Le CAC 40 se replie

La Bourse de Paris évoluait en baisse mardi matin dans une séance sous l’influence une fois de plus des négociations concernant le budget et le plafond de la dette aux Etats-Unis et affectée par la mauvaise tenue de Wall Street hier.

A mi-séance, l'indice CAC 40 perdait 0,52% à 4143,96 points, le DAX 0,18% à 8575,71 points et le FTSE 100, 0,66% à 6394,71 points.

Même si la plupart des investisseurs continue d’estimer qu’un accord sera trouvé avant la date fatidique du 17 octobre entre démocrates et républicains, la guerre de tranchées que se livrent les protagonistes fait monter la pression sur les marchés. Au-delà des arguties des uns et des autres, c’est plus, la manière que le fond qui suscite en ce début de semaine la fébrilité des investisseurs. Les républicains, majoritaires à la chambre des représentants, et les démocrates, qui contrôlent le sénat et la Maison Blanche, ne négocient plus que par médias interposés sans réelles consultations formelles.

Après la fermeture d’une partie des services du gouvernement américain et le licenciement sans solde de 800 000 fonctionnaires fédéraux, c’est au tour de «Mainstreet» de commencer à subir les effets concrets du «shutdown». Lockheed Martin, principal fournisseur d'armement des Etats-Unis, a annoncé le renvoi de 3000 salariés, United Technologies et BAE Systems s’apprêtent à mettre respectivement 5000 et 1000 salariés au chômage technique alors que le constructeur Boeing a annoncé qu’elle se préparait à un renvoi d’une partie de son personnel.

Enfin, la banque d'affaires Goldman Sachs, a estimé à 0,8 % le coût pour la croissance de la première économie mondiale sur le trimestre pour chaque semaine de blocage.

Dans ce contexte, les indicateurs macroéconomiques du jour n’ont pas eu de mal à peser sur la tendance. La Banque de France a révisé à la baisse sa prévision de croissance au 3e trimestre pour l’hexagone et en Allemagne, l’excédent commercial a subi une contraction en août et, les commandes à l'industrie ont de nouveau diminué s’inscrivant en repli de 0,3% en août 2013.

Outre-Atlantique, Alcoa, comme d’habitude, ouvrira la saison des résultats du troisième trimestre des entreprises américaines.

Parmi les valeurs françaises, GDF Suez perdait 2,31% à 18,78 euros après l’annonce par Citi d’un abaissement de recommandation de «acheter» à «neutre».

Eads faisait l’objet de prises de bénéfices après sa forte progression lors des dernières séances. A mi-journée, le titre reculait de 1,87% à 49,36 euros.

Sanofi se repliait de 0,50% à 74,37 euros. Le groupe a annoncé avoir revu à la baisse le nombre de suppressions de postes prévu dans son plan de restructuration.

L'action Alcatel-Lucent s’adjugeait 1,49% à 2,931 euros. La société qui éprouve de graves difficultés financières, a présenté aux représentants du personnel un plan de 10 000 suppressions d'emploi dans le monde visant à rétablir la situation financière du groupe.

TF1 gagnait 4,05% à 13,865 euros profitant de la volonté affichée par le groupe américain Discovery Communications de prendre 100% du capital de la chaîne sportive Eurosport avant même la fin de l'année.

Enfin, BioMérieux progressait de 0,39% à 71,47 euros après la réussite hier de son émission obligataire de 300 millions d'euros d'une durée de sept ans souscrite 4 fois par les investisseurs institutionnels.

L’Euro restait quasi stable à 1,3574 $. L’or reculait légèrement à 1321,33 $ l’once et le Brent, échéance novembre 2011, progressait sensiblement à 110,64 $ le baril.

En complément des mentions ci-dessous, veuillez noter que les informations présentes sur cette page ne constituent pas un historique de nos cotations ou une offre ou sollicitation à investir dans un quelconque instrument financier. IG se dégage de toute responsabilité concernant l’utilisation qui en est faite et des conséquences qui en résultent. Veuillez noter que ces informations ne prennent nullement en compte la situation financière et les objectifs d’investissement spécifiques aux personnes qui les reçoivent. Ces informations n’ont pas été conçues pour répondre aux exigences légales en matière d’indépendance de la recherche sur l’investissement. Elles doivent donc être considérées comme une communication à des fins marketing. Enfin, bien que notre politique de passage d’ordres ne soit pas restrictive, nous ne cherchons pas à profiter de ces recommandations avant d’en faire la communication auprès de nos clients.

Les CFD sont des instruments complexes et présentent un risque élevé de perte rapide en capital en raison de l’effet de levier.
79% des comptes d’investisseurs particuliers perdent de l’argent lorsqu’ils investissent sur les CFD avec IG.
Vous devez vous assurer que vous comprenez le fonctionnement des CFD et que vous pouvez vous permettre de prendre le risque élevé de perdre votre argent.
Les CFD sont des instruments complexes et présentent un risque élevé de perte rapide en capital en raison de l’effet de levier.