Les indices terminent en ordre dispersé, Wall Street surperformant l'Europe

L’indice phare de la Bourse de Paris (CAC 40) a terminé la séance en territoire négatif (-0,87% à 4.914,53 points), dans un volume d'échanges étoffé de 4,0 milliards d'€.

Les indices terminent en ordre dispersé, Wall Street surperformant l'Europe

Parmi les autres marchés européens, la Bourse de Francfort a perdu 1,06% et celle de Londres a pris 0,62%. Par ailleurs, l'Eurostoxx 50 a lâché 0,76%.

La place parisienne a ouvert à l'équilibre avant de ralentir le rythme et de poursuivre dans le rouge.

Il n'y a pas de tendance vraiment claire qui se dégage depuis quelques jours, les marchés espèrent que l'institution de Francfort va amplifier son programme de rachat d’actifs, comme l'a laissé entendre son président, Mario Draghi.

Sur le plan macroéconomique, la croissance de l’activité dans le secteur manufacturier de la zone euro s’est accélérée en novembre. L’indice des directeurs d’achats pour ce secteur est en effet ressorti à 52,8, conformément à sa première estimation et au consensus Reuters.

En Allemagne cet indice s’est accéléré plus que prévu en novembre, en effet il est ressorti à 52,9, contre 52,6 en première estimation.

Aux Etats-Unis, en novembre, la croissance s'est contractée dans le secteur manufacturier à en croire l'indice ISM qui la synthétise et qui est ressorti à 48,6 points, passant ainsi sous la barre des 50 depuis la première fois depuis 2009.

En dépit de ces statistiques médiocres, Wall Street a monté mardi, les investisseurs entamant décembre avec optimisme et sans se laisser abattre par un mauvais chiffre sur l'activité industrielle aux Etats-Unis: le Dow Jones a pris 0,95% à 17.888,35 points, le Nasdaq Composite a progressé de 0,93% à 5.156,31 points et l'indice S&P 500 a avancé de 1,07% à 2.102,63 points.

Sur le terrain des valeurs, Renault a terminé en baisse de 0,47% à 95,06 euros. Nissan a lui fortement reculé mardi à la Bourse de Tokyo, après des informations de presse indiquant que le constructeur japonais envisagerait de porter sa part à 25% chez son partenaire pour contrer l'influence de l'Etat français.

Air Liquide a souffert (-4,98% à 109,75 euros) des déboires de son concurrent allemand Linde qui a révisé en baisse ses objectifs de résultats de moyen terme, sur fond entre autres de déclin du prix du pétrole qui freine les investissements dans ce secteur.

AccorHotels a progressé de 2,84% à 41,08 euros. Le géant de l'hôtellerie a annoncé le rachat pour 284 millions d'euros des murs de 29 hôtels qu'il exploite déjà dans divers pays européens et représentant au total 3.677 chambres.

Ubisoft a terminé en forte hausse (+5,09% à 27,85 euros) alors qu'est sorti le jeu de tirs militaires Rainbow Six Siege, un des titres importants de la fin d'année pour le groupe.

CNP Assurances (-4,17% à 12,63 euros) a été pénalisé par un abaissement de sa recommandation à "neutre" contre "surpondérer" par JPMorgan, tout comme Bourbon (-2,34% à 13,37 euros), abaissé à "vendre" contre "neutre" par Société Générale.

Schneider Electric a terminé en baisse de 4,13% à 57,52 euros, alors que Citigroup a entamé le suivi de la valeur à "vendre".

Enfin sur le marché des changes, l'euro, tombé la veille à son plus bas niveau depuis avril face au dollar, rebondissait hier à la faveur d'un chiffre décevant sur l'activité manufacturière américaine.

Vers 23H00 à Paris, l'euro valait 1,0638 dollar contre 1,0564 dollar lundi vers la même heure.

 

Avertissement : IG fournit exclusivement un service d’exécution d’ordre. Les informations ci-dessus ne sont fournies qu’à titre indicatif. Elles ne constituent, ni ne doivent être interprétées comme un conseil ou une recommandation. Elles ne constituent pas non plus un historique de nos cotations ou une offre ou sollicitation à investir dans un quelconque instrument financier. IG Markets se dégage de toute responsabilité concernant l’utilisation qui en est faite et des conséquences qui en résultent. IG ne peut garantir que l’information fournie ci-dessus soit complète ou exacte et se dégage donc de toute responsabilité quant aux risques encourus par toute personne agissant sur la seule base de ces informations. Veuillez noter que ces informations ne prennent nullement en compte la situation financière et les objectifs d’investissement spécifiques aux personnes qui les reçoivent. Enfin, ces informations n’ont pas été conçues pour répondre aux exigences légales en matière d’indépendance de la recherche sur l’investissement. Elles doivent donc être considérées comme une communication à des fins marketing. Il est strictement interdit de reproduire ou de distribuer tout ou partie de ces informations à des fins commerciales ou privées.

En complément des mentions ci-dessous, veuillez noter que les informations présentes sur cette page ne constituent pas un historique de nos cotations ou une offre ou sollicitation à investir dans un quelconque instrument financier. IG se dégage de toute responsabilité concernant l’utilisation qui en est faite et des conséquences qui en résultent. Veuillez noter que ces informations ne prennent nullement en compte la situation financière et les objectifs d’investissement spécifiques aux personnes qui les reçoivent. Ces informations n’ont pas été conçues pour répondre aux exigences légales en matière d’indépendance de la recherche sur l’investissement. Elles doivent donc être considérées comme une communication à des fins marketing. Enfin, bien que notre politique de passage d’ordres ne soit pas restrictive, nous ne cherchons pas à profiter de ces recommandations avant d’en faire la communication auprès de nos clients.

Les CFD sont des instruments complexes et présentent un risque élevé de perte rapide en capital en raison de l’effet de levier.
79% des comptes d’investisseurs particuliers perdent de l’argent lorsqu’ils investissent sur les CFD avec IG.
Vous devez vous assurer que vous comprenez le fonctionnement des CFD et que vous pouvez vous permettre de prendre le risque élevé de perdre votre argent.
Les CFD sont des instruments complexes et présentent un risque élevé de perte rapide en capital en raison de l’effet de levier.