Le CAC progresse fortement après la BCE et le chômage américain

La Bourse de Paris reprenait ses esprits ce matin après l’envolée du marché hier, affichant une certaine prudence avant la publication du rapport mensuel sur l’emploi aux Etats-Unis.

L'indice  a gagné 1,71 % à 4 188,1 points, dans un volume d'échanges soutenu de 4,7 milliards d'euros, le  1,54 % à 9 256,58 points et le , 1,55 % à 6 558,28 points. 

A mi-séance, l'indice CAC 40 grignotait 0,05 % à 4 190,15 points, le DAX 30DAX 30, 0,25 % à 9 279, 87 points et le FTSE 100, 0,07 % à 6 562,97 points. 

Hier, les marchés dont le marché parisien, ont fortement rebondi après le statu quo de la BCE et la baisse des demandes d'inscriptions hebdomadaires au chômage aux Etats-Unis. 

Mario Draghi a réussi à rassurer les investisseurs en confirmant que la déflation n’était pas aux portes de la zone euro et les chiffres du chômage américains meilleurs qu’attendus, ont envoyé un signal, jugé positif par les investisseurs concernant la pérennité de la reprise économique aux Etats-Unis. 

Toutefois, les investisseurs affichaient un certaine retenue ce matin alors que sera publié cet après-midi à 14h30, le taux de chômage aux Etats-Unis tel que calculé par le « Bureau of Labor Statistics ». Pour janvier, le consensus prévoit une révision significative des mauvais chiffres de décembre avec un rebond autour de 180 000 créations d’emploi et un taux de chômage à 6,7 %. 

Sur le continent européen, les chiffres publiés ce jour concernant diverses productions industrielles sont passés quasi inaperçus. La production industrielle espagnole s’est repliée en moyenne de 1,7% en 2013 par rapport à 2012, affichant sa troisième année dans le rouge en dépit d’une hausse de 1,7% en décembre. Au Royaume-Uni, cette dernière a progressé de 0,4% en décembre 2013 par rapport à novembre. Mais c’est d’outre-Rhin qu’est venue la surprise. Contre toute attente, la production industrielle en Allemagne a baissé de 0,6 %. Toutefois, sur les 12 derniers mois, cette dernière s’affiche en hausse de 3,3 %. 

Parmi les valeurs françaises, ArcelorMittal s’adjugeait 3,63 % à 12,87 euros. Le groupe a annoncé avoir réduit d'un quart sa perte nette en 2013 et avoir réalisé une marge opérationnelle supérieure aux attentes. 

Air France-KLM reculait de 2,98 % à 8,427 euros après avoir pris plus de 3 % en matinée. La compagnie aérienne française a vu son trafic passagers grimper de 3,6% en janvier mais des rumeurs concernant une augmentation éventuelle de capital afin de rééquilibrer le bilan du groupe ont fait chuter le titre en milieu de matinée. 

PSA Peugeot Citroën progressait de 1,96 % à 11,43 euros. Les investisseurs ont été rassurés par le soutien accordé par le conseil d'administration à la poursuite des négociations en vue du renflouement du groupe par le Chinois Dong Feng et l'Etat français. 

Ipsen prenait 0,58% à 30,235 euros. La société a annoncé que les résultats préliminaires d'un nouveau mode d'administration de l'un de ses médicaments phare, l'anti-cancéreux Decapeptyl, étaient positifs. 

Ciments Français restait inchangé à 59,80 euros après la publication d’un chiffre d'affaires annuel en baisse de 3,60 %. 

Guerbet s’envolait de 9,06% à 26,35 euros après la publication d’un chiffre d'affaires 2013 en baisse de 3,4%. 

Linedata Services chutait de 4,72 % à 22,79 euros. L'éditeur de logiciels financiers a enregistré une progression de 11,3% de son activité en 2013, portée par ses acquisitions. 

Enfin, Lanson-BCC s’adjugeait 4,18 % à 38,90 euros après l’annonce de la croissance de ses ventes en 2013, dans un marché du champagne ralenti. 

L’Euro se repliait à 1,3570 Dollar. L’once d’or progressait à 1 261,47 dollars et le Brent, échéance mars 2014, reculait quelques peu à 107,25 dollars le baril.

A mi-séance, l'indice CAC 40 grignotait 0,05 % à 4 190,15 points, le DAX, 0,25 % à 9 279, 87 points et le Footsie, 0,07 % à 6 562,97 points. 

Hier, les marchés dont le marché parisien, ont fortement rebondi après le statu quo de la BCE et la baisse des demandes d'inscriptions hebdomadaires au chômage aux Etats-Unis. 

Mario Draghi a réussi à rassurer les investisseurs en confirmant que la déflation n’était pas aux portes de la zone euro et les chiffres du chômage américains meilleurs qu’attendus, ont envoyé un signal, jugé positif par les investisseurs concernant la pérennité de la reprise économique aux Etats-Unis. 

Toutefois, les investisseurs affichaient un certaine retenue ce matin alors que sera publié cet après-midi à 14h30, le taux de chômage aux Etats-Unis tel que calculé par le « Bureau of Labor Statistics ». Pour janvier, le consensus prévoit une révision significative des mauvais chiffres de décembre avec un rebond autour de 180 000 créations d’emploi et un taux de chômage à 6,7 %. 

Sur le continent européen, les chiffres publiés ce jour concernant diverses productions industrielles sont passés quasi inaperçus. La production industrielle espagnole s’est repliée en moyenne de 1,7% en 2013 par rapport à 2012, affichant sa troisième année dans le rouge en dépit d’une hausse de 1,7% en décembre. Au Royaume-Uni, cette dernière a progressé de 0,4% en décembre 2013 par rapport à novembre. Mais c’est d’outre-Rhin qu’est venue la surprise. Contre toute attente, la production industrielle en Allemagne a baissé de 0,6 %. Toutefois, sur les 12 derniers mois, cette dernière s’affiche en hausse de 3,3 %. 

Parmi les valeurs françaises, ArcelorMittal s’adjugeait 3,63 % à 12,87 euros. Le groupe a annoncé avoir réduit d'un quart sa perte nette en 2013 et avoir réalisé une marge opérationnelle supérieure aux attentes. 

Air France-KLM reculait de 2,98 % à 8,427 euros après avoir pris plus de 3 % en matinée. La compagnie aérienne française a vu son trafic passagers grimper de 3,6% en janvier mais des rumeurs concernant une augmentation éventuelle de capital afin de rééquilibrer le bilan du groupe ont fait chuter le titre en milieu de matinée. 

PSA Peugeot Citroën progressait de 1,96 % à 11,43 euros. Les investisseurs ont été rassurés par le soutien accordé par le conseil d'administration à la poursuite des négociations en vue du renflouement du groupe par le Chinois Dong Feng et l'Etat français. 

Ipsen prenait 0,58% à 30,235 euros. La société a annoncé que les résultats préliminaires d'un nouveau mode d'administration de l'un de ses médicaments phare, l'anti-cancéreux Decapeptyl, étaient positifs. 

Ciments Français restait inchangé à 59,80 euros après la publication d’un chiffre d'affaires annuel en baisse de 3,60 %. 

Guerbet s’envolait de 9,06% à 26,35 euros après la publication d’un chiffre d'affaires 2013 en baisse de 3,4%. 

Linedata Services chutait de 4,72 % à 22,79 euros. L'éditeur de logiciels financiers a enregistré une progression de 11,3% de son activité en 2013, portée par ses acquisitions. 

Enfin, Lanson-BCC s’adjugeait 4,18 % à 38,90 euros après l’annonce de la croissance de ses ventes en 2013, dans un marché du champagne ralenti. 

L’Euro se repliait à 1,3570 Dollar. L’once d’or progressait à 1 261,47 dollars et le Brent, échéance mars 2014, reculait quelques peu à 107,25 dollars le baril.

A mi-séance, l'indice CAC 40 grignotait 0,05 % à 4 190,15 points, le DAX, 0,25 % à 9 279, 87 points et le Footsie, 0,07 % à 6 562,97 points. 

Hier, les marchés dont le marché parisien, ont fortement rebondi après le statu quo de la BCE et la baisse des demandes d'inscriptions hebdomadaires au chômage aux Etats-Unis. 

Mario Draghi a réussi à rassurer les investisseurs en confirmant que la déflation n’était pas aux portes de la zone euro et les chiffres du chômage américains meilleurs qu’attendus, ont envoyé un signal, jugé positif par les investisseurs concernant la pérennité de la reprise économique aux Etats-Unis. 

Toutefois, les investisseurs affichaient un certaine retenue ce matin alors que sera publié cet après-midi à 14h30, le taux de chômage aux Etats-Unis tel que calculé par le « Bureau of Labor Statistics ». Pour janvier, le consensus prévoit une révision significative des mauvais chiffres de décembre avec un rebond autour de 180 000 créations d’emploi et un taux de chômage à 6,7 %. 

Sur le continent européen, les chiffres publiés ce jour concernant diverses productions industrielles sont passés quasi inaperçus. La production industrielle espagnole s’est repliée en moyenne de 1,7% en 2013 par rapport à 2012, affichant sa troisième année dans le rouge en dépit d’une hausse de 1,7% en décembre. Au Royaume-Uni, cette dernière a progressé de 0,4% en décembre 2013 par rapport à novembre. Mais c’est d’outre-Rhin qu’est venue la surprise. Contre toute attente, la production industrielle en Allemagne a baissé de 0,6 %. Toutefois, sur les 12 derniers mois, cette dernière s’affiche en hausse de 3,3 %. 

Parmi les valeurs françaises, ArcelorMittal s’adjugeait 3,63 % à 12,87 euros. Le groupe a annoncé avoir réduit d'un quart sa perte nette en 2013 et avoir réalisé une marge opérationnelle supérieure aux attentes. 

Air France-KLM reculait de 2,98 % à 8,427 euros après avoir pris plus de 3 % en matinée. La compagnie aérienne française a vu son trafic passagers grimper de 3,6% en janvier mais des rumeurs concernant une augmentation éventuelle de capital afin de rééquilibrer le bilan du groupe ont fait chuter le titre en milieu de matinée. 

PSA Peugeot Citroën progressait de 1,96 % à 11,43 euros. Les investisseurs ont été rassurés par le soutien accordé par le conseil d'administration à la poursuite des négociations en vue du renflouement du groupe par le Chinois Dong Feng et l'Etat français. 

Ipsen prenait 0,58% à 30,235 euros. La société a annoncé que les résultats préliminaires d'un nouveau mode d'administration de l'un de ses médicaments phare, l'anti-cancéreux Decapeptyl, étaient positifs. 

Ciments Français restait inchangé à 59,80 euros après la publication d’un chiffre d'affaires annuel en baisse de 3,60 %. 

Guerbet s’envolait de 9,06% à 26,35 euros après la publication d’un chiffre d'affaires 2013 en baisse de 3,4%. 

Linedata Services chutait de 4,72 % à 22,79 euros. L'éditeur de logiciels financiers a enregistré une progression de 11,3% de son activité en 2013, portée par ses acquisitions. 

Enfin, Lanson-BCC s’adjugeait 4,18 % à 38,90 euros après l’annonce de la croissance de ses ventes en 2013, dans un marché du champagne ralenti. 

L’Euro se repliait à 1,3570 Dollar. L’once d’or progressait à 1 261,47 dollars et le Brent, échéance mars 2014, reculait quelques peu à 107,25 dollars le baril.

A mi-séance, l'indice CAC 40 grignotait 0,05 % à 4 190,15 points, le DAX, 0,25 % à 9 279, 87 points et le Footsie, 0,07 % à 6 562,97 points. 

Hier, les marchés dont le marché parisien, ont fortement rebondi après le statu quo de la BCE et la baisse des demandes d'inscriptions hebdomadaires au chômage aux Etats-Unis. 

Mario Draghi a réussi à rassurer les investisseurs en confirmant que la déflation n’était pas aux portes de la zone euro et les chiffres du chômage américains meilleurs qu’attendus, ont envoyé un signal, jugé positif par les investisseurs concernant la pérennité de la reprise économique aux Etats-Unis. 

Toutefois, les investisseurs affichaient un certaine retenue ce matin alors que sera publié cet après-midi à 14h30, le taux de chômage aux Etats-Unis tel que calculé par le « Bureau of Labor Statistics ». Pour janvier, le consensus prévoit une révision significative des mauvais chiffres de décembre avec un rebond autour de 180 000 créations d’emploi et un taux de chômage à 6,7 %. 

Sur le continent européen, les chiffres publiés ce jour concernant diverses productions industrielles sont passés quasi inaperçus. La production industrielle espagnole s’est repliée en moyenne de 1,7% en 2013 par rapport à 2012, affichant sa troisième année dans le rouge en dépit d’une hausse de 1,7% en décembre. Au Royaume-Uni, cette dernière a progressé de 0,4% en décembre 2013 par rapport à novembre. Mais c’est d’outre-Rhin qu’est venue la surprise. Contre toute attente, la production industrielle en Allemagne a baissé de 0,6 %. Toutefois, sur les 12 derniers mois, cette dernière s’affiche en hausse de 3,3 %. 

Parmi les valeurs françaises, ArcelorMittal s’adjugeait 3,63 % à 12,87 euros. Le groupe a annoncé avoir réduit d'un quart sa perte nette en 2013 et avoir réalisé une marge opérationnelle supérieure aux attentes. 

Air France-KLM reculait de 2,98 % à 8,427 euros après avoir pris plus de 3 % en matinée. La compagnie aérienne française a vu son trafic passagers grimper de 3,6% en janvier mais des rumeurs concernant une augmentation éventuelle de capital afin de rééquilibrer le bilan du groupe ont fait chuter le titre en milieu de matinée. 

PSA Peugeot Citroën progressait de 1,96 % à 11,43 euros. Les investisseurs ont été rassurés par le soutien accordé par le conseil d'administration à la poursuite des négociations en vue du renflouement du groupe par le Chinois Dong Feng et l'Etat français. 

Ipsen prenait 0,58% à 30,235 euros. La société a annoncé que les résultats préliminaires d'un nouveau mode d'administration de l'un de ses médicaments phare, l'anti-cancéreux Decapeptyl, étaient positifs. 

Ciments Français restait inchangé à 59,80 euros après la publication d’un chiffre d'affaires annuel en baisse de 3,60 %. 

Guerbet s’envolait de 9,06% à 26,35 euros après la publication d’un chiffre d'affaires 2013 en baisse de 3,4%. 

Linedata Services chutait de 4,72 % à 22,79 euros. L'éditeur de logiciels financiers a enregistré une progression de 11,3% de son activité en 2013, portée par ses acquisitions. 

Enfin, Lanson-BCC s’adjugeait 4,18 % à 38,90 euros après l’annonce de la croissance de ses ventes en 2013, dans un marché du champagne ralenti. 

L’Euro se repliait à 1,3570 Dollar. L’once d’or progressait à 1 261,47 dollars et le Brent, échéance mars 2014, reculait quelques peu à 107,25 dollars le baril.

Apprenez-en davantage sur le marché des CFD avec IG.

 

Avertissement : IG fournit exclusivement un service d’exécution d’ordre. Les informations ci-dessus ne sont fournies qu’à titre indicatif. Elles ne constituent, ni ne doivent être interprétées comme un conseil ou une recommandation. Elles ne constituent pas non plus un historique de nos cotations ou une offre ou sollicitation à investir dans un quelconque instrument financier. IG Markets se dégage de toute responsabilité concernant l’utilisation qui en est faite et des conséquences qui en résultent. IG ne peut garantir que l’information fournie ci-dessus soit complète ou exacte et se dégage donc de toute responsabilité quant aux risques encourus par toute personne agissant sur la seule base de ces informations. Veuillez noter que ces informations ne prennent nullement en compte la situation financière et les objectifs d’investissement spécifiques aux personnes qui les reçoivent. Enfin, ces informations n’ont pas été conçues pour répondre aux exigences légales en matière d’indépendance de la recherche sur l’investissement. Elles doivent donc être considérées comme une communication à des fins marketing. Il est strictement interdit de reproduire ou de distribuer tout ou partie de ces informations à des fins commerciales ou privées.

En complément des mentions ci-dessous, veuillez noter que les informations présentes sur cette page ne constituent pas un historique de nos cotations ou une offre ou sollicitation à investir dans un quelconque instrument financier. IG se dégage de toute responsabilité concernant l’utilisation qui en est faite et des conséquences qui en résultent. Veuillez noter que ces informations ne prennent nullement en compte la situation financière et les objectifs d’investissement spécifiques aux personnes qui les reçoivent. Ces informations n’ont pas été conçues pour répondre aux exigences légales en matière d’indépendance de la recherche sur l’investissement. Elles doivent donc être considérées comme une communication à des fins marketing. Enfin, bien que notre politique de passage d’ordres ne soit pas restrictive, nous ne cherchons pas à profiter de ces recommandations avant d’en faire la communication auprès de nos clients.

Les CFD sont des instruments complexes et présentent un risque élevé de perte rapide en capital en raison de l’effet de levier.
79% des comptes d’investisseurs particuliers perdent de l’argent lorsqu’ils investissent sur les CFD avec IG.
Vous devez vous assurer que vous comprenez le fonctionnement des CFD et que vous pouvez vous permettre de prendre le risque élevé de perdre votre argent.
Les CFD sont des instruments complexes et présentent un risque élevé de perte rapide en capital en raison de l’effet de levier.