Bilan du mois de septembre 2017

Bilan du mois de septembre 2017

Du côté des indices boursiers internationaux

Après une période estivale chaotique, cette rentrée s’annonce bien pour les grands indices boursiers internationaux. En effet, près de 90% d’entre eux finissent en territoire positif. En ce mois de septembre, c’est l’Europe qui détient les plus grosses performances. En effet, le DAX30 a gagné plus de 800 points (+6.4%) et le FTSE MIB plus de 1000 points (+4.7%). L’Euro Stoxx 50 (+5.1%) a également gagné du terrain et l’indice phare de la Bourse de Paris (+4.8%) s’est vivement retourné à la hausse au début du mois. C’est au Royaume-Uni que l’avant-dernière place revient, avec un FTSE 100 (-0.8%) passé en territoire négatif, mais qui semble cependant se reprendre depuis deux semaines.

En Asie, le Nikkei 225 (+3.6%) est passé en territoire positif. Par contre, le Shanghai Shenzhen (+0.4%) progresse lentement et le Hong Kong Hang Seng (-1.5%) obtient la dernière place après avoir cédé plus de 400 points. Ces indices ont été handicapés par la reprise du dollar.

Outre-Atlantique, malgré un léger ralentissement du Nasdaq Composite (+1% contre +1.3% le mois précédent), les indices se portent bien. Le S&P 500 (+1.9%) et le Dow Jones 30 (+2.1%) poursuivent lentement leur ascension.

Bilan du mois de septembre 2017

Du côté des indices sectoriels européens et des valeurs françaises

Près de 90% des indices sectoriels européens finissent en territoire positif en ce mois de septembre (contre 30% le mois précédent).

C’est le secteur automobile qui a connu la plus forte performance (+10.8%). Cette progression est majoritairement due à Peugeot (+13.6%), Renault (+11.8%) et à Valeo (+11.7%). Grâce à Arkema (+13.66%), le secteur de la chimie (+8.4%) s’est également fortement apprécié. Le secteur de l’énergie (+7.4%) s’est retourné à la hausse avec l’aide de compagnies telles que Total (+6%) ou encore BP (+7.2%) en Angleterre. Les secteurs des banques (+4.8%), des assurances (+3.1%), des médias (+4.3%) se sont clairement retournés à la hausse ce mois-ci : avec BNP Paribas (+6.79%), Société Générale (+5.33%), Crédit Agricole (+3.85%), Axa (+4.98%) et Vivendi (+11.13%).

Le secteur des ressources de bases (-1.6% contre +3.1% le mois précédent) s’est quant à lui effondré et finit ainsi en dernière position. Cette chute est en partie due à Fresnillo (-13%) et à la plus grande entreprise minière mondiale, l’anglaise BHP Billiton (-8.95%).

Bilan du mois de septembre 2017

Du côté des statistiques macroéconomiques

Aux Etats-Unis, l’indice PMI manufacturier a gagné quelques points (+2.5 points) s’établissant maintenant à 58.8 points contre 56.3 le mois précédent. Le secteur des services a également progressé mais moins que prévu (55.3 contre 56.9 prévus par les analystes). Sa prochaine publication sera diffusée le lundi 2 octobre à 15h45.

Bilan du mois de septembre 2017

Sur le marché de l’emploi, les analystes prévoient un taux de chômage inchangé à 4.4% pour le mois de septembre. Les chiffres officiels paraitront le vendredi 6 octobre à 14h30. Sur le marché du travail, l’évolution des emplois non agricoles (+156 000 en août) sera également publiée le vendredi 6 octobre à 14h30. Les analystes s’attendent à une nouvelle diminution des créations d’emploi de 25 000 emplois pour le quatrième mois consécutif

Bilan du mois de septembre 2017

En zone euro, la confiance des directeurs d’achats s’est dans l’ensemble reprise. Le PMI manufacturier est le plus soutenu, il s’est établi à 58.2 points, son niveau le plus haut de fin juin, et depuis plusieurs années. Le PMI des services et composite se sont légèrement repris également, mais sans rejoindre de nouveaux records. Les tendances restent favorables.

Bilan du mois de septembre 2017

Pour le mois de septembre, l’indice du sentiment économique a progressé pour s’établir à 113 points (contre 111.9 le mois précédent). L’indice de confiance du consommateur s’est amélioré avec -1.2 points contre -1.5 points au mois d’août. Il reste néanmoins en territoire négatif.

Bilan du mois de septembre 2017

Du côté des devises et des matières premières

Sur le marché des devises, la monnaie unique européenne a chuté face au dollar (-0.84% à 1,1810$), revenant ainsi aux niveaux du mois de juillet. La livre sterling s’est quant à elle fortement appréciée face au dollar (+3.63% à 1,3400$ et un plus haut à 1.366$). Le franc suisse (-1.25% à 1,03257$) et le yen (-1.98%) ont tous les deux chuté.

Du côté des matières premières énergétiques, les cours du pétrole West Texas Intermediate ont gagné +9.40% à 51.67$. Le Brent a également fortement progressé avec une variation de plus de +7% et s’inscrivant maintenant à 56.79$. Connus pour se suivre, l’écart entre les deux qualités de pétrole reste une fois de plus assez important en ce mois de septembre.

Concernant les matières premières agricoles, le maïs est en baisse pour le troisième mois consécutif (-0.70%). Le blé semble quant à lui se reprendre (+3.16%) après deux mois en chute libre. Pour les métaux, que ce soit l’or (-3.15%), l’argent (-5.26%) ou encore le cuivre (-4.63%), ils se retrouvent en territoire négatif.

Conclusion

Malgré les tensions avec la Corée du Nord et ainsi celles des opérateurs de marché, les indices américains finissent en hausse au mois de septembre. La géopolitique ne fait plus peur, les deux chefs d’Etat étant considérés comme « grande gueule » mais sans suivi. Ce sont donc les bonnes tenues des indicateurs européens qui ont permis cette reprise, ils ont confirmé les anticipations optimistes de début d’année. Le dollar devrait être l’enjeu du mois d’octobre. Il a commencé à se redresser en septembre, et si ce changement se confirme il constituera un challenge pour le continent américain. L’inflation subira une pression baissière de plus, les marges des entreprises seront sous pression. La vigilance sera donc recommandée pour octobre après la vague  d’optimisme de septembre

 

Avertissement : IG fournit exclusivement un service d’exécution d’ordres. Les informations ci-dessus sont issues d’un prestataire externe et ne sont fournies qu’à titre indicatif. Elles ne constituent pas un historique de nos cotations. IG se dégage de toute responsabilité concernant l’utilisation qui en est faite et des conséquences qui en résultent. IG ne peut garantir que l’information fournie ci-dessus soit complète ou exacte et se dégage donc de toute responsabilité quant aux risques encourus par toute personne agissant sur la seule base de ces informations. Veuillez noter que ces informations ne prennent nullement en compte la situation financière et les objectifs d’investissement spécifiques aux personnes qui les reçoivent. Enfin, ces informations n’ont pas été conçues pour répondre aux exigences légales en matière d’indépendance de la recherche sur l’investissement. Il est strictement interdit de reproduire ou de distribuer tout ou partie de ces informations à des fins commerciales ou privées.

En complément des mentions ci-dessous, veuillez noter que les informations présentes sur cette page ne constituent pas un historique de nos cotations ou une offre ou sollicitation à investir dans un quelconque instrument financier. IG se dégage de toute responsabilité concernant l’utilisation qui en est faite et des conséquences qui en résultent. Veuillez noter que ces informations ne prennent nullement en compte la situation financière et les objectifs d’investissement spécifiques aux personnes qui les reçoivent. Ces informations n’ont pas été conçues pour répondre aux exigences légales en matière d’indépendance de la recherche sur l’investissement. Elles doivent donc être considérées comme une communication à des fins marketing. Enfin, bien que notre politique de passage d’ordres ne soit pas restrictive, nous ne cherchons pas à profiter de ces recommandations avant d’en faire la communication auprès de nos clients.

Les CFD sont des instruments complexes et présentent un risque élevé de perte rapide en capital en raison de l’effet de levier.
79% des comptes d’investisseurs particuliers perdent de l’argent lorsqu’ils investissent sur les CFD avec IG.
Vous devez vous assurer que vous comprenez le fonctionnement des CFD et que vous pouvez vous permettre de prendre le risque élevé de perdre votre argent.
Les CFD sont des instruments complexes et présentent un risque élevé de perte rapide en capital en raison de l’effet de levier.