Les marchés terminent en ordre dispersé

Le CAC 40 a clôturé la séance d’hier en très légère hausse de 0,10% à 5.192,64 points, dans un volume d'échanges étoffé de 4,4 milliards d'euros, sans toutefois parvenir à se maintenir au-dessus du seuil symbolique des 5.200 points.

Les marchés terminent en ordre dispersé

Le marché parisien a gagné du terrain en début de séance, prenant plus de 1% au-dessus de 5.200 points, avant de faire machine arrière et de se replier à partir de 11h. Il s'est repris légèrement dans l'après-midi, tandis que Wall Street a ouvert en hausse. Parmi les autres marchés européens, Francfort a terminé en hausse de 0,40% et Londres 0,15%. Par ailleurs, l'Eurostoxx 50 a terminé sur une note stable (+0,04%).

Les indices européens cherchent désormais à maintenir leur hausse, le CAC 40 ayant pris plus de 20% depuis le 1er janvier, ce qui peut pousser à des prises de bénéfices une fois certains seuils atteints. La cote manque cependant de catalyseur pour justifier une nouvelle phase de hausse et se trouve dans une phase d'attente. Par ailleurs, les investisseurs tiennent relativement à distance leurs inquiétudes sur le dossier grec mais restent attentifs aux développements du dossier.

Le président de l'Eurogroupe Jeroen Dijsselbloem a assuré voir "des avancées" dans les discussions menées avec la Grèce.

Côté indicateurs, un seul chiffre semble avoir fait la différence en milieu de matinée: le baromètre du moral des investisseurs et analystes allemands, le ZEW. Il s'est dégradé de 1,5 point en avril pour retomber à 53,3, alors que le marché attendait une amélioration de +1,2 point à 55,6.

Outre-Atlantique, Wall Street a fini la séance en ordre dispersé mardi, restant indécise après des résultats d'entreprises sans éclat: le Dow Jones a perdu 0,47% à 17.949,59 points, le Nasdaq a gagné 0,39% à 5.014,10 points et l'indice S&P 500 a cédé 0,15% pour terminer à 2.097,29 points.

Parmi les valeurs, Publicis s'est distingué en tête du CAC 40 (+6,18% à 76,81 euros) après une activité en hausse et meilleure que prévu au premier trimestre.

Schneider Electric a gagné 0,41% à 70,47 euros grâce à un chiffre d'affaires en forte croissance pour le premier trimestre.

L'Oréal a fini en hausse (+0,54% à 178,15 euros). Le groupe a publié un chiffre d'affaires en forte hausse de 14,1% au premier trimestre et confirmé ses objectifs annuels.

Teleperformance a grimpé (+5,92% à 69,79 euros) à l'issue d'un premier trimestre encourageant.

Soitec a finalement perdu 2,22% à 0,88 euro après un chiffre d'affaires en baisse de près de 10% pour son exercice décalé 2014-2015.

Essilor a pris 0,40% à 111,70 euros, après un chiffre d'affaires en forte hausse de 25,4% au premier trimestre, mais légèrement moins bon que prévu.

Unibail-Rodamco a terminé sur une légère progression (+0,26% à 254,30euros). Le groupe a publié un chiffre d'affaires en hausse de 6,3% au premier trimestre.

Bigben Interactive a reculé fortement (-3,53% à 3,55 euros) après avoir publié un chiffre d'affaires sur son exercice 2014-2015 inférieur à son objectif annoncé de 190 millions et averti que l'impact du change sur sa rentabilité sera un peu plus élevé que prévu.

Ipsos a pris 0,63% à 25,39 euros après avoir a annoncé une collaboration avec Google pour lancer de nouveaux services d'études marketing basés sur la géolocalisation.

Sur le marché des changes, l'euro a légèrement reflué mardi en fin de journée. Vers 21H00 GMT (23H00 à Paris), la monnaie unique européenne, restée en hausse pendant quelques heures, ne valait plus que 1,0735 dollar, contre 1,0741 dollar.

A noter qu’aujourd’hui sera marqué par la publication du compte rendu de politique monétaire de la Banque d'Angleterre (BoE) des 8 et 9 avril, ce sera l'occasion de vérifier que la vigueur du sterling demeure une préoccupation des responsables monétaires britanniques.

 

Avertissement : IG fournit exclusivement un service d’exécution d’ordre. Les informations ci-dessus ne sont fournies qu’à titre indicatif. Elles ne constituent, ni ne doivent être interprétées comme un conseil ou une recommandation. Elles ne constituent pas non plus un historique de nos cotations ou une offre ou sollicitation à investir dans un quelconque instrument financier. IG Markets se dégage de toute responsabilité concernant l’utilisation qui en est faite et des conséquences qui en résultent. IG ne peut garantir que l’information fournie ci-dessus soit complète ou exacte et se dégage donc de toute responsabilité quant aux risques encourus par toute personne agissant sur la seule base de ces informations. Veuillez noter que ces informations ne prennent nullement en compte la situation financière et les objectifs d’investissement spécifiques aux personnes qui les reçoivent. Enfin, ces informations n’ont pas été conçues pour répondre aux exigences légales en matière d’indépendance de la recherche sur l’investissement. Elles doivent donc être considérées comme une communication à des fins marketing. Il est strictement interdit de reproduire ou de distribuer tout ou partie de ces informations à des fins commerciales ou privées.

En complément des mentions ci-dessous, veuillez noter que les informations présentes sur cette page ne constituent pas un historique de nos cotations ou une offre ou sollicitation à investir dans un quelconque instrument financier. IG se dégage de toute responsabilité concernant l’utilisation qui en est faite et des conséquences qui en résultent. Veuillez noter que ces informations ne prennent nullement en compte la situation financière et les objectifs d’investissement spécifiques aux personnes qui les reçoivent. Ces informations n’ont pas été conçues pour répondre aux exigences légales en matière d’indépendance de la recherche sur l’investissement. Elles doivent donc être considérées comme une communication à des fins marketing. Enfin, bien que notre politique de passage d’ordres ne soit pas restrictive, nous ne cherchons pas à profiter de ces recommandations avant d’en faire la communication auprès de nos clients.

Les CFD sont des instruments complexes et présentent un risque élevé de perte rapide en capital en raison de l’effet de levier.
79% des comptes d’investisseurs particuliers perdent de l’argent lorsqu’ils investissent sur les CFD avec IG.
Vous devez vous assurer que vous comprenez le fonctionnement des CFD et que vous pouvez vous permettre de prendre le risque élevé de perdre votre argent.
Les CFD sont des instruments complexes et présentent un risque élevé de perte rapide en capital en raison de l’effet de levier.