Les marchés finissent en nette baisse

L’indice phare de la Bourse de Paris a terminé en territoire négatif (-0,90% à 4245,91 points), dans un volume d'échanges moyen de 3,2 milliards d'euros.

Les marchés finissent en nette baisse

La place parisienne a ouvert à l'équilibre, avant de se laisser gagner par un léger regain d'optimisme, qui n'a toutefois pas duré, conséquence de la reprise baissière des cours du pétrole. Parmi les autres marchés européens, Francfort a lâché 0,98% et Londres 0,40%. Par ailleurs, l'Eurostoxx 50 a reculé de 1,30%.

La journée a été rythmée par les banques centrales. Au lendemain de la publication du compte-rendu de la dernière réunion de politique monétaire de la Fed, les investisseurs ont digéré les minutes de la BCE. Ces dernières ont montré que la nouvelle baisse des taux directeurs et le gonflement de ses rachats d'actifs par l'institution de Francfort ont fait grincer des dents certains membres du conseil des gouverneurs.

Dans le même temps, son président Mario Draghi et son chef économiste Peter Praet ont affirmé dans des discours distincts que les mesures prises par la BCE vont revigorer la croissance en zone euro et la dynamique des prix, qui, sans elles auraient baissé l'an dernier.

Du côté des indicateurs, en France, le déficit commercial s'est fortement creusé en février, tout comme le déficit courant.

Aux Etats-Unis, les inscriptions hebdomadaires au chômage ont baissé plus que prévu.

Wall Street a ainsi terminé ainsi en nette baisse hier, le Dow Jones a perdu 0,98%, le Nasdaq Composite s’est déprécié de 1,47% et l'indice S&P 500 a reculé de 1,20%, à 2.041,91 points.

Sur le terrain des valeurs, le secteur bancaire a tiré le marché vers le bas. BNP Paribas a chuté de 3,84% à 41,35 euros, Société Générale 3,45% à 30,08 euros et Crédit Agricole 2,28% à 8,90 euros.

Vallourec a gagné 6,81% à 6,32 euros, soutenu par le feu vert de ses actionnaires à une augmentation de capital de 1 milliard d'euros, élément clé pour lui permettre de surmonter la crise des marchés pétrole et gaz.

Alstom a reflué de 2,71% à 21,22 euros alors que dix parlementaires se sont déclarés inquiets pour le maintien de l'emploi sur les sites du groupe en France après une réunion organisée mercredi à l'Elysée avec des conseillers du président François Hollande.

Numericable-SFR a pris 0,29% à 29,34 euros, après l'annonce d'un emprunt de 5,19 milliards de dollars pour refinancer sa dette, désormais allongée dans le temps mais à un taux plus élevé.

Sur le forex, l'euro reculait légèrement face au dollar au cours de mouvements minimes entre les deux grandes devises.

Vers 23h00 à Paris, l'euro valait 1,1371 dollar contre 1,1395 dollar mercredi vers la même heure.

 

Avertissement : IG fournit exclusivement un service d’exécution d’ordre. Les informations ci-dessus ne sont fournies qu’à titre indicatif. Elles ne constituent, ni ne doivent être interprétées comme un conseil ou une recommandation. Elles ne constituent pas non plus un historique de nos cotations ou une offre ou sollicitation à investir dans un quelconque instrument financier. IG Markets se dégage de toute responsabilité concernant l’utilisation qui en est faite et des conséquences qui en résultent. IG ne peut garantir que l’information fournie ci-dessus soit complète ou exacte et se dégage donc de toute responsabilité quant aux risques encourus par toute personne agissant sur la seule base de ces informations. Veuillez noter que ces informations ne prennent nullement en compte la situation financière et les objectifs d’investissement spécifiques aux personnes qui les reçoivent. Enfin, ces informations n’ont pas été conçues pour répondre aux exigences légales en matière d’indépendance de la recherche sur l’investissement. Elles doivent donc être considérées comme une communication à des fins marketing. Il est strictement interdit de reproduire ou de distribuer tout ou partie de ces informations à des fins commerciales ou privées.

En complément des mentions ci-dessous, veuillez noter que les informations présentes sur cette page ne constituent pas un historique de nos cotations ou une offre ou sollicitation à investir dans un quelconque instrument financier. IG se dégage de toute responsabilité concernant l’utilisation qui en est faite et des conséquences qui en résultent. Veuillez noter que ces informations ne prennent nullement en compte la situation financière et les objectifs d’investissement spécifiques aux personnes qui les reçoivent. Ces informations n’ont pas été conçues pour répondre aux exigences légales en matière d’indépendance de la recherche sur l’investissement. Elles doivent donc être considérées comme une communication à des fins marketing. Enfin, bien que notre politique de passage d’ordres ne soit pas restrictive, nous ne cherchons pas à profiter de ces recommandations avant d’en faire la communication auprès de nos clients.

Les CFD sont des instruments complexes et présentent un risque élevé de perte rapide en capital en raison de l’effet de levier.
79% des comptes d’investisseurs particuliers perdent de l’argent lorsqu’ils investissent sur les CFD avec IG.
Vous devez vous assurer que vous comprenez le fonctionnement des CFD et que vous pouvez vous permettre de prendre le risque élevé de perdre votre argent.
Les CFD sont des instruments complexes et présentent un risque élevé de perte rapide en capital en raison de l’effet de levier.