous les temps en se vantant de vouloir atteindre une capitalisation bien au-delà des 76 milliards de dollars.

Uber a été frappée par de nombreuses affaires juridiques remettant en cause son modèle commercial, plus particulièrement à Londres où la société est parvenue à obtenir de la part des régulateurs une licence probatoire de 15 mois en juin, ces mêmes régulateurs qui souhaitaient interdire la société, estimant que celle-ci n’était pas « honorable ». C’est bien moins que la licence de 18 mois obtenue précédemment, et que la licence de cinq ans que la société avait sollicité.

D’autres cas, résolus ou non, concernant de nombreux domaines, allant des pirates informatiques volant les données des clients au harcèlement de ses employés, restent un obstacle pour l’IPO d’Uber. La fusion possible avec Deliveroo, un autre candidat à une IPO en 2019, annulée depuis, a également créé des tergiversations.

Si Uber mène à bien son IPO, celle-ci devrait probablement avoir lieu au second semestre 2019. La société devra convaincre le marché qu’elle a fait amende honorable et qu’elle peut obtenir le soutien des régulateurs pour assurer la durabilité de ses prévisions.

L’IPO de Palantir (36 à 41 milliards de dollars)

La société d’exploitation de données co-fondée par Peter Thiel (l’un des cerveaux à l'origine du géant du traitement de paiements PayPal) serait en train de préparer une IPO pour le deuxième semestre de 2019, bien que certains pensent qu’elle pourrait être repoussée à 2020 dans l’espoir de faire partie des meilleures valorisations. Sa dernière valorisation a été estimée à environ 20 milliards de dollars après un appel de fonds en 2015.

Palantir s’est bâti une réputation de société très secrète mais est connue pour être l’un des acteurs majeurs du Big Data. Le journal anglais Guardian titrait en 2017 que Palantir « exerce autant de pouvoir sur le monde que Google », alors qu’un article de Bloomberg nous mettait en garde sur le fait que « Palantir sait tout sur vous ».

La société pourrait donc avoir des difficultés à faire face aux contrôles liés au fait de devenir publique et à la transparence exigée par les marchés, notamment en raison des inquiétudes exacerbées sur la façon dont les données sont utilisées. La société créée il y a 14 ans devrait cependant faire des bénéfices cette année, un exploit pour de nombreuses IPO technologiques essayant de convaincre grâce à leur croissance.

IPO d’Airbnb (31 milliards de dollars)

Le directeur général et co-fondateur d’Airbnb, Brian Chesky, a fait part de son intention de rendre la société publique en 2019, bien que certains rapports suggèrent que l’entreprise pourraient éviter l’entrée en bourse traditionnelle et entreprendre une cotation directe, à l'instar du site de streaming musical Spotify. Le départ du directeur financier Laurence Tosi début 2018 aurait été provoqué par son désaccord sur la décision de Brian Chesky de repousser l’IPO au-délà de 2018.

La société, une plateforme de location en ligne de logements à court-terme, a levé 4,4 milliards de dollars en tant qu’entreprise privée. Airbnb devrait être en passe d’atteindre des recettes annuelles de 4 milliards de dollars en 2018 et de devenir rentable sur son bénéfice avant intérêts, impôts, dépréciation et amortissement (EBITDA).

Brian Chesky avait fait part de son ambition de faire d’Airbnb une communité internationale de voyages basée sur les expériences et le contenu. Les comparaisons d’hôtels ont commencé, mais Airbnb possède un modèle commercial et une stratégie très différents, et devra s’assurer que ce message soit entendu

IPO de Lyft (15 milliards de dollars)

Lyft a annoncé publiquement son intention d’entreprendre une IPO au cours du premier semestre 2019, prenant de court son grand rival Uber. La deuxième plus grande société de services de transport sur demande devrait avoir bénéficié des scandales et de l’atteinte à la réputation d’Uber, mais les deux entreprises devraient tout de même perdre des sommes conséquentes. Les recettes de Lyft pour le troisième trimestre auraient atteint 563 millions de dollars contre 300 millions de dollars l’année précédente mais les pertes sont passées de 195 millions à 254 millions de dollars.

En gagnant la course à l’IPO, une valorisation plus modeste et une réputation moins ternie pourrait donner à la société Lyft un avantage sur son plus grand concurrent.

IPO de Pinterest (13 à 15 milliards de dollars)

Pinterest est une application de réseau social basée sur la découverte et l’utilisation du contenu des utilisateurs pour susciter de nouvelles idées et, avant tout, des achats. Les rapports évoquent des recettes atteignant 1 milliard de dollars cette année, ce qui suscite des interrogations quant à sa valorisation élevée. Cependant, ces recettes devraient avoir doublé depuis 2017, et cette valeur proviendrait des idées de la société sur les recherches sur mobile. Suite à la plus récente ronde de financement mi-2017, la valeur de la société était estimée à 12,3 milliards de dollars.

Le modèle d'investissement pourrait diviser les investisseurs. En effet, Pinterest serait susceptible de devenir un concurrent pour la publicité en ligne dont le duopole Facebook et Google aurait besoin, mais nombre de personnes ne croient pas en ses chances de succès face à une telle concurrence. Cependant, sa base d’utilisateur plus âgée (la majorité seraient des mères de famille) pourrait lui permettre d’en faire un argument de vente clé.

IPO de Rackspace (10 milliards de dollars)

Rackspace est une société américaine de cloud computing gérée pouvant être connue des investisseurs. La compagnie a entrepris une IPO en 2008 et est devenue un acteur majeur dans une industrie en pleine croissance mais a fini par succomber à la domination grandissante des services web et de Microsoft Azure. Ceci a incité Rackspace à fournir des services gérés à ces plateformes plutôt que sa propre plateforme.

Ses actions ont décliné progressivement et ont permis au fonds de capital-investissement Apollo Global Management d’acheter la société pour 4,3 milliards de dollars en 2016. Rackspace était rentable et toujours en pleine expansion avant sa privatisation mais n’a pas réussi à suivre le rythme imposé par les résultats excellents de la concurrence. Les rapports faisant état d’une amélioration de ses performances au cours de ces deux dernières années et le succès grandissant du cloud-computing pourraient lui permettre de revenir sur le marché avec une valorisation plus élevée.

IPO de Slack (7,1 milliards de dollars)

Slack affiche de grandes ambitions pour remplacer un jour les e-mails grâce à son application de communication collaborative. La plateforme, comptant plus de huit millions d’utilisateurs actifs quotidiennement, comprend des conversations de groupe ainsi que des services tels que le stockage en ligne et d’autres outils de collaboration. Bien que la plupart de ses membres utilisent le service gratuitement, elle compte plus de trois millions d’utilisateurs payants, y compris de grandes sociétés telles que Samsung, IBM, eBay, et Oracle

Ses recettes devraient doubler chaque année, et la société a annoncé en août 2017 des revenus récurrents annuels de 200 millions de dollars. Cela signifie que Slack s’ajoute aux sociétés cherchant à augmenter leur valorisation en tirant parti de la croissance observée, de clients réputés et de grands bailleurs de fonds tels que Softbank’s Vision Fund, Accel Partners et Andreessen Horowitz. Cependant, il semble également que la société souhaite effectuer une cotation directe (voir Airbnb ci-dessus).

IPO de Robinhood (5,6 milliards de dollars)

Robinhood n’a pas caché son intention d’entreprendre une IPO. La société était à l'origine une application de trading sur actions et s’est ensuite élargie pour proposer d’autres services, dont les crypto-monnaies s’avérant particulièrement populaires. Au lieu de facturer ses cinq millions d'utilisateurs pour investir, la société se rémunère en facturant des intérêts sur les fonds conservés sur leurs comptes, au travers d'un service d’abonnement premium et en proposant de la liquidité sur les bourses pour tenter d’augmenter la fluidité des marchés.

L’IPO sera faite à long terme et fera partie d’un plan plus vaste pour devenir une « société de services financiers complets au cours des deux prochaines années ». Dans un contexte de scepticisme important concernant l’investissement sur les crypto-monnaies, obtenir le soutien des régulateurs financiers pourrait être pour la société le plus grand obstacle pour pouvoir devenir publique.

L’IPO de Levi Strauss (5 milliards de dollars)

Levi Strauss (Levi’s) pourrait être l’une des premières sociétés à devenir publique en 2019, et le fabricant de jeans de renommée mondiale aurait pour objectif de lever entre 600 et 800 millions de dollars. La société était cotée pendant 13 ans avant de devenir privée pour 1,7 milliard de dollars en 1984 après une période de déclin.

Levi’s a considérablement amélioré ses performances et souhaite capitaliser. En octobre, la société a déclaré une croissance à deux chiffres pour son quatrième trimestre consécutif et sa dette a été réduite de moitié au cours des deux à trois dernières années.

La vente au détail, en particulier dans la mode, est l’une des industries les plus difficiles actuellement, en raison du déclin des boutiques physiques face à la concurrence de la vente en ligne, qui à son tour a commencé à montrer des signes de saturation. Levi’s possède 2 900 magasins mais vend principalement par l'intermédiaire de 50 000 partenaires à travers le monde et seulement 10 % de son commerce se ferait en ligne.

IPO de Peloton Interactive (4,2 milliards d’euros)

Peloton Interactive a levé 550 millions de dollars en août pour obtenir la valorisation actuelle et a annoncé qu'il s’agissait de sa dernière ronde de financement avant d’entreprendre une IPO. Les équipements sportifs connectés de l’entreprise visent à révolutionner l’entraînement à domicile, et ses vélos de remise en forme pouvant diffuser des cours en direct et d’autres contenus aux utilisateurs en sont le fer de lance. Cela signifie que l’entreprise se rémunère en vendant des produits et des abonnements à des contenus, tels que des cours de spinning virtuels.

Une IPO sera utilisée comme un tremplin pour se développer dans de nouveaux pays et pour lancer de nouveaux produits, avec en tête un tapis de course numérique. Peloton a déclaré être déjà rentable avec des recettes annuelles atteignant 700 millions de dollars environ mais a fait savoir que ses plans de croissance lui feront subir des pertes à l’avenir.

IPO de Cloudflare (3,5 milliards de dollars)

Les rapports indiquent que Cloudflare pourrait devenir publique au cours du premier semestre de cette année. La société propose un logiciel en ligne permettant aux contenus de se charger plus rapidement et déclare que l’utilisateur moyen d'Internet interagit avec ce service jusqu’à 500 fois en une journée. Elle fournit également d’autres services tels que la sécurité informatique.

Ses services sont utilisés sur plus de dix millions de sites Internet et la société possède actuellement des clients de renom tels que Cisco et des investisseurs réputés comme Alphabet, Microsoft, Baidu et Qualcomm.

Liste des meilleures IPO à venir au Royaume-Uni

Le volume et la valeur des IPO sur l’AIM de Londres et la Bourse de Londres se sont effondrés en 2018. La capitale a vu 51 entrées en bourse lever 8,5 milliards de dollars soit une baisse de 35 % et 48 % respectivement.

L’incertitude liée au Brexit et les peurs concernant un accès plus restreint aux marchés européens a sans aucun doute ébranlé la confiance et incité les sociétés à repousser ou annuler leur introduction en bourse, ou à choisir une autre destination pour des perspectives plus stables. Le fait que la Bourse allemande ait dépassé le Royaume-Uni en termes de capitaux levés au travers des IPO en 2018 prouve que l’activité au Royaume-Uni a ralenti tout en s’accélérant en Allemagne.

IPO d’O2 (10 milliards de livres)

O2 est l’un des plus grands opérateurs de téléphonie mobile au Royaume-Uni et fait partie du groupe espagnol Telefonica. Une IPO est en préparation depuis des années et devait être entreprise peu après les enchères pour les fréquences 5G tenues en 2018, mais la société a annoncé en octobre dernier que son entrée en bourse serait retardée pour être effectuée dans de meilleures conditions. Les faibles performances de certaines entrées en bourse majeures cumulées aux incertitudes du Brexit rendent l’IPO d’O2 plus qu’incertaine. Elle serait en revanche la plus importante si O2 décidait de passer à l’acte.

La société devrait lever des sommes considérables quelle que soit la bourse choisie, en partie pour réduire une dette d'une valeur de 35 milliards de livres et pour financer le projet coûteux du passage à la 5G. L’échéance de cette IPO en devient encore plus importante.

IPO de Dangote Cement (9 à 10 milliards de livres)

Dangote Cement est une société nigériane appartenant à l’homme le plus riche d’Afrique, Alike Dangote. En 2018, il a déclaré vouloir vendre une participation du segment ciment au travers d’une IPO à Londres fin 2019. Cette échéance permet aux élections présidentielles nigérianes de se produire début 2019. La capitalisation boursière est basée sur 15 % de ses actions déjà listées sur la Bourse nigériane.

L’entreprise s’est développée et est devenue le plus grand fabricant de ciment du pays. Cependant, elle souhaite désormais privilégier une expansion par le biais d’acquisitions plutôt que par des investissements internes sur lesquelles elle s’est largement basée jusqu’à présent. Il semblerait que Dangote Cement souhaite étendre ses activités à de nouveaux territoires dans des zones telles que les Amériques.

IPO de Deliveroo (4 milliards de livres)

La start-up de livraison de plats cuisinés avait suggéré d’entreprendre une IPO puis s’est ensuite rétractée. Son PDG a en effet déclaré en mai dernier que l’entrée en bourse était exclue, mais nombreux sont ceux l’ayant considérée comme une option possible après l’échec des négociations de courte durée concernant une fusion avec Uber.

La dernière ronde de financement de Deliveroo valorisait la société à 2 milliards de dollars, mais après la révélation de ce chiffre durant les pourparlers sur la fusion, la capitalisation exigée serait de deux fois ce montant. Il semble que la société souhaite lever un capital-risque à hauteur de 4 milliards de dollars, ce qui suggère qu’une IPO ne serait pas au programme pour l’instant. Deliveroo surveillera certainement l’évolution post-IPO de concurrents tels qu’Uber.

IPO de McClaren Group (plus de 2,5 milliards de livres)

McClaren Group, la société britannique de Formule 1 et constructrice de voitures sportives est une candidate potentielle pour une IPO depuis 2011 mais fait partie des entrées en bourse les moins probables de cette année. Mike Flewitt, le directeur de la division automobile, a déclaré mi-2018 qu’une flottation était exclue et l’entrée en bourse d’Aston Martin n’a probablement pas convaincu la société du contraire.

Le contexte actuel ne pourrait guère être pire pour les constructeurs automobiles : le Brexit menace les chaînes d’approvisionnement et les guerres commerciales augmentent le coût des affaires. Tout ceci au moment où l’appétit des investisseurs diminue.

IPO de Jaguar Landrover (plus de 2 milliards de livres)

Un autre géant de l’automobile pourrait également repousser l’échéance. Jaguar Landrover fait partie du groupe indien Tata Motors Ltd - ADR et des rumeurs ont longtemps circulé sur son intention d’envisager une IPO, mais l’optimisme a diminué depuis que son homologue Volvo, détenu par la société chinoise Geely, a annulé son projet d’entrée en bourse en 2018 alors que l’altercation entre les États-Unis et la Chine s’envenimait.

IPO de Vue Cinemas (1,6 milliards de livres)

Vue est la plus grande chaîne de cinémas au Royaume-Uni et opère également en Italie, en Pologne et en Allemagne. Elle faisait partie des favoris pour une entrée en bourse en 2018 mais on a appris que les actionnaires avait reporté leur projet après avoir découvert un moyen de tirer profit de leur investissement tout en maintenant la société privée.

Une IPO est toujours possible mais n’est plus considérée comme nécessaire. La société s’est développée dans le monde entier par le biais d’acquisitions sans avoir besoin des capitaux des marchés publics, mais ses investissements et sa croissance pourraient nécessiter davantage de fonds.

IPO de Finablr (plus d’1 milliard de livres)

Finablr est une société de paiements et de conversion de devises provenant des Émirats Arabes Unis qui comprend des branches telles que Travelex Holdings et Xpress Money. La société devrait flotter 30 % du chiffre d’affaires afin de lever des capitaux pour financer des acquisitions et pour une expansion future.

La société n’a pas confirmé son intention d’entreprendre une IPO mais a des ambitions qui pourraient nécessiter des fonds. Elle gère presque 100 milliards de dollars en volume pour ses clients dans plus de 160 pays et a déclaré en 2017 vouloir détenir 10 % du marché mondial des transferts de fonds d’ici à 2020, contre 6,75 % seulement actuellement.

IPO de Eaton Towers (plus d’1,5 milliard de livres)

Easton Towers semblait vouloir entreprendre une IPO début 2018 à une capitalisation d’environ 1,5 milliard de livres avant de la repousser jusqu’à 2019, dans l’espoir de pouvoir obtenir une meilleure capitalisation dans des conditions de marché plus favorables.

La société possède plus de 5 000 tours télécom sur cinq marchés africains (Kenya, Uganda, Ghana, Niger et Burkina Faso) et devrait chercher à obtenir une entrée en bourse principale à Londres, complétée par une flottation à Johannesbourg. Les besoins accrus en infrastructure pour la technologie 5G, la popularité des communications mobiles en Afrique par rapport aux lignes fixes et les performances des autres sociétés de tours télécoms cotées en bourse comme American Tower et China Tower ont alimenté les discussions sur une possible entrée en bourse d’Eaton Towers.

IPO d’Aurum Holdings (600 millions de livres)

Aurum Holdings est propriétaire du détaillant en joaillerie Goldsmiths et d’autres marques dont Watches of Switzerland et Watchshop, la boutique en ligne de montres à prix réduits. La société aurait programmé une IPO pour 2019 depuis mi-2018. Cependant, il n’est pas certain que Londres soit la destination de choix, Zurich pouvant prétendre à ce poste. La société est actuellement détenue par Apollog Global Management (voir Rackspace).

La société a été applaudie pour son installation réussie aux États-Unis par le biais de l’acquisition de Mayors Jewelers pour un montant de 100 millions de dollars ainsi que pour son rôle dans l’industrie britannique de la montre. En effet, elle détiendrait plus d’un tiers du marché de la montre de luxe et représente presque la moitié des ventes de Rolex dans le pays.

La société a déclaré avoir bénéficié de la chute de la livre sterling depuis le Brexit, lui permettant ainsi d’attirer les acheteurs étrangers désireux d’acheter des montres de luxe à un prix moindre. Le déroulement des trois premiers mois de 2019 sera décisif. En effet, le Brexit pourrait accélérer ou mettre fin à son intention d’entreprendre une IPO.

Les autres IPO de 2019 à surveiller

D’autres IPO méritent d’être surveillées en 2019. Celles-ci incluent :

  • L’entreprise américaine Beyond Meat qui produit des substituts de viande à partir de plantes
  • La société chinoise de service de vélos partagés Mobike
  • La firme américaine de livraison de cannabis médical Eaze
  • La société logistique Postmates
  • La société américaine spécialisée dans les technologies de cybersécurité CrowdStrike

Sources :

1 EY Global Q3 IPO Market Report

Ces informations ont été préparées par IG Europe GmbH et IG Markets Limited. En plus de la déclaration ci-dessous, le contenu de cette page ne contient pas d’enregistrement de nos cours, ni d’offre ou de sollicitation d’une transaction sur un instrument financier. IG décline toute responsabilité quant à l’utilisation qui pourrait être faite de ces commentaires et aux conséquences qui pourraient en découler. Aucune déclaration ou garantie n’est donnée quant à l’exactitude ou à l’exhaustivité de ces informations. Par conséquent, toute personne qui agit en son nom le fait entièrement à ses propres risques. Toutes les recherches citées ne tiennent pas compte des objectifs spécifiques d’un investissement, de la situation financière ou des besoins propres à chaque investisseur susceptible de les recevoir. Ces informations n’ont pas été préparées conformément aux exigences légales visant à promouvoir l’indépendance de la recherche en investissement et, en tant que tel, sont considérées comme une communication marketing. Bien que nous ne soyons pas spécifiquement contraints de traiter en amont de nos recommandations, nous ne cherchons pas à en tirer profit avant qu’elles ne soient fournies à nos clients. Voir la déclaration relative aux recherches non indépendantes et le résumé trimestriel.

Investissez sur les actions dès aujourd'hui

Prenez position à l’achat ou à la vente sur des milliers d'actions internationales.

  • Augmentez votre exposition sur les marchés grâce à l'effet de levier
  • Bénéficiez de spreads à partir de 0,1% sur les principales actions mondiales
  • Négociez les CFD directement dans les carnets d'ordres grâce à l'accès direct aux prix du marché

Les cours en temps réel

  • Forex
  • Actions
  • Indices
Vente
Achat
Mise à jour
Variation
-
-
-
-
-
-
-
-
-
-
-
-
-
-
-
-
-
-
-
-


Voir plus de valeurs forex en temps réel

Vente
Achat
Mise à jour
Variation
-
-
-
-
-
-
-
-
-
-
-
-
Vente
Achat
Mise à jour
Variation
-
-
-
-
-
-
-
-
-
-
-
-
-
-
-
-
-
-
-
-

Les cours ci-dessus sont soumis aux mentions légales du site.
Les cours sont donnés à titre indicatif.

Abonnez-vous gratuitement à l'idée de trading du jour

Chaque jour, notre bureau d’analyse technique partenaire, Day By Day, vous suggère une idée de trading en analysant les figures graphiques d'une valeur (action, indice, paire de devises, matière première).


Mon consentement est donné librement et peut être retiré à tout moment. Tout retrait de mon consentement ne saurait affecter la légalité du traitement des données effectué antérieurement audit retrait. Pour plus d'informations sur la manière dont nous pouvons utiliser vos données personnelles, veuillez consulter notre Charte de confidentialité et Politique d'accès et nos Termes et conditions du site.

Ces sujets pourraient vous intéresser...

Informez-vous sur les frais et commissions liés au trading avec notre tarification transparente.

Découvrez pourquoi tant d'investisseurs nous accordent leur confiance, et ce qui fait de nous les leaders du courtage en ligne sur CFD.

Consultez notre calendrier économique pour suivre les événements économiques majeurs.

Les CFD sont des instruments complexes et présentent un risque élevé de perte rapide en capital en raison de l’effet de levier. 76% des comptes d’investisseurs particuliers perdent de l’argent lorsqu’ils investissent sur les CFD avec IG. Vous devez vous assurer que vous comprenez le fonctionnement des CFD et que vous pouvez vous permettre de prendre le risque élevé de perdre votre argent. Les options sont des instruments financiers complexes présentant un risque de perte en capital. Les pertes peuvent être extrêmement rapides. Le service d'exécution d'ordres au travers d’un compte risque limité présente un risque de perte du capital investi. Les CFD et les options sont des instruments complexes et présentent un risque élevé de perte rapide en capital en raison de l’effet de levier. Le service d'exécution d'ordres au travers d’un compte risque limité présente un risque de perte du capital investi.