Le CAC poursuit son repli

La Bourse de Paris a de nouveau clôturé en légère baisse vendredi, après quelques prises de bénéfices suite à la dégradation de la situation en Irak.

Le CAC poursuit son repli

L'indice CAC 40 a perdu 0,24 % à 4 545,28 points, dans un volume d'échanges modéré de 2,9 milliards d'euros. Le DAX a reculé de 0,26 % à 9 912,87 points et le FTSE 100, de 0,95 % à 6 777,85 points.

Après avoir ouvert en baisse, la bourse de Paris a fortement reculé avant de se reprendre en début d’après-midi pour venir finir tout près de son cours de clôture de la veille avec la bonne tenue de Wall Street en matinée américaine.

La tendance de fond du marché parisien reste à la hausse, le niveau des 4 500 points constituant un très bon support pour de nombreux analystes techniques.

Le marché parisien, vendredi, s’est aligné sur Wall Street qui la veille avait baissé sous l’effet des mauvaises nouvelles en provenance d’Irak. Les investisseurs ont pris prétexte de la détérioration de la situation sur place pour prendre quelques bénéfices alors que la communauté internationale, les Etats-Unis en tête, faisait preuve d’une certaine prudence. D’un côté, la rébellion jihadistes approchait à grands pas de Bagdad alors que de l’autre, l’ONJU appelait les protagonistes à un « dialogue constructif » et que les Etats-Unis restaient l’arme aux pieds, le président américain Barack Obama affirmant d’entrée qu’il n’enverrait pas de troupes sur place tout en étudiant toutes les « options possibles ».

Au-delà des péripéties sur place, les investisseurs craignent un embrasement des prix sur le marché du pétrole. Si, à la fois le Brent et le WTI ont rebondi depuis le 9 juin, la hausse reste contenu, surtout après que l’Agence Internationale de l’énergie eut affirmé que l'offensive jihadiste en Irak ne devrait pas gêner à court terme la production pétrolière du pays, déjà instable et par conséquent perturber le marché.

Dans ce contexte, les indicateurs macroéconomiques publiés vendredi ont été ignorés par les opérateurs. La production industrielle chinoise a légèrement rebondi tout comme les ventes de détail. Les divers chiffres concernant l’inflation dans plusieurs pays de la zone euro ont confirmé la nécessité d’une intervention de la BCE et, en Espagne, la dette publique a atteint un nouveau record à 96,8 % du PIB.

Wall Street a fini en légère hausse vendredi, soutenu par les bonnes performances de quelques valeurs technologiques et l’actualité des fusions et acquisitions. Après avoir connu une légère faiblesse en début de séance après la publication du Michigan Sentiment montrant un léger repli du moral des ménages aux Etats-Unis en juin, les indices américains ont passé le reste de la séance en zone positive soutenu notamment par Intel et Hewlett-Packard.

Le géant des puces informatiques, confirmant une demande pour PC professionnels meilleure que prévu, a revu à la hausse son chiffre d'affaires, faisant grimper son action de 6,83% à 29,87 dollars. Dans la foulée, HewLett Packard a bondi de 5,30 % à 35,16 dollars.

Le compartiment des fusions acquisitions a aussi soutenu le marché. Le titre du site de réservations de restaurants OpenTable s’est envolé de 48,35% à 104,48 dollars après l'annonce de son rachat par le voyagiste en ligne Priceline. La chaîne de vêtements pour adolescents et jeunes adultes Express a bondi de plus de 20% après que le fonds Sycamore Partners eut révélé son intention d’acquérir le groupe.

Le Dow Jones a pris 0,25 % à 1 6775,74 points, le S&P 500 0,31 % à 1 936,16 points et le Nasdaq, 0,30 % à 4 310,65 points.

Parmi les valeurs françaises, CGG s'est envolé de 10,74% à 10,89 euros. L’américain Baker Hughes pourrait faire une offre sur la parapétrolière française, a indiqué Bloomberg.

Le secteur pétrolier et parapétrolier profite de la hausse du cours du brut. Total a engrangé 0,90% à 52,86 euros et Technip 1,29% à 78,50 euros.

En revanche, le secteur de l'aéronautique, sensible aux cours du pétrole, a reculé. Air France-KLM s’est replié de 2,77% à 10,36 euros, Airbus de 1,08% à 51,28 euros et, Zodiac Aerospace 1,94% à 25,99 euros.

Lagardère a reculé de 4,26% à 24,27 euros après un abaissement de recommandation par Natixis, de « neutre » à « alléger ».

Dans la foulée, Ipsen a plongé de 5,29 % à 32,91 euros après l’abaissement de sa recommandation par JPMorgan, à « neutre » contre « surpondérer » auparavant.

De même, Schneider Electric a perdu 0,62 % à 69,09 euros suite à l’abaissement de la sienne à « neutre » contre « surpondérer » précédemment.

Enfin, l’Euro a légèrement reculé à 1,3541 dollar. L’or a progressé à 1 282,57 dollars l’once et le WTI, échéance août 2014, a fini quasi stable à 106,75 dollars le baril.

 

Avertissement : IG fournit exclusivement un service d’exécution d’ordre. Les informations ci-dessus ne sont fournies qu’à titre indicatif. Elles ne constituent, ni ne doivent être interprétées comme un conseil ou une recommandation. Elles ne constituent pas non plus un historique de nos cotations ou une offre ou sollicitation à investir dans un quelconque instrument financier. IG Markets se dégage de toute responsabilité concernant l’utilisation qui en est faite et des conséquences qui en résultent. IG ne peut garantir que l’information fournie ci-dessus soit complète ou exacte et se dégage donc de toute responsabilité quant aux risques encourus par toute personne agissant sur la seule base de ces informations. Veuillez noter que ces informations ne prennent nullement en compte la situation financière et les objectifs d’investissement spécifiques aux personnes qui les reçoivent. Enfin, ces informations n’ont pas été conçues pour répondre aux exigences légales en matière d’indépendance de la recherche sur l’investissement. Elles doivent donc être considérées comme une communication à des fins marketing. Il est strictement interdit de reproduire ou de distribuer tout ou partie de ces informations à des fins commerciales ou privées.

En complément des mentions ci-dessous, veuillez noter que les informations présentes sur cette page ne constituent pas un historique de nos cotations ou une offre ou sollicitation à investir dans un quelconque instrument financier. IG se dégage de toute responsabilité concernant l’utilisation qui en est faite et des conséquences qui en résultent. Veuillez noter que ces informations ne prennent nullement en compte la situation financière et les objectifs d’investissement spécifiques aux personnes qui les reçoivent. Ces informations n’ont pas été conçues pour répondre aux exigences légales en matière d’indépendance de la recherche sur l’investissement. Elles doivent donc être considérées comme une communication à des fins marketing. Enfin, bien que notre politique de passage d’ordres ne soit pas restrictive, nous ne cherchons pas à profiter de ces recommandations avant d’en faire la communication auprès de nos clients.

Les CFD sont des instruments complexes et présentent un risque élevé de perte rapide en capital en raison de l’effet de levier.
79% des comptes d’investisseurs particuliers perdent de l’argent lorsqu’ils investissent sur les CFD avec IG.
Vous devez vous assurer que vous comprenez le fonctionnement des CFD et que vous pouvez vous permettre de prendre le risque élevé de perdre votre argent.
Les CFD sont des instruments complexes et présentent un risque élevé de perte rapide en capital en raison de l’effet de levier.