Le CAC 40 reprend son souffle

La Bourse de Paris a clôturé en baisse sensible mercredi reprenant son souffle après avoir atteint un plus haut de l’année la veille, dans une séance attentive aux résultats d'entreprises.

L'indice CAC 40 a perdu 0,81 % à 4 260,66 points, dans un volume d'échanges peu étoffé de 2,8 milliards d'euros, le DAX 0,31 % à 8 919,66 et le FTSE 100, 0,32% à 6 674,48 points.

Après avoir ouvert en baisse, la bourse de Paris a évolué en zone négative toute la séance suivant dans l'après-midi le repli des marchés américains. Plusieurs faits, outre les résultats d'entreprises, ont affecté le marché parisien hier.

Dans un premier temps, les investisseurs ont été surpris par la baisse des bourses asiatiques suite aux informations qui ont fait état de la hausse des provisions pour créances douteuses de la part des quatre plus grandes banques chinoises et qui selon certains analystes, confirmaient la dégradation du marché du crédit en Chine.

Ensuite, la Banque Centrale Européenne a présenté mercredi les grandes lignes de l'évaluation des principales banques de la zone euro qu'elle doit conduire avant d'en assurer la supervision. Dans le détail, elle a annoncé qu'elle allait utiliser des règles plus strictes notamment en ce qui concerne les prêts douteux. De fait, les valeurs bancaires se sont repliées en moyenne de 2,02 %.

Outre-Atlantique, les places boursières, à l'image de leurs consœurs européennes ont engrangé des bénéfices soucieuses des nouvelles en provenance de Chine et de résultats d'entreprises, mitigés voire décevants comme ceux du premier fabricant mondial d'engins de chantier, Caterpillar, considéré comme un bon baromètre de l'état de l'économie mondiale.

Le Dow Jones a reculé de 0,35 % à 15 413,33 points, le S&P 500 de 0,47 % à 1746,38 points et le NASDAQ, de 0,57 % à 3907,07 points.

Parmi les valeurs françaises, les investisseurs ont sanctionné lourdement certaines valeurs tirant ainsi la bourse parisienne à la baisse.

STMicroelectronics s'est effondré de 8,88 % à 5,81 euros après des résultats décevants pour le troisième trimestre malgré une forte réduction de sa perte nette.

Orange s'est replié de 5,35 % à 10,08 euros suite à la baisse de son chiffre d'affaires trimestriel et après un beau parcours du titre depuis la rentrée.

Faurecia a perdu 3,65 % à 22,2 euros après un chiffre d'affaires quasi-stable pour le troisième trimestre.

Les valeurs bancaires ont aussi pesé sur la tendance avec l'annonce de la BCE. Société Générale a reculé de 2,42 % à 40,7 euros, Crédit Agricole de 2,40 % à 8,90 euros et, BNP Paribas de 2,18 % à 53 euros.

PSA Peugeot Citroën a pris 3,32 % à 10,75 euros après avoir confirmé ses objectifs malgré une baisse de son chiffre d'affaires au troisième trimestre.

Bic a progressé de 3,77 % à 87,72 euros en dépit d'un bénéfice en baisse au troisième trimestre mais porté par des perspectives favorables.

Biomerieux s'est adjugé 2,89 % à 74,03 euros après l'annonce d'un chiffre d'affaires en hausse au troisième trimestre et du maintien de son objectif d'une croissance organique de ses ventes pour 2013.

Gécina, après avoir passé toute la séance en zone négative malgré l'annonce d'un résultat net en hausse, rebondissait à quelques instants de la clôture et prenait 0,53 % à 99,22 euros.

Enfin, NYSE Euronext, l'opérateur de la Bourse parisienne, a été suspendu, dans l'attente de la conclusion de son rachat par l'américain ICE.

L'Euro reculait légèrement à 1,3777 $. L'or se repliait à 1 333,39 $ l'once et le WTI, échéance décembre 2013 à 97,13 $ le baril.

En complément des mentions ci-dessous, veuillez noter que les informations présentes sur cette page ne constituent pas un historique de nos cotations ou une offre ou sollicitation à investir dans un quelconque instrument financier. IG se dégage de toute responsabilité concernant l’utilisation qui en est faite et des conséquences qui en résultent. Veuillez noter que ces informations ne prennent nullement en compte la situation financière et les objectifs d’investissement spécifiques aux personnes qui les reçoivent. Ces informations n’ont pas été conçues pour répondre aux exigences légales en matière d’indépendance de la recherche sur l’investissement. Elles doivent donc être considérées comme une communication à des fins marketing. Enfin, bien que notre politique de passage d’ordres ne soit pas restrictive, nous ne cherchons pas à profiter de ces recommandations avant d’en faire la communication auprès de nos clients.

Les CFD sont des instruments complexes et présentent un risque élevé de perte rapide en capital en raison de l’effet de levier.
79% des comptes d’investisseurs particuliers perdent de l’argent lorsqu’ils investissent sur les CFD avec IG.
Vous devez vous assurer que vous comprenez le fonctionnement des CFD et que vous pouvez vous permettre de prendre le risque élevé de perdre votre argent.
Les CFD sont des instruments complexes et présentent un risque élevé de perte rapide en capital en raison de l’effet de levier.