Le CAC 40 reprend ses esprits

La Bourse de Paris reprenait ses esprits ce vendredi matin après s’être fortement emballée hier à la suite de premiers signes de déblocage de la crise américaine depuis 10 jours.

La Bourse de Paris reprenait ses esprits ce vendredi matin après s’être fortement emballée hier à la suite de premiers signes de déblocage de la crise américaine depuis 10 jours.

A mi-séance l'indice CAC 40 grappillait 0,08% à 4221,40 points, le DAX prenait 0,42% à 8722,15 points et le Footsie, 0,72% à 6476,70 points.

Après l’emballement des marchés hier, ces derniers se montraient plus circonspects aujourd’hui alors que la rencontre du président américain Barack Obama et les républicains n’a pas débouché sur des avancées sensibles sur le dossier du budget et du plafond de la dette. Si percée, il y a eu, c’est sur le dialogue qui semble enfin s’installer entre républicains et démocrates après une dizaine de jours d’invectives par médias interposés.

Concrètement, au-delà du relèvement temporaire de la limite de la dette jusqu'au 22 novembre pour écarter le risque d'un défaut de paiement déjà acquis depuis la déclaration d’intention de John Boehner jeudi matin, les républicains veulent toujours des négociations subordonnées à des réformes concernant les programmes sociaux, comme le système de retraite et l’«Obamacare».

Reste, que la marge de manœuvre des républicains devient de plus en plus étroite alors que sondage après sondage, une majorité d’américains se range derrière leur président et rejette sur les républicains la responsabilité de la crise actuelle. De fait, pour le moment, les démocrates, ont beau jeu d’afficher leur esprit de conciliation sans céder un pouce de terrain.

Pour de nombreux observateurs, beaucoup reste à faire et les incertitudes budgétaires vont se poursuivre encore quelques mois affectant d’autant plus la croissance économique américaine.

Du côté des valeurs françaises, Accor s’adjugeait 2,19% à 32,36 euros après un relèvement de recommandation par la banque Citigroup.

Vivendi prenait 0,61% à 18,255 euros. La justice américaine a autorisé la vente des actions détenues par le groupe français dans sa filiale de jeux vidéo Activision Blizzard.

CNP Assurances perdait 1,48% à 13,325 euros. Selon Les Echos, la BPCE envisage de ne plus distribuer les contrats d'assurance-vie de l'assureur.

L'action Carrefour reculait de 0,97% à 26,425 euros. Le groupe va se lancer dans la distribution en ligne de livres numériques avec une plateforme internet de téléchargement et sa propre liseuse.

Casino perdait 0,87% à 78,59 euros malgré un relèvement de recommandation par JPMorgan Cazenove.

Enfin, Archos s’envolait de 5,53% à 4,01 euros. La société a annoncé le retour d’une croissance modeste au troisième trimestre et affirmé que cette dernière devrait augmenter au quatrième.

L’Euro progressait à 1,3573 $. L’or poursuivait son repli à 1284,27 $ l’once et le Brent, échéance novembre 2013, reculait légèrement à 111,45 $ le baril.

En complément des mentions ci-dessous, veuillez noter que les informations présentes sur cette page ne constituent pas un historique de nos cotations ou une offre ou sollicitation à investir dans un quelconque instrument financier. IG se dégage de toute responsabilité concernant l’utilisation qui en est faite et des conséquences qui en résultent. Veuillez noter que ces informations ne prennent nullement en compte la situation financière et les objectifs d’investissement spécifiques aux personnes qui les reçoivent. Ces informations n’ont pas été conçues pour répondre aux exigences légales en matière d’indépendance de la recherche sur l’investissement. Elles doivent donc être considérées comme une communication à des fins marketing. Enfin, bien que notre politique de passage d’ordres ne soit pas restrictive, nous ne cherchons pas à profiter de ces recommandations avant d’en faire la communication auprès de nos clients.

Les CFD sont des instruments complexes et présentent un risque élevé de perte rapide en capital en raison de l’effet de levier.
79% des comptes d’investisseurs particuliers perdent de l’argent lorsqu’ils investissent sur les CFD avec IG.
Vous devez vous assurer que vous comprenez le fonctionnement des CFD et que vous pouvez vous permettre de prendre le risque élevé de perdre votre argent.
Les CFD sont des instruments complexes et présentent un risque élevé de perte rapide en capital en raison de l’effet de levier.