Les indices européens devraient ouvrir en baisse modérée

L’indice parisien CAC40 a clôturé la séance en repli de -0,54% à 4293,27 points, dans des volumes d’échange modérés de 2,8 milliards d’euros.

Les indices européens devraient ouvrir en baisse modérée

L’indice a d’abord ouvert en baisse, avant de regagner du terrain à la mi-séance en gagnent plus de 1%, puis a rebaissé progressivement avant la clôture.

Sur les autres places européennes, le DAX 30 a baissé de -1,17%, le FTSE 100 a reculé de -0,99% et l’Eurostoxx 50 de -0,74%.

Aux États-Unis, le S&P 500 a terminé la séance à l’équilibre (-0,02% à 2064,11 points), même chose pour le Dow Jones (+0,05%) tandis que le Nasdaq Composite s’est replié de -0,49%.

Du côté des données économiques, la Banque Centrale du Royaume-Uni est restée sur un statu quo comme le prévoyait le consensus, avec des taux d’intérêt directeurs à 0,5% et un programme de rachat d’actifs de 375 milliards de livres en rythme annuel. Aux États-Unis, les chiffres de l’emploi sont ressortis plus mauvais qu’attendus, avec un nombre de demandeurs d’emplois en hausse de 20 000 à 294 000, contre 277 000 prévus. Également, la production industrielle en Europe a déçu les investisseurs, ressortie en repli mensuel de -0,9% contre des attentes de progression de +0,1%.

Aujourd’hui, nous aurons une première estimation du PIB européen, attendu en progression de +0,6% en rythme trimestriel. Nous aurons aux États-Unis les ventes de détail attendues en baisse de -0,3% et l’indice PPI que le consensus prévoit en progression de +0,3% pour le mois passé.

Pour les secteurs, les plus fortes hausses ont été observées sur les Telecom (+0,63%), les services publics (+0,57%) et sur les valeurs du voyage et du loisir (+0,52%). Les baisses les plus marquées ont concerné les secteurs des matériaux de base, en repli de -2,35%, les valeurs de la chimie (-1,89%) et celles du secteur technologique (-1,08%).

Sur les valeurs, le palmarès est le suivant : Vivendi signe la meilleure performance de la séance (+2,70%), suivie par Sodexo (+1,58%) et Renault (+1,11%). Les plus fortes baisses ont été observées sur Crédit Agricole (-4,91%), Nokia (-1,91%) et Essilor (-1,67%).

Pour les recommandations des analystes, nous commençons avec la banque britannique Barclays qui a effectué les modifications suivantes : sur Sanofi, sa recommandation est passée à « surpondérer », précédemment à « pondération en ligne ». Sur Vivendi, la banque a abaissé son objectif de cours de 19 à 16,50 euros ; Jefferies a fait de même de 19,30 à 16,40 euros. Pour Eiffage, Barclays a augmenté sa cible de 3 euros à 72 euros.

Pour ce qui est de LVMH, Bernstein a légèrement baissé son objectif de 188 à 186 euros.

Gilbert Dupont est passé sur Akka Technologies de « alléger » à « accumuler ».

Sur Numéricable-SFR, quatre banques ont abaissé leurs cours cibles ; HSBC vise à présent 48 euros (-1 euro), JP Morgan vise 41 euros (50 précédemment), Deutsche Bank a pour objectif 46 euros et Natixis 28 euros.

Pour Arkema, Crédit Suisse a relevé son objectif de 4 euros à 75 euros.

Sur Alstom, Kepler Cheuvreux vise à désormais 26,40 euros.

Sur le marché des changes, l’euro a reculé face au dollar américain de -0,44% et valait 1,1380$ à 23h00.

 

Avertissement : IG fournit exclusivement un service d’exécution d’ordre. Les informations ci-dessus ne sont fournies qu’à titre indicatif. Elles ne constituent, ni ne doivent être interprétées comme un conseil ou une recommandation. Elles ne constituent pas non plus un historique de nos cotations ou une offre ou sollicitation à investir dans un quelconque instrument financier. IG Markets se dégage de toute responsabilité concernant l’utilisation qui en est faite et des conséquences qui en résultent. IG ne peut garantir que l’information fournie ci-dessus soit complète ou exacte et se dégage donc de toute responsabilité quant aux risques encourus par toute personne agissant sur la seule base de ces informations. Veuillez noter que ces informations ne prennent nullement en compte la situation financière et les objectifs d’investissement spécifiques aux personnes qui les reçoivent. Enfin, ces informations n’ont pas été conçues pour répondre aux exigences légales en matière d’indépendance de la recherche sur l’investissement. Elles doivent donc être considérées comme une communication à des fins marketing. Il est strictement interdit de reproduire ou de distribuer tout ou partie de ces informations à des fins commerciales ou privées.

En complément des mentions ci-dessous, veuillez noter que les informations présentes sur cette page ne constituent pas un historique de nos cotations ou une offre ou sollicitation à investir dans un quelconque instrument financier. IG se dégage de toute responsabilité concernant l’utilisation qui en est faite et des conséquences qui en résultent. Veuillez noter que ces informations ne prennent nullement en compte la situation financière et les objectifs d’investissement spécifiques aux personnes qui les reçoivent. Ces informations n’ont pas été conçues pour répondre aux exigences légales en matière d’indépendance de la recherche sur l’investissement. Elles doivent donc être considérées comme une communication à des fins marketing. Enfin, bien que notre politique de passage d’ordres ne soit pas restrictive, nous ne cherchons pas à profiter de ces recommandations avant d’en faire la communication auprès de nos clients.

Les CFD sont des instruments complexes et présentent un risque élevé de perte rapide en capital en raison de l’effet de levier.
79% des comptes d’investisseurs particuliers perdent de l’argent lorsqu’ils investissent sur les CFD avec IG.
Vous devez vous assurer que vous comprenez le fonctionnement des CFD et que vous pouvez vous permettre de prendre le risque élevé de perdre votre argent.
Les CFD sont des instruments complexes et présentent un risque élevé de perte rapide en capital en raison de l’effet de levier.