Le CAC repart de l’avant

La Bourse de Paris a nettement rebondi mardi, après quatre séances de baisse, bien soutenue par l’actualité microéconomique dont la fin du contentieux entre BNP Paribas et la justice américaine et la bonne tenue de Wall Street.

Le CAC repart de l’avant

L'indice CAC 40 a pris 0,87 % à 4 461,12 points, dans un volume d'échanges modéré, de 3,12 milliards d'euros, le DAX 0,71 % à 9 902,41 points et le FTSE 100, 0,87 % à 6 802,92 points.

Le CAC 40 a profité du rebond d’un certain nombre de valeurs pour s’inscrire franchement à la hausse.

La bourse de Paris a d’abord salué la fin du litige opposant BNP Paribas à la justice américaine. La banque française a reconnu avoir violé les embargos américains contre Cuba, l'Iran et le Soudan et accepté l’amende record de 8,9 milliards de dollars. Le titre a pris 3,60 % à 51,33 euros.

Puis, Renault a bien profité du rebond des immatriculations de voitures neuves en France en juin après une stagnation en mai. Sur l’ensemble du premier semestre, les immatriculations ressortent en hausse de 2,9%, confirmant que 2014 pourrait marquer un léger rebond après quatre années de baisse consécutive. Le groupe au losange a affiché un bond de 24,7% de ses immatriculations en juin pour atteindre une part de marché (voitures et utilitaires légers) de près de 25% au 30 juin, son plus haut niveau depuis janvier 1999. Les investisseurs ont salué ces bonnes nouvelles et le titre a progressé de 4,57 % à 69,05 euros.

Enfin, Club Méditerranée s’est envolé à la reprise de sa cotation mardi et a fini en hausse de 9,94 % à 21,45 euros. Le marché parie pour une surenchère après la nouvelle offre du financier italien Andrea Bonomi à 21 euros par action. L'investisseur italien, premier actionnaire du Club Méditerranée, a renchéri sur l'offre du tandem formé par le fonds Ardian et le conglomérat chinois Fosun International, qui a obtenu le soutien du management de l'entreprise.

Les informations macroéconomiques publiées en matinée n’ont eu finalement que peu d’impact sur la cote. La Chine avait fait état de la plus forte progression de l’activité manufacturière en 6 mois selon les données publiées par le bureau national de la statistique et la banque HSBC. En zone euro, la croissance du secteur manufacturier a ralenti avec un indice PMI au plus bas depuis novembre. Enfin, toujours en zone euro, le nombre de chômeurs en mai a baissé de 28 000 unités avec un taux qui est resté stable à 11,6 % selon les données publiées par Eurostat.

Outre-Atlantique, Wall Street a aussi fortement progressé et battu de nouveaux records, porté par les chiffres encourageants en provenance de Chine et la progression plus forte qu’attendue des ventes de voitures aux Etats-Unis en juin.

A l’instar des marchés européens, l’actualité macroéconomique locale n’a pas pesé sur la tendance. L’augmentation moins importante qu’attendue des dépenses de constructions ainsi le ralentissement surprise de l’activité manufacturière en juin selon l’indice PMI sont restés ignorés par le marché.

Le Dow Jones Industrial Average a gagné 0,77% à 16 956,07 points, après avoir frôlé en cours de séance le niveau des 17 000 points. Le S&P 500 s'est adjugé 0,67% à 1 973,32 points et le Nasdaq, 1,14% à 4 458,65 points.

Pour de nombreux observateurs, le contexte redevient favorable alors que la situation géopolitique se calme et que les prix de l’énergie restent sous contrôle. En outre, certains analystes n’hésitent plus à parier sur des résultats d’entreprises pour le deuxième trimestre bien meilleurs que ceux du premier trimestre.

Parmi les valeurs françaises, à la suite de BNP Paribas, le secteur bancaire a été bien entouré. Crédit Agricole a pris 2,96% à 10,61 euros et Société Générale 2,77% à 39,32 euros.

De même, dans le secteur automobile, Peugeot a terminé en forte hausse. Le tire a pris 3,06 % après une journée en demi-teinte. Les équipementiers automobiles ont été bien orientés. Faurecia a pris 3,36% à 28,485 euros et Valeo, 1,08% à 99,15 euros.

Orange a progressé de 2,34% à 11,795 euros grâce à de nouvelles offres donnant accès au très haut débit sur internet via la fibre.

Airbus group a perdu 2,03% à 47,945 euros. Qatar Airways a annoncé qu’elle pourrait reconsidérer ses achats d'Airbus si la compagnie n'obtient pas de créneaux supplémentaires dans les aéroports européens.

ST Dupont a chuté de 3,70 % à 0,26 euros malgré l’annonce par la société d’un triplement de son bénéfice net annuel, à 3,1 millions d'euros, sous l'effet de la poursuite de ses opérations de restructuration.

BioAlliance a pris 0,13 % à 7,73 euros. Les actionnaires de la société ont approuvé définitivement avec ceux de son concurrent danois Topotarget, leur fusion qui va donner naissance au groupe Onxeo, appelé à devenir un acteur majeur dans les maladies orphelines en oncologie.

Enfin, Cafom a bondi de 5,11 % à 10,50 euros après que le distributeur français de meubles eut annoncé avoir renoué avec les bénéfices lors du premier semestre de son exercice décalé 2013/14.

L’Euro a reculé à 1,3679 dollar et l’once d’or à 1 326,51 dollars. Le WTI, échéance août 2014, s’est légèrement effrité à 105,33 dollars le baril.

 

Avertissement : IG fournit exclusivement un service d’exécution d’ordre. Les informations ci-dessus ne sont fournies qu’à titre indicatif. Elles ne constituent, ni ne doivent être interprétées comme un conseil ou une recommandation. Elles ne constituent pas non plus un historique de nos cotations ou une offre ou sollicitation à investir dans un quelconque instrument financier. IG Markets se dégage de toute responsabilité concernant l’utilisation qui en est faite et des conséquences qui en résultent. IG ne peut garantir que l’information fournie ci-dessus soit complète ou exacte et se dégage donc de toute responsabilité quant aux risques encourus par toute personne agissant sur la seule base de ces informations. Veuillez noter que ces informations ne prennent nullement en compte la situation financière et les objectifs d’investissement spécifiques aux personnes qui les reçoivent. Enfin, ces informations n’ont pas été conçues pour répondre aux exigences légales en matière d’indépendance de la recherche sur l’investissement. Elles doivent donc être considérées comme une communication à des fins marketing. Il est strictement interdit de reproduire ou de distribuer tout ou partie de ces informations à des fins commerciales ou privées.

En complément des mentions ci-dessous, veuillez noter que les informations présentes sur cette page ne constituent pas un historique de nos cotations ou une offre ou sollicitation à investir dans un quelconque instrument financier. IG se dégage de toute responsabilité concernant l’utilisation qui en est faite et des conséquences qui en résultent. Veuillez noter que ces informations ne prennent nullement en compte la situation financière et les objectifs d’investissement spécifiques aux personnes qui les reçoivent. Ces informations n’ont pas été conçues pour répondre aux exigences légales en matière d’indépendance de la recherche sur l’investissement. Elles doivent donc être considérées comme une communication à des fins marketing. Enfin, bien que notre politique de passage d’ordres ne soit pas restrictive, nous ne cherchons pas à profiter de ces recommandations avant d’en faire la communication auprès de nos clients.

Les CFD sont des instruments complexes et présentent un risque élevé de perte rapide en capital en raison de l’effet de levier.
79% des comptes d’investisseurs particuliers perdent de l’argent lorsqu’ils investissent sur les CFD avec IG.
Vous devez vous assurer que vous comprenez le fonctionnement des CFD et que vous pouvez vous permettre de prendre le risque élevé de perdre votre argent.
Les CFD sont des instruments complexes et présentent un risque élevé de perte rapide en capital en raison de l’effet de levier.