Le CAC 40 reste hésitant avant la BCE

La Bourse de Paris évoluait en zone négative ce mardi matin sur un mode toujours attentiste, avant de nombreux rendez-vous économiques d'importance en fin de semaine.

À mi-séance, l'indice CAC 40 perdait 0,38 % à 4 272,12 points, le DAX 0,34 % à 9 006,51 points et le FTSE 100, 0,55 % à 6 726,35 points.

Le marché parisien se repliait en bon ordre ce matin, les investisseurs prenant quelques bénéfices avant la réunion très attendue de la Banque Centrale Européenne et les chiffres sur l'emploi américain en fin de semaine.

Dans un environnement économique européen peu encourageant, la réunion de la BCE jeudi constituera le point d'orgue de la semaine. Les investisseurs s'attendant à un discours plus qu'accommodant de Mario Draghi. Toutefois, selon une majorité d'observateurs, malgré la faiblesse de l'inflation en zone euro publiée la semaine dernière et les estimations pessimistes de la Commission européenne pour la fin de l'année et l'année 2014, Mario Draghi ne devrait pas changer son fusil d'épaule en conservant la politique monétaire de la BCE en l'état. Les analystes interrogés considèrent que Mario Draghi attendra au moins le mois décembre et une confirmation de la dégradation de la situation économique en zone euro pour agir.

La publication des chiffres sur l'emploi aux Etats-Unis avec d'abord jeudi, ceux concernant les demandes initiales d'allocations chômage puis et surtout vendredi, le taux de chômage du « Bureau of Labor Statistics » seront particulièrement suivis par les investisseurs afin d'essayer de déterminer une fois de plus, le cap de la politique monétaire américaine à venir qui jusqu'à maintenant a été très favorable aux marchés.

Sur le plan des informations macro-économiques, la Commission Européenne a annoncé que selon ses analyses, la reprise économique dans la zone euro en 2014 devrait ralentir plus que prévu au printemps dernier, en raison de la faiblesse de la demande privée comme de l'investissement. Par ailleurs, le nombre de personnes inscrites au chômage en Espagne a poursuivi sa progression en octobre, pour le deuxième mois consécutif.

Outre-Atlantique, les chiffres des commandes industrielles et surtout de l'indice ISM d'activité dans les services pour octobre seront publiés à 16h00.

Parmi les valeurs françaises, Orange prenait la tête des baisses du CAC 40. Le titre baissait fortement de 4,33 % à 9,711 euros, pénalisé par l'annonce la veille d'une offre internet à prix réduit par B&You, la gamme low-cost de Bouygues Telecom.

Renault reculait de 2,68 % à 59,57 euros suite au plongeon de 10 % de l'action Nissan à la bourse de Tokyo après que le constructeur eut réduit ses prévisions annuelles.

Lafarge marquait le pas après sa forte hausse de la veille. Le titre grappillait 0,02 % à 53 ,35 euros, les investisseurs semblant s'inquiéter des propos de son concurrent Holcim qui a annoncé qu'il ne réaliserait pas en 2013 les mêmes ventes que l'an passé.

Gameloft chutait de 5,04 % à 7,35 euros malgré un chiffre d'affaires en hausse de 11% au troisième trimestre. Toutefois, l'éditeur de jeux vidéo a revu en baisse ses objectifs 2013 en raison de la vigueur de l'euro.

Groupe Partouche s'adjugeait 3,61 % à 0,86 euro après la réalisation de plusieurs cessions d'actifs pour un total d'environ 26 millions d'euros.

Solocal Group prenait 1,76 % à 1,73 euro après un relèvement de recommandation par Goldman Sachs à « neutre », contre « vendre » auparavant,

Enfin, VM Matériaux chutait de 4,85 % à 27,45 euros après la publication d'un chiffre d'affaires de 6,7 % au troisième trimestre.

L'Euro reculait légèrement à 1,3495 Dollar, l'or de même à 1 312,21 dollars l'once et alors que le Brent, échéance décembre 2013, progressait à 106,44 dollars le baril.

En complément des mentions ci-dessous, veuillez noter que les informations présentes sur cette page ne constituent pas un historique de nos cotations ou une offre ou sollicitation à investir dans un quelconque instrument financier. IG se dégage de toute responsabilité concernant l’utilisation qui en est faite et des conséquences qui en résultent. Veuillez noter que ces informations ne prennent nullement en compte la situation financière et les objectifs d’investissement spécifiques aux personnes qui les reçoivent. Ces informations n’ont pas été conçues pour répondre aux exigences légales en matière d’indépendance de la recherche sur l’investissement. Elles doivent donc être considérées comme une communication à des fins marketing. Enfin, bien que notre politique de passage d’ordres ne soit pas restrictive, nous ne cherchons pas à profiter de ces recommandations avant d’en faire la communication auprès de nos clients.

Les CFD sont des instruments complexes et présentent un risque élevé de perte rapide en capital en raison de l’effet de levier.
79% des comptes d’investisseurs particuliers perdent de l’argent lorsqu’ils investissent sur les CFD avec IG.
Vous devez vous assurer que vous comprenez le fonctionnement des CFD et que vous pouvez vous permettre de prendre le risque élevé de perdre votre argent.
Les CFD sont des instruments complexes et présentent un risque élevé de perte rapide en capital en raison de l’effet de levier.