Le CAC 40 reprend ses habitudes

La Bourse de Paris évoluait en baisse jeudi matin, les investisseurs retrouvant les affaires courantes, résultats d’entreprise et indicateurs économiques en tête, après l’accord trouvé à Washington concernant le budget fédéral et le plafond de la dette.

A mi-séance, l'indice CAC 40 perdait 0,62% à 4237,33 points, le DAX 0,68% à 8785,76 points et le FTSE 100, 6551,90 points.

L’accord signé à Washington n’a pas déchainé l’enthousiasme des investisseurs tant ces derniers n’envisageaient pas que les Etats-Unis puissent se déclarer en cessation de paiements.

Le président Barack Obama a promulguer rapidement la loi qui va permettre au trésor américain d’emprunter de nouveau et à l’administration fédérale de retrouver son fonctionnement plein et entier. Plus précisément, le Trésor est autorisé à emprunter jusqu'au 7 février, et l'Etat fédéral est financé jusqu'au 15 janvier.

Mais c’est aussi l’heure des comptes et des conjectures. D’une part, les querelles budgétaires de Washington, qui auront forcé 800 0000 fonctionnaires américains à rester chez eux pendant plus de deux semaines, vont coûter 24 milliards de dollars à l'économie américaine, selon l'estimation de l'agence Standard & Poor's. De l’autre, sur le fond, rien n’est réglé. L’accord arraché à la dernière minute n’est au plus qu’un pis aller qui ne va permettre aux marchés que de respirer pendant quelques semaines avant la reprise des négociations en janvier et février afin d’éviter un nouveau blocage.

En attendant cette échéance, les marchés vont reprendre leurs habitudes en reportant leur attention sur les indicateurs macroéconomiques et résultats d’entreprise publiés et avant tout sur les politiques monétaires des grandes banques centrales de la planète et plus particulièrement, celle de la Réserve Fédérale américaine.

Déjà ce matin, les investisseurs semblent avoir mal accueilli la révision à la baisse de la croissance de l’économie outre-Rhin, première économie européenne, par les principaux instituts économiques allemands. Pour l'année 2013, ces instituts prévoient désormais sur une faible croissance de 0,4%, contre 0,8% attendu encore en avril.

Outre-Atlantique, les investisseurs seront attentifs ce jour aux chiffres concernant les demandes hebdomadaires d'allocations chômage et les revendications chômage ainsi qu’à une série de discours de divers responsables de la Fed. Enfin, les intervenants regarderont de près les résultats publiés par Goldman Sachs, Verizon ou Google.

Parmi les valeurs françaises, Carrefour progressait de 2,26% à 27,415 euros. Bien qu’ayant annoncé des ventes en repli de 6,67% au troisième trimestre, le groupe de grande distribution a réussi à se redresser sur le marché français.

GDF Suez reculait de 3,70% à 18,61 euros après un abaissement de sa recommandation à «neutre» contre «acheter» auparavant par UBS.

Plastic Omnium s’adjugeait 4,92% à 20,89 euros après avoir publié jeudi un chiffre d’affaires en nette progression au troisième trimestre à +11,1%.

Rémy Cointreau se repliait de 2,62% à 71,63 euros après avoir réalisé au 2e trimestre de son exercice 2013-2014 un chiffre d'affaires en repli de 9% plombé par la situation en Chine.

Manutan progressait de 0,51% à 45,41 euros après avoir annoncé une hausse de son chiffre d'affaires lors de son exercice achevé fin septembre, mais dû totalement à sa croissance externe.

Enfin, Altran reculait de 0,48% à 6,24 euros après avoir confirmé ses objectifs pour 2015.

L’Euro progressait à 1,3627 Dollar. L’or repassait au-dessus de la barre des 1300 dollars à 1306,62 dollars l’once. Le Brent, échéance décembre 2013, se repliait légèrement à 110,10 dollars le baril.

En complément des mentions ci-dessous, veuillez noter que les informations présentes sur cette page ne constituent pas un historique de nos cotations ou une offre ou sollicitation à investir dans un quelconque instrument financier. IG se dégage de toute responsabilité concernant l’utilisation qui en est faite et des conséquences qui en résultent. Veuillez noter que ces informations ne prennent nullement en compte la situation financière et les objectifs d’investissement spécifiques aux personnes qui les reçoivent. Ces informations n’ont pas été conçues pour répondre aux exigences légales en matière d’indépendance de la recherche sur l’investissement. Elles doivent donc être considérées comme une communication à des fins marketing. Enfin, bien que notre politique de passage d’ordres ne soit pas restrictive, nous ne cherchons pas à profiter de ces recommandations avant d’en faire la communication auprès de nos clients.

Les CFD sont des instruments complexes et présentent un risque élevé de perte rapide en capital en raison de l’effet de levier.
79% des comptes d’investisseurs particuliers perdent de l’argent lorsqu’ils investissent sur les CFD avec IG.
Vous devez vous assurer que vous comprenez le fonctionnement des CFD et que vous pouvez vous permettre de prendre le risque élevé de perdre votre argent.
Les CFD sont des instruments complexes et présentent un risque élevé de perte rapide en capital en raison de l’effet de levier.