Bilan du mois d'avril 2015

Du côté des indices boursiers internationaux

S&P 500 - IG

Après un excellent premier trimestre, les marchés actions internationaux ont montré leurs premiers signes d'essoufflement. Bien que de nouveaux plus hauts annuels et parfois historiques aient été inscrits courant avril sur certains indices, les performances se sont au final avérées mitigées.

Si le FTSE 100 britannique (+2,8%), le Nikkei 225 japonais (+2,5%) et le S&P 500 américain (+0,9%) sont parvenus à s'apprécier modérément, l'heure était en revanche aux prises de bénéfices pour le DAX 30 allemand (-4,3%) et l'Eurostoxx 50 européen (-2,2%). A Paris, le CAC 40 (+0,3%) a quant à lui enregistré une hausse symbolique.

Bilan du mois d'avril 2015

Du côté des indices sectoriels européens et des valeurs françaises

Les décisions des investisseurs ont traduit une très nette rotation sectorielle, avec un rebond marqué de l'énergie (+9,9%) à la faveur de l'offre publique d'achat de 64 milliards d'euros de Royal Dutch Shell sur BG Group, ce qui a notamment profité à Maurel & Prom (+21,6%), CGG (+19,6%), Technip (+6,6%) et Total (+3,2%).

Les ressources de bases (+3,4%), autre secteur malmené depuis près d'un an compte tenu du recul des cours des matières premières, bénéficiait lui aussi d'un regain d'intérêt de la part des intervenants, à l'image d'ArcelorMittal (+7,4%). En fin de tableau, l'assurance (-5,5%), la chimie (-4,2%) et  la distribution (-3,4%) faisaient en revanche l'objet de dégagements.

201504secteurs042015

Du côté des statistiques macroéconomiques

Aux Etats-Unis, le Département du Commerce a estimé que le produit intérieur brut avait progressé de +0,2% au premier trimestre, contre +2,2% au quatrième trimestre 2014 et alors que les analystes tablaient en moyenne sur une hausse de +1%.

Cette contreperformance s'explique en grande partie par la vigueur du dollar américain et la chute des prix de l'énergie ; elle n’en est pas moins surprenante.

201504PIB-USA

Le Département du Travail a pour sa part indiqué que l'économie américaine avait créé 126 000 emplois en mars, soit nettement moins que les 256 000 constatés en moyenne depuis un an.

Le taux de chômage est resté stable à 5,5% soit son plus bas niveau depuis 2008. Les chiffres relatifs au mois d'avril seront communiqués le vendredi 8 mai à 14h30.

201504emploi USA

Au sein de la zone euro, les derniers indicateurs économiques ont été légèrement moins encourageants que précédemment, notamment s'agissant des mesures de la confiance effectuées par la Commission Européenne.

Il faut dire qu'après la hausse marquée et quasi-continue de ces six derniers mois, l'accalmie constatée tant sur le sentiment économique (à 103,7 points) que sur la confiance du consommateur (à -4,6 points) s'avère légitime et ne remet nullement en cause l'amélioration conjoncturelle.

201504confiance

Le constat est d'ailleurs identique du côté des indicateurs d'activité économique, puisque les indices PMI de la zone euro ont marqué le pas, et ce alors même que le PMI Composite avait enregistré en mars son meilleur niveau en 4 ans.

L'accentuation du rythme de croissance devrait donc se poursuivre au cours de ce second trimestre, soutenu par le recul de près de 25% de la parité euro dollar sur un an glissant, ainsi que grâce aux conséquences économiques très probablement positives de l'action financières de la Banque Centrale Européenne initiée en début d'année.

201504PMI-EU

Du côté des devises et des matières premières

Sur le marché des devises, la monnaie unique européenne (+4,4% à 1,121$) a fait l'objet d'une reprise face au dollar américain, tout comme la livre sterling (+3,5% à 1,535$), le franc suisse (+4%) et le yen (+0,4%).

Ce recul global du billet vert a mécaniquement profité aux matières premières, à commencer par le baril de pétrole (+21%), mais aussi au sucre (+11%), au cacao (+9%) ou encore au cuivre (+5%). Les métaux précieux n'en n'ont en revanche pas profité puisque l'or (+0,1%) est resté stable, tandis que l'argent (-3%) reculait. Le groupe des céréales restait quant à lui sous pression, à l'instar de l'avoine (-10%), du blé (-7%) et du maïs (-4%).

Conclusion

Comme nous l'envisagions le mois dernier, les premiers signes d'affaiblissement de la tendance haussière sur les marchés actions se sont concrétisés. Cette période de consolidation pourrait d'ailleurs se prolonger compte tenu de la saisonnalité, comme l'illustre l'adage boursier bien connu des investisseurs "Sell in May and go away".

Il semble donc pertinent d'adopter une exposition sur les actions plus modérée dans l'optique de se renforcer au terme de cet épisode correctif. Il convient en effet de ne pas perdre de vue que la tendance de fond reste encore haussière, et que de nouveaux sommets pourraient donc être enregistrés dans le courant de l'année.

 

Avertissement : IG fournit exclusivement un service d’exécution d’ordre. Les informations ci-dessus ne sont fournies qu’à titre indicatif. Elles ne constituent, ni ne doivent être interprétées comme un conseil ou une recommandation. Elles ne constituent pas non plus un historique de nos cotations ou une offre ou sollicitation à investir dans un quelconque instrument financier. IG Markets se dégage de toute responsabilité concernant l’utilisation qui en est faite et des conséquences qui en résultent. IG ne peut garantir que l’information fournie ci-dessus soit complète ou exacte et se dégage donc de toute responsabilité quant aux risques encourus par toute personne agissant sur la seule base de ces informations. Veuillez noter que ces informations ne prennent nullement en compte la situation financière et les objectifs d’investissement spécifiques aux personnes qui les reçoivent. Enfin, ces informations n’ont pas été conçues pour répondre aux exigences légales en matière d’indépendance de la recherche sur l’investissement. Elles doivent donc être considérées comme une communication à des fins marketing. Il est strictement interdit de reproduire ou de distribuer tout ou partie de ces informations à des fins commerciales ou privées.

En complément des mentions ci-dessous, veuillez noter que les informations présentes sur cette page ne constituent pas un historique de nos cotations ou une offre ou sollicitation à investir dans un quelconque instrument financier. IG se dégage de toute responsabilité concernant l’utilisation qui en est faite et des conséquences qui en résultent. Veuillez noter que ces informations ne prennent nullement en compte la situation financière et les objectifs d’investissement spécifiques aux personnes qui les reçoivent. Ces informations n’ont pas été conçues pour répondre aux exigences légales en matière d’indépendance de la recherche sur l’investissement. Elles doivent donc être considérées comme une communication à des fins marketing. Enfin, bien que notre politique de passage d’ordres ne soit pas restrictive, nous ne cherchons pas à profiter de ces recommandations avant d’en faire la communication auprès de nos clients.

Les CFD sont des instruments complexes et présentent un risque élevé de perte rapide en capital en raison de l’effet de levier.
79% des comptes d’investisseurs particuliers perdent de l’argent lorsqu’ils investissent sur les CFD avec IG.
Vous devez vous assurer que vous comprenez le fonctionnement des CFD et que vous pouvez vous permettre de prendre le risque élevé de perdre votre argent.
Les CFD sont des instruments complexes et présentent un risque élevé de perte rapide en capital en raison de l’effet de levier.