Le CAC 40 hésite sur la marche à suivre

La Bourse de Paris a terminé en baisse vendredi dans une séance prudente  après le statu quo de la banque centrale américaine et avant les discours à venir de Mario Draghi, président de la BCE jeudi et de Ben Bernanke, «  chairman » de la FED vendredi.

L'indice CAC 40 a perdu 0,62 % à 4 273,19 points, dans un volume d'échange faible de 2 milliards d'euros, le DAX 0,29 % à 9007,83 points alors que le Footsie, grappillait 0,05 % à 6734,74 points.

Le marché parisien a évolué en zone négative tout au long de la séance avant de tenter une incursion en zone positive. Ceci avant l'ouverture de Wall Street pour se replier immédiatement plus nettement après, avec l'évolution baissière de Wall Street en matinée américaine.

Les marchés sont pris entre deux feux. D'un côté, le statu quo, même attendu par les marchés, continue de semer le trouble parmi les investisseurs. Bien que la FED ait laissé  ses taux directeurs inchangés et annoncé la poursuite de ses achats pour 85 milliards de dollars de bons du trésor américains et de titres hypothécaires chaque mois, le communiqué du FOMC estimant que les perspectives économiques n'étaient pas encore assez solides pour lui permettre d'infléchir sa politique monétaire ultra-accommodante, pousse certains investisseurs à s'interroger sur l'efficacité d'une telle politique alors que les marchés américains naviguent à leurs plus hauts historiques et que la baisse des déficits publics américains mois après mois pourrait peser sur la reprise.

De l'autre, les indicateurs peu encourageants publiés la semaine dernière en zone euro inquiètent de plus en plus les investisseurs comme l'a montré le plongeon de l'Euro. Le taux de chômage a atteint un niveau record en septembre dans la zone monétaire et, en Allemagne, locomotive de l'économie du vieux continent, après des indices PMI et IFO décevants la semaine précédente, les ventes au détail se sont repliées en septembre pour le deuxième mois consécutif. Enfin, en France, la consommation des ménages français a continué son repli en septembre après une baisse au mois d'août.

Dans cette optique, les déclarations de Mario Draghi et de plusieurs membres de la FED dont Ben Bernanke seront particulièrement suivi cette semaine.

Wall Street a terminé dans le vert poussé par un bon indicateur macroé-conomique et la bonne tenue du secteur automobile. L'indice ISM des directeurs d'achats du secteur manufacturier a progressé pour le cinquième mois consécutif en octobre et les ventes de voitures des constructeurs américains Chrysler, Ford et General Motors ont enregistré une hausse encourageante de leurs ventes, de respectivement 11 %, 14% et 16%.

L'indice Dow Jones a pris 0,45 % à 15 615, 55 points, le S&P 500, 0,29% à 1 761,64 points et le NASDAQ, 0,06 % à 3922,04 points.

Parmi les valeurs françaises, Renault a abandonné 4,99 % à 61,29 euros, après l'annonce de résultats moins bons que prévu de sa filiale japonaise Nissan.

Air France-KLM a perdu 3,80 % à 7,41 euros après un abaissement de recommandation par Crédit Suisse à « sous performer ».

Véolia Environnement et Suez Environnement se sont repliés respectivement de 1,58 % à 12,42 euros et de 0,39% à 12,80 euros malgré l'obtention des nouvelles délégations de service public pour la distribution et l'assainissement de l'eau à Marseille.

Technip a poursuivi sa baisse après son plongeon de 10,27 % la veille. Le titre a perdu 1,43 % à 76,05 euros suite à un abaissement de recommandation à « neutre » contre « sur performer » par Crédit Suisse.

Orange a pris 0,35 % à 10,14 euros suite à des rumeurs dans les salles de marché évoquant un rachat de l'américain AT&T par le britannique Vodafone.

Le groupe Stéria a bondi de 6,52 % à 14,53 euros après avoir annoncé l'obtention d'un contrat de 1,17 milliard d'euros avec l'administration britannique.

Enfin, Alcatel-Lucent s'est adjugé 5,40 % à 2,96 euros, suite à un relèvement de recommandation par Crédit Suisse.

L'Euro a poursuivi son repli à 1,3492 $ de même que l'or à 1 315,90 $ l'once. Le WTI, échéance décembre 2013, a chuté de 1,83 % à 94,62 $.

En complément des mentions ci-dessous, veuillez noter que les informations présentes sur cette page ne constituent pas un historique de nos cotations ou une offre ou sollicitation à investir dans un quelconque instrument financier. IG se dégage de toute responsabilité concernant l’utilisation qui en est faite et des conséquences qui en résultent. Veuillez noter que ces informations ne prennent nullement en compte la situation financière et les objectifs d’investissement spécifiques aux personnes qui les reçoivent. Ces informations n’ont pas été conçues pour répondre aux exigences légales en matière d’indépendance de la recherche sur l’investissement. Elles doivent donc être considérées comme une communication à des fins marketing. Enfin, bien que notre politique de passage d’ordres ne soit pas restrictive, nous ne cherchons pas à profiter de ces recommandations avant d’en faire la communication auprès de nos clients.

Les CFD sont des instruments complexes et présentent un risque élevé de perte rapide en capital en raison de l’effet de levier.
79% des comptes d’investisseurs particuliers perdent de l’argent lorsqu’ils investissent sur les CFD avec IG.
Vous devez vous assurer que vous comprenez le fonctionnement des CFD et que vous pouvez vous permettre de prendre le risque élevé de perdre votre argent.
Les CFD sont des instruments complexes et présentent un risque élevé de perte rapide en capital en raison de l’effet de levier.