Le dossier grec préoccupe toujours les marchés

La Bourse de Paris reprend son souffle après sa récente progression.

Le CAC40 temporise

A la mi-séance, le CAC 40 cède 0,18% à 4877,63 points dans un volume d’affaires de 977 millions d’euros. Ailleurs en Europe, le Footsie londonien perd 0,28%, le Dax de la Bourse de Francfort gagne 0,04% et l’Euro Stoxx 50 des principales valeurs de la zone euro chute de 0,28%.

Le contrat future mars sur indice Dow Jones est en hausse de 0,02%.

Du point de vue macroéconomique, Janet Yellen, la patronne de la Fed, envisage certes une modification des termes du communiqué rituel du comité monétaire en vue d'en éliminer le mot «patient» qui caractérise l'attitude de la banque centrale américaine avant d'abandonner sa politique de taux zéro en vigueur depuis la fin 2008.

Mais elle souligne que le virage monétaire, guetté de très près par les marchés, a peu de chance d'intervenir avant «au moins quelques réunions prochaines du comité monétaire de la Fed».

Enfin et surtout, s'expliquant devant la Commission bancaire du Sénat, elle insiste sur le fait que le changement de terminologie dans le communiqué de la Fed ne sera pas nécessairement le signal d'une majoration imminente des taux directeurs de la Fed.

Sur le front des statistiques, la confiance des ménages français s’est améliorée en février, l’indicateur synthétique de l’Insee progressant de 2 points à 92.

Une statistique américaine est programmée pour 16h00 : les ventes de logements neufs en janvier.Mario Draghi sera auditionné par le Parlement européen à Bruxelles à partir de 17h30. Enfin, Pôle emploi dévoilera à 18h00 les chiffres du chômage de janvier.

Du côté des valeurs, Axa progresse de 3,24% à 22,13 euros.

L’assureur a dégagé un bénéfice net de 5,02 milliards d’euros l’an dernier, en hausse de 12%. Ses revenus ont augmenté de 3% à données comparables.

Dans le cadre de son plan stratégique à cinq ans, le numéro deux européen derrière Allianz compte atteindre 1,9 milliard d’euros d’économies d’ici à la fin 2015, objectif qu’il se dit en mesure d’atteindre alors qu’il a déjà réalisé 1,6 milliard d’économies sur les 1,9 visés.

Safran s’adjuge 3,40% à 62,99 euros.

L’équipementier aéronautique a fait état d’une croissance de 17,4% de son bénéfice opérationnel courant 2014. Le groupe précise qu’il devra procéder à une « compensation économique » de 800 millions d’euros à Airbus Group pour atteindre une participation de 50% dans la coentreprise dans les lanceurs spatiaux créée en décembre 2014.

Safran vise une hausse de son chiffre d’affaires ajusté de 7% à 9% en 2015 et une augmentation de son résultat opérationnel courant ajusté légèrement supérieure à 10%.

Gemalto engrange 2,88% à 71,41 euros.

Le spécialiste de la sécurité numérique a indiqué que les attaques dont il a fait l’objet en 2010 n’ont pas pu résulter en un vol massif des clés d’encryptage de ses cartes SIM, car ils n’ont touché que les parties externes de son réseau, où ne sont stockées ni les clés, ni les données des clients.

Les prises de bénéfices se poursuivent sur les banques. BNP Paribas perd 1,31% à 51,30 euros, Société Générale 1,65% à 40,13 et Crédit Agricole 1,64% à 12,60.

Philippe Brassac a été nommé hier directeur général de la banque verte, poste auquel il succède à Jean-Paul Chifflet.

Un nouveau directeur financier devrait être nommé dans les prochaines semaines après l’annonce du départ de Bernard Delpit pour Safran.

L'action Bouygues cède 0,27% à 35,37 euros.

Le groupe de BTP et de télécommunications a fait état d’une baisse de son bénéfice opérationnel courant 2014, pénalisé par un marché de la construction difficile en France et par la guerre des prix dans les télécoms.

Le chiffre d’affaires est resté quasiment stable. Le résultat net est bénéficiaire de 807 millions après une perte de 757 millions en 2013, qui avait été grevé par une importante dépréciation de sa participation dans Alstom.

Valeo (-0,90% à 132,45 euros) fait l’objet de dégagements bénéficiaires après un gain de près de 30% depuis le début de l’année.

L’équipementier automobile a vu son résultat net, hors exceptionnels, augmenter de 18% à 593 millions d’euros l’an dernier. Le chiffre d’affaires a progressé de 9% à 12,73 milliards.

Sur la base d’un scénario prévoyant notamment une hausse d’environ 3% de la production automobile mondiale cette année, l’équipementier vise une croissance de ses ventes « supérieure à celle du marché » dans ses principales régions de production et un taux de marge opérationnelle « légèrement supérieur » aux 7,2% réalisés l’an dernier.

Vallourec abandonne 3,86% à 22,06 euros. Le fabricant de tubes sans soudures a accusé une perte nette de 924 millions d’euros en 2014, affecté par des dépréciations d’actifs liées à la dégradation des marchés pétroliers, et a dévoilé un plan d’économies qui se traduira par 1.400 suppressions de postes cette année.

Le groupe vise 350 millions d’euros d’économies en 2015-2016, soit 10% de ses coûts en matières premières, et compte réduire ses investissements à 350 millions d’euros par an, contre 450 millions initialement prévus.

Atos baisse de 3,41% à 63,75 euros. PAI Partners cède 9,2 millions d’actions de la SSII, soit 9% du capital, dans le cadre d’un placement.

Selon des traders cités par Reuters, l’opération se ferait au prix de 63,25 euros par action, contre un cours de 66 euros en clôture hier.

Enfin, Ipsos lâche 5,25% à 22,20 euros.

La société d’études et de sondages a fait état d’un résultat net ajusté stable à 120,8 millions d’euros l’an dernier, mais le chiffre d’affaires s’est contracté de 2,5% à 1,66 milliard, tandis que la marge opérationnelle a diminué de 0,2 point à 10,4%.

Le groupe a confirmé que son nouveau plan stratégique devrait lui permettre de retrouver une croissance organique comprise entre 1% et 2% cette année, puis entre 2% et 5% en 2016.

Sur le FOREX, la parité eurodollar est en hausse de 0,10% à 1,1352$.

 

Avertissement : IG fournit exclusivement un service d’exécution d’ordre. Les informations ci-dessus ne sont fournies qu’à titre indicatif. Elles ne constituent, ni ne doivent être interprétées comme un conseil ou une recommandation. Elles ne constituent pas non plus un historique de nos cotations ou une offre ou sollicitation à investir dans un quelconque instrument financier. IG Markets se dégage de toute responsabilité concernant l’utilisation qui en est faite et des conséquences qui en résultent. IG ne peut garantir que l’information fournie ci-dessus soit complète ou exacte et se dégage donc de toute responsabilité quant aux risques encourus par toute personne agissant sur la seule base de ces informations. Veuillez noter que ces informations ne prennent nullement en compte la situation financière et les objectifs d’investissement spécifiques aux personnes qui les reçoivent. Enfin, ces informations n’ont pas été conçues pour répondre aux exigences légales en matière d’indépendance de la recherche sur l’investissement. Elles doivent donc être considérées comme une communication à des fins marketing. Il est strictement interdit de reproduire ou de distribuer tout ou partie de ces informations à des fins commerciales ou privées.

En complément des mentions ci-dessous, veuillez noter que les informations présentes sur cette page ne constituent pas un historique de nos cotations ou une offre ou sollicitation à investir dans un quelconque instrument financier. IG se dégage de toute responsabilité concernant l’utilisation qui en est faite et des conséquences qui en résultent. Veuillez noter que ces informations ne prennent nullement en compte la situation financière et les objectifs d’investissement spécifiques aux personnes qui les reçoivent. Ces informations n’ont pas été conçues pour répondre aux exigences légales en matière d’indépendance de la recherche sur l’investissement. Elles doivent donc être considérées comme une communication à des fins marketing. Enfin, bien que notre politique de passage d’ordres ne soit pas restrictive, nous ne cherchons pas à profiter de ces recommandations avant d’en faire la communication auprès de nos clients.

Les CFD sont des instruments complexes et présentent un risque élevé de perte rapide en capital en raison de l’effet de levier. 79% des comptes d’investisseurs particuliers perdent de l’argent lorsqu’ils investissent sur les CFD avec IG. Vous devez vous assurer que vous comprenez le fonctionnement des CFD et que vous pouvez vous permettre de prendre le risque élevé de perdre votre argent. Les CFD sont des instruments complexes et présentent un risque élevé de perte rapide en capital en raison de l’effet de levier.