Bilan du mois de janvier 2016

cac 40 - IG

Du côté des indices boursiers internationaux

Ce début d'année 2016 a démarré sur une note clairement négative sur les marchés, la chute continue des cours du pétrole constituant un facteur inquiétant tout comme la dégradation de la conjoncture dans les pays émergents, notamment la Chine.

Des grands indices boursiers, c'est le FTSE MIB italien (-12,9%) qui a enregistré la plus forte baisse, son secteur bancaire suscitant la défiance de la communauté financière en raison de ses quelques 200 milliards de créances douteuses. Le DAX 30 allemand (-8,8%) était quant à lui pénalisé en raison de son exposition à la Chine, le secteur de l'automobile (-16,3%) ayant particulièrement souffert.

À la Bourse de Paris, le CAC 40 (-4,7%) limitait quant à lui les dégâts, corrigeant dans de moindres proportions, tout comme le FTSE 100 britannique (-2,6%) et l'AEX 25 néerlandais (-2,4%). À Wall Street, les valeurs technologiques ont subi les dégagements les plus marqués au sein de la cote, le Nasdaq Composite (-7,9%) ayant davantage chuté que le S&P 500 (-4,7%) et le Dow Jones (-5,5%).

Bilan du mois de janvier 2016

Du côté des indices sectoriels européens et des valeurs françaises

Au niveau européen, ce contexte a particulièrement pâti au secteur de l'automobile (-16,3%), à l'instar de Renault (-16,6%), Valeo (-15,6%) et Peugeot (-15%). La banque (-14,6%) était elle aussi lourdement sanctionnée du fait de la peur suscitée par la situation délicate des groupes italiens, avec Société Générale (-17,7%), BNP Paribas (-16,5%) et Crédit Agricole (-13,9%).
Les ressources de bases (-12%) restaient elles aussi sous pression, à l'image d'ArcelorMittal (-12,6%). Enfin, dans le secteur de la chimie (-9,6%), Solvay (-22,4%) a enregistré la plus forte baisse des composantes du CAC 40.

L'alimentation (-0,7%) profitait pour sa part de son profil défensif avec Pernod Ricard (+3,80%) et Danone (+1,9%). C'est toutefois Vinci (+6,8%) qui trônait en tête du palmarès, enregistrant à contre courant de la tendance générale un nouveau plus haut historique. 

0116_secteurs

Du côté des statistiques macroéconomiques

Aux États-Unis, les indicateurs d'activité continuent de se dégrader, notamment dans le secteur industriel. L'ISM manufacturier s'est ainsi établi à 48,2 points atteignant son plus bas depuis 2009, alors que le baril de pétrole ne cesse de voir son cours baisser (-70% sur les dix-huit derniers mois).

L'ISM services reste pour sa part en territoire de croissance, mais le rythme ne cesse de diminuer, le dernier niveau constaté (55,3)  étant le plus bas constaté depuis près de deux ans. 

ISM manufacturier

Le marché du travail résiste quant à lui. Bien que le taux de chômage soit resté stable à 5% en décembre, 292 000 emplois ont été créés lors du dernier mois de l'année 2015. Un chiffre particulièrement élevé, et ce alors que celui de novembre était en outre revu à la hausse à 252 000 contre 211 000 précédemment.

Le prochain rapport relatif au mois de janvier sera publié ce vendredi 5 février à 14h30. Les économistes interrogés tablent en moyenne sur la création de 192 000 créations et un taux de chômage inchangé. 

taux de chômage

Sur le Vieux Continent, les perspectives de croissance pour cette année 2016 sont plutôt positives, puisque celle-ci pourrait à s'élever à +1,8%. Un niveau que l'Observatoire français des conjonctures économiques estime également réalisable en France, tandis que le FMI table pour sa part sur +1,5%.

Ces taux sont pour l'heure conformes à ce que permettent d'envisager les PMI de la zone euro, avec un composite à 53,5 points en janvier. Bien que ces indicateurs d'activité évoluent en territoire de croissance, ils peinent à s'affirmer, ce qui pourrait inciter la Banque Centrale Européenne à reconsidérer sa politique monétaire en mars prochain selon les dires de son président Mario Draghi. 

Indice PMI

Les indicateurs de sentiment ont également marqué le pas en janvier, la Commission Européenne ayant indiqué une contraction tant s'agissant du sentiment économique (à 105 points) que s'agissant du climat des affaires (à 0,29 point) et de la confiance du consommateur (-6,3 points).

Confiance du consommateur

Du côté des devises et des matières premières

Sur le marché des devises, la monnaie unique européenne (-0,23% à 1,083$) est restée globalement stable face au dollar américain, contrairement à la livre sterling (-3,4% à 1,424$), au franc suisse (-2,2%) et au yen (-0,7%).

La tendance sur les matières premières restait quant à elle clairement baissière, que ce soit pour le cacao (-14%), le sucre (-14%) et le pétrole (-9,3%). Les métaux précieux, notamment l'or (+5,4% à 1118$) et l'argent (+2,7% à 14,26$) profitaient pour leur part de leur statut de valeur refuge. 

Conclusion

Plusieurs voyants incitent pour l'heure les investisseurs à réduire la voilure sur les marchés actions. Les incertitudes macroéconomiques des émergents, la baisse persistante des cours du pétrole, la politique monétaire de la Réserve Fédérale qui a engagé un relèvement de ses taux directeurs sont autant d'éléments qui expliquent la relative prudence des intervenants.

Par ailleurs, les dernières années ont été particulièrement positives, le S&P 500 ayant progressé de plus de 200% depuis ses points bas de 2009 et le Nasdaq Composite ayant rallié ses records de 2000, ce qui atteste que les niveaux de valorisation actuels sont peut être surévalués.

C'est en tout cas ce qu'indique l'analyse graphique, la plupart des indices boursiers internationaux ayant validé des formations de retournement de moyen terme, ce qui présage d'une poursuite de la baisse lors des prochaines semaines.  

 

Avertissement : IG fournit exclusivement un service d’exécution d’ordre. Les informations ci-dessus ne sont fournies qu’à titre indicatif. Elles ne constituent, ni ne doivent être interprétées comme un conseil ou une recommandation. Elles ne constituent pas non plus un historique de nos cotations ou une offre ou sollicitation à investir dans un quelconque instrument financier. IG Markets se dégage de toute responsabilité concernant l’utilisation qui en est faite et des conséquences qui en résultent. IG ne peut garantir que l’information fournie ci-dessus soit complète ou exacte et se dégage donc de toute responsabilité quant aux risques encourus par toute personne agissant sur la seule base de ces informations. Veuillez noter que ces informations ne prennent nullement en compte la situation financière et les objectifs d’investissement spécifiques aux personnes qui les reçoivent. Enfin, ces informations n’ont pas été conçues pour répondre aux exigences légales en matière d’indépendance de la recherche sur l’investissement. Elles doivent donc être considérées comme une communication à des fins marketing. Il est strictement interdit de reproduire ou de distribuer tout ou partie de ces informations à des fins commerciales ou privées.

En complément des mentions ci-dessous, veuillez noter que les informations présentes sur cette page ne constituent pas un historique de nos cotations ou une offre ou sollicitation à investir dans un quelconque instrument financier. IG se dégage de toute responsabilité concernant l’utilisation qui en est faite et des conséquences qui en résultent. Veuillez noter que ces informations ne prennent nullement en compte la situation financière et les objectifs d’investissement spécifiques aux personnes qui les reçoivent. Ces informations n’ont pas été conçues pour répondre aux exigences légales en matière d’indépendance de la recherche sur l’investissement. Elles doivent donc être considérées comme une communication à des fins marketing. Enfin, bien que notre politique de passage d’ordres ne soit pas restrictive, nous ne cherchons pas à profiter de ces recommandations avant d’en faire la communication auprès de nos clients.

Les CFD sont des instruments complexes et présentent un risque élevé de perte rapide en capital en raison de l’effet de levier.
79% des comptes d’investisseurs particuliers perdent de l’argent lorsqu’ils investissent sur les CFD avec IG.
Vous devez vous assurer que vous comprenez le fonctionnement des CFD et que vous pouvez vous permettre de prendre le risque élevé de perdre votre argent.
Les CFD sont des instruments complexes et présentent un risque élevé de perte rapide en capital en raison de l’effet de levier.